La dernière valse de Mathilda – Tamara McKinley

Présentation de l’éditeur :
Dans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe, pour rendre un der­nier hommage à cette femme courageuse.
Un peu à l’écart, le père de Mathilda n’a qu’une hâte : que tout cela se termine afin qu’il puisse vendre le domaine de Churinga. Mathilda, elle, comprend que les choses ne seront jamais plus comme avant…
Cinquante ans plus tard, Jenny découvre le journal intime de Mathilda. À mesure que progresse sa lecture, l’angoisse l’assaille… A-t-elle bien fait de venir s’installer à Churinga ?
Par son atmosphère envoûtante, la force de ses person­nages, cette saga australienne s’inscrit dans la lignée des chefs-d’oeuvre de Colleen McCullough.

La dernière valse de Mathilda, de Tamara McKinley

Tamara McKinley a été élevée par sa grand-mère en Australie. Publié dans dix-sept pays, La Dernière Valse de Mathilda a enthousiasmé des centaines de milliers de lectrices. En Suède, ce roman a été élu «saga de l’année».

J’ai entamé ce livre car j’avais envie d’un peu de dépaysement, pour pouvoir affronter le long hiver froid et sombre qui nous attend. Ce roman se décompose en 2 principales intrigues qui ont un même fil conducteur, puisqu’ils se déroulent au même endroit mais à des époques différentes. Jenny, le personnage principal des années 2000 rencontre Mathilda par journal intime interposé et le lecteur suit donc les aventures de Mathilda à travers les yeux de Jenny.
La puissance de ce roman tient, je pense, dans la description des terres arides du bush australien, mais aussi dans la descprition des moeurs et du quotidien de ses habitants. La vie y est rude.
On y côtoie la chaleur, la sécheresse, la solittude… On souffre avec nos deux héroïnes, et on est eblouit pas la grandeur du bush, et la beauté de ses paysages. On espère aussi un peu plus de douceur pour ces deux femmes fortes et courageuses.
Le lecteur navigue entre passé et présent, et découvre, au fur et à mesure, les terribles secrets du domaine de Churinga qui hante tellement Jenny.

Bien que cette lecture me fut plaisante, je déplore tout de même quelques petites longueurs, j’ai trouvé que l’histoire traînait par moments. J’aurais voulu un petit peu plus d’action et des personnages un peu plus hauts en couleurs. Mais je suis contente d’avoir pu m’immerger dans les terres du bush, et en découvrir un petit peu plus sur l’Australie et ses habitants. (Bien que l’Australie soit vaste, et que ce ne soit pas un documentaire mais un roman, ne l’oublions pas !). Si vous aimez les sagas australiennes un peu romantiques, ce livre peut vous plaire…

This Post Has Been Viewed 85 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Australie, Contemporain, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à La dernière valse de Mathilda – Tamara McKinley

  1. Un peu beaucoup romantique quand même ! Mais j’ai beaucoup aimé, ça fait du bien parfois un peu de légèreté dans ce monde de brutes !!

  2. Oh la la ! j’avais adoré ce bouquin moi !!!!!

  3. Livresque dit :

    J’ai littéralement dévoré ce roman 🙂

  4. MyaRosa dit :

    Je l’ai dans ma PAL et compte le lire bientôt! 🙂

  5. eiram dit :

    J’ai adoré « les oiseaux se cachent pour mourir » donc à mon avis il devrait me plaire…
    A voir, mais je crois qu’il ne va tarder à atterrir dans ma PAL 😉
    Merci Melo!

  6. Laure dit :

    Il est dans ma PAL celui ci Pfou !!! j’en ai tellement que je ne sais pas quand je vais le lire.

  7. Edelwe dit :

    Dans ma PAL depuis longtemps…

Les commentaires sont fermés.