Les solitudes additionnées – Gaël Chatelain

Présentation de l’éditeur :
Isabelle, médecin célibataire de trente-trois ans, mène une vie tranquille, un peu désabusée. Chaque matin, elle prend le métro pour se rendre à son travail. Elle aime y observer les autres usagers, souvent les mêmes à la même heure : le gros moustachu, la rousse paumée, le cadre accroché à son Palm Pilot. Si proches dans la rame, si différents, si seuls… Un jour, le cadre qu’elle croyait guindé se lève et interpelle les passagers pour les alerter sur le sort de Gérard, un SDF qui depuis deux ans emprunte la même ligne qu’eux. Enfin un être humain, chaleureux, qui casse la monotonie ordinaire ! Isabelle ose l’aborder… Cela pourrait être une belle histoire d’amour. Mais l’ultramoderne solitude provoque parfois des dérives inattendues…

Les solitudes additionnées, de Gaël Chatelain

Voici le premier livre d’un jeune auteur, très « dans l’air du temps ». C’est tout d’abord le titre qui m’a  irrésistiblement interpellée. Les Solitudes Additionnées…. Oui, moi aussi, j’y pense souvent à ces solitudes additionnées… Ces gens qu’on croisent dans les transports, les magasins ou que sais-je encore. Qui sont-ils ? Que font-ils de leur vie ? Qu’est-ce qui les motive à se lever chaque matin et à répéter la même routine tous les jours ? Puis la quatrième de couverture nous dresse de brefs portraits que tout un chacun croise quotidiennement. Qui n’a pas déjà cotoyé dans le métro ou le bus cette femme plongée dans une lecture ? Ou ce jeune homme au look provocateur hypnotisé par son Mp3 accroché à ses oreilles qui bat frénétiquement la mesure du pied ? Ou encore cet homme terne, qui fixe une ligne imaginaire pour éviter de croiser le regard de son voisin ?
Isabelle, jeune médecin, s’occupe pendant son trajet à observer tous ces gens et à s’imaginer la vie qu’ils mènent. Elle a un petit cercle rassurant d’habitués qui prennent la même ligne à la même heure et montent dans la même rame. C’est comme ça qu’elle rencontre Ronan, jeune cadre dynamique, qui ne lâche pas son Palm Pilot de tout le voyage.

Ce livre est composé de 2 parties. On suit d’abord Isabelle, sa vie, ses proches, ses pensées puis la deuxième partie est consacrée au jeune cadre qu’elle croise chaque matin, mais on ne la lit pas du même oeil, car un élément bouleversant a tout chamboulé.
Ce livre est bourré de cynisme et de pointes d’humour. Mais le cynisme reste prédominant (trop ?).
Sinon, j’ai l’impression que l’auteur s’est un peu inspiré de lui-même pour créer le personnage de Ronan : directeur commercial chez TF1 (Qui regarde d’ailleurs la chaîne concurrente  ) le même âge ou presque (38 ans), et un parcours un peu semblable…

Un passage qui m’a marquée :
« Il faudrait qu’un jour tout le monde réalise à quel point nous sommes seuls au milieu de la foule. Paris compte quelques centaines de milliers de célibataires et de solitaires qui se croisent dans le métro, au bureau, au restaurant, et rien n’y fait… Tout un chacun trouve cet égoïsme déprimant, des « journées des voisins » sont organisées, mais toujours la même misère humaine, toujours le même vide relationnel. J’ai beau être positive, je dois reconnaître qu’il y a de quoi déprimer devant tant de gâchis. Plus ça va, plus j’ai l’impression que chacun se replie dans sa coquille alors que cette coquille est vide. »

L’histoire peut paraître légère, mais soulève tout de même quelques questions plus profondes. J’aurais quand même préféré que l’histoire soit plus développée j’ai ressenti un manque de chépaquoi, d’intrigue peut-être ? Et j’avoue que le cynisme m’a parfois gonflée…
L’idée de départ est intéressante mais j’ai été un poil déçue par le résultat. J’ai lu quelques éloges que je ne partage pas entièrement. Mais c’est un premier roman, et c’est déjà pas mal. Moi-même étant une truffe en travaux d’écriture, je me vois mal juger sévèrement un auteur qui débute et qui a développé son style. Et puis tout écrivain quel qu’il soit porte mon admiration.

Pour en savoir plus sur l’auteur, c’est par là.

This Post Has Been Viewed 613 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les solitudes additionnées – Gaël Chatelain

  1. MyaRosa dit :

    Je t’ai tagguée.

  2. MyaRosa dit :

    Roooo mais sii! Tu vas trouver, j’en suis sûre! 😉 J’ai un peu hésité au début, et puis finalement c’est venu tout seul. Et je n’ai rien mis d’extraordinaire! 🙂

  3. MyaRosa dit :

    Au fait… on n’a jamais reparlé de ça, mais as tu reçu Meurtres pour redemption?

  4. Bonjour,

    il ne sera pas réédité suite à une facherie avec mon éditeur… mais si vous le voulez, envoyez moi un email à gchatelain@hotmail.fr et je vous envoie la version électronique…

    Bonnes fetes de fin d’année,

    G

  5. loin de me facher… il m’aide. Tous les avis sont intéressants et le votre est particulièrement pertinent. J’aurai à écrire Les Solitudes Additionnées aujourd’hui, je ne le ferait pas de même que
    je l’ai fait…. mais c’est trop tard :-)))

Les commentaires sont fermés.