100 pages blanches – Cyril Massarotto

9782845633919

Présentation de l’éditeur :
« Ce carnet, c’est ton héritage. Tes sœurs auront le reste, mais crois-moi, je te lègue le plus précieux de mes biens, et tout l’argent du monde ne le remplacerait pas. Souviens-toi de moi. »
Quel choc pour ce jeune homme lors de l’ouverture du testament de son grand-père bien-aimé  : il ne lui a rien laissé. Rien à part un vieux carnet au cuir râpé, avec une centaine de feuilles vierges. Cent pages blanches en héritage… Et une ultime lettre où le grand-père lui apprend que ce carnet est le plus grand trésor dont on puisse rêver. Son grand-père était-il devenu fou ? Très vite, le jeune homme va découvrir le secret du carnet, un pouvoir mystérieux qui va bouleverser sa vie bien rangée et y faire entrer la folie, la gaieté et l’amour.
Après le succès de son premier roman, Dieu est un pote à moi , 35 000 exemplaires en France, traduit dans 14 langues, un nouveau roman subtil, drôle et plein d’émotion.

100 pages blanches, de Cyril Massarotto
XO éditions

Découverte de l’auteur pour moi. J’avais déjà entendu parler de « Dieu est un pote à moi » et l’envie de découvrir Cyril Massarotto s’est faite sentir à force d’en lire des critiques élogieuses. 100 pages blanches est assez court et se lit rapidement, l’écriture est très simple, je dirais même un peu enfantine et la narration se fait à la première personne. Le personnage central est un trentenaire en mal d’amour, un peu solitaire, qui vient de perdre son grand-père, la dernière personne « au dessus de lui ». Il a deux grandes soeurs jumelles qui le protègent et un ami sur lequel il peut compter. Oui mais voilà, l’héritage de son grand-père va bouleverser son quotidien. Il lui a légué un carnet relié de cuir, de 100 pages…. toutes blanches ! Mais ces pages apparemment anodines renferment un pouvoir bien mystérieux.

Bien aimé le début, le roman me semblait prometteur. Et tout du long des petites notes d’humour m’ont véritablement fait sourire. On ne peut que s’attacher un tant soit peu à notre « héros ». Il est comme nous, rien d’extraordinaire, homme ordinaire et imparfait. Certains passages sont touchants sans être larmoyants.
Mais… Je suis ressortie de cette lecture légèrement frustrée. Ca sonne un peu creux. C’est comme si j’avais regardé un diaporama défiler sur un écran. Certes les images sont belles, touchantes, pleines de beaux sentiments. Mais ca ne va pas plus loin. J’ai eu l’impression de survoler la surface sans jamais rentrer au coeur des choses.
Alors peut-être que je suis trop difficile et qu’il m’en faut beaucoup. Mais 100 pages blanches m’a fait penser aux romans de Marc Lévy (et pourtant j’avais adoré Et si c’était vrai) alors qu’aujourd’hui il me faut sans doute quelque chose de plus consistant.. Ca reste néanmoins une bonne petite lecture de plage, légère et vite oubliée avec de jolies réflexions sur la vie.

This Post Has Been Viewed 40 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à 100 pages blanches – Cyril Massarotto

  1. Isa dit :

    Merci pour cette critique il aurait pu me tenter mais au final non… ou alors comme tu dis un livre pour cet été pour lire à la plage ou dans le transat !

  2. Véro. dit :

    Il me semble bien que c’est la deuxième critique mitigée que je lis au sujet de ce livre : donc, pour l’instant, je vais rester sur mon quant-à-soi.

  3. calypso dit :

    Je l’ai reçu et ne devrais pas tarder à le commencer. les critiques semblent en effet mitigées…

  4. MyaRosa dit :

    Oh je l’avais noté celui-ci, il me tentait bien. En voyant la couverture je m’attendais à un livre dans le style de Musso, Lévy. Apparemment je ne me suis pas trompée. J’attendrais sa sortie en
    poche alors. Merci Mélo!

  5. Eiram dit :

    Bonne pioche pour moi qui adore les Levy. Merci Melo, je note et joyeux Noël !

  6. Sophie dit :

    Comme Isa, le résumé m’attirait mais ta critique me fait reculer.

    Merci pour ton avis !

Les commentaires sont fermés.