Harry revu et corrigé – Mark Sarvas

9782841114382.jpg

Résumé :
Beverly Hills, Californie. En route pour le funérarium où doit avoir lieu la crémation de sa femme décédée brutalement, Harry, loser pétri de culpabilité, s’arrête dans un café improbable et commande un sandwich dont il ne veut pas mais qui l’inspire pourtant… Là, il est saisi d’un béguin irrésistible pour Molly, la serveuse. Conquérir le cœur de sa belle va le mener très loin, notamment :
– à s’employer par tous les moyens, et sans succès, au bonheur de la collègue de Molly, la revêche Lucille ;
– à lire Le Comte de Monte-Cristo ;
– à casser la figure à un type pour la première fois de sa vie ;
– à virer sa secrétaire ;
– à s’interroger sur l’amitié véritable ;
– à prendre un cours de boxe auprès de Max le podologue ;
– à rencontrer un certain Elliott…
Dans une tentative échevelée pour reprendre les rênes de son existence, il cherche à accomplir de bonnes actions mais sème le doute, la confusion et le chaos tout autour de lui.
On rit beaucoup à la lecture de ce roman à la construction complexe où s’imbriquent une multitude d’intrigues secondaires qui trouvent chacune leur conclusion.
En plus d’être hilarante, l’histoire d’Harry explore des thèmes plus durs, plus denses, comme le deuil et l’estime de soi, avec une infinie subtilité.

Ce que j’en ai pensé :

Harry est un tout récent endeuillé. Il vient de perdre sa femme, Anna, et pour repousser la peine qui menace de le ronger, il s’arrête au café Rétro, avant de se rendre à l’inhumation de celle qui a partagé sa vie pendant plusieurs années. C’est là que tout commence. Ses vannes émotives sont bloquées, il ne ressent… pas grand-chose quant à la mort de son épouse sinon de la culpabilité à ne rien ressentir. Il s’amourache de Molly, la jeune serveuse du café, et va tout faire pour la séduire. Cela va le mener bien loin, il va faire quelques rencontres, et pour se donner belle allure aux yeux de Molly, il va tenter de se transformer en espèce de Comte de Monte-Cristo en essayant de faire le bien autour de lui. Mais Harry est un loser, Harry est maladroit, Harry est un froussard, Harry est prévisible, Harry n’a pas de prestance, pas d’allure, Harry est un nul. Il le sait, et cherche à tout prix à transformer Harry 1.0 en Harry 2.0, une nouvelle version de lui-même, revue et corrigée.

Au premier abord, Harry peut paraître agaçant.
Pourquoi ne ressent-il rien ? Pourquoi s’amourache t-il si vite de Molly alors qu’il vient de perdre sa femme ? Mais il est de la pire des espèces ce Harry ! Sa femme ne le méritait pas, ca c’est sûr ! Puis Harry prend peu à peu forme humaine. C’est un être bourré de complexes, et surtout, de culpabilité. Et c’est peu à peu que l’on comprend les raisons. Et c’est touchant.
Harry m’a touché, a réveillé en moi des sentiments et des émotions enfouies à l’intérieur. Notre héros, et tous les personnages gravissant autour de lui sont bien décrits et pas cliché. J’ai ressenti de la tendresse pour Lucille, pour Molly, pour Claire et Anna et bien sûr pour Harry.

Toutes les pensées et tous les sentiments de Harry sont décortiqués et ont trouvé écho en moi. Mark Sarvas a du talent. Il a su de par cette histoire somme toute banale et qui ne rebondit pas à toutes les pages, m’émouvoir et faire naître des sentiments complexes.

J’ai adoré le style, et le ton très intimiste. C’est du grand art ! le vocabulaire est recherché, mais ca coule comme de l’eau de roche. J’ai même relevé plusieurs mots dont je ne connaissais pas la définition. Pour un premier roman, je dis « Bravo ! ».

J’ai failli me lasser de cette histoire, pourtant, à certains moments. Mais je suis vite replongée dedans.

C’est petit à petit que l’on découvre qui est réellement Harry, et pourquoi.
Le roman, tout en se déroulant dans le présent, fait des sauts dans le passé, Et j’en retire que les cicatrices du cœur font des ravages qui ne se voient pas forcément… Harry est humain, tout simplement.

L’humour est très présent également. Déjà de part les situations dans lesquelles se fourre notre héros. (On dirait qu’il n’en manque pas une !) mais aussi de par certaines joutes verbiales (Ohlala, je me lance dans du vocabulaire compliqué moi).

Cela me fait penser que désormais, dans mes prochaines lectures, j’aurais un petit bloc de post-its à côté de moi, pour relever certaines citations ! (J’ai la flemme et surtout pas le temps de rechercher)

Bref, en ce qui me concerne, ce livre vaut le coup !

Le blog de l’auteur : The Elégant Variation.

This Post Has Been Viewed 47 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Harry revu et corrigé – Mark Sarvas

  1. Jess dit :

    J’ai aimé détester Harry au possible. Il se dit de belles choses dans ce roman, c’est ça qui m’a surtout plu.

  2. pimprenelle dit :

    Je n’ai lu qu’une cinquantaine de pages pour le moment, je repasserai quand je l’aurai terminé 😉

  3. Véro. dit :

    Plus ça va et plus les critiques lues font leur chemin …

  4. Véro. dit :

    Au fait, je l’aime bien moâ ta critique … et, de manière générale, tes critiques ! Alors garde le cap et haut les coeurs !

  5. Anneso dit :

    je note ce titre alors !

  6. Eiram dit :

    Je l’ai fini et je viens de poster ma critique, j’en ai pensé plus ou moins la même chose que toi. Un bon roman.

  7. MyaRosa dit :

    Je suis contente que vous l’ayez aimé Marie et toi, ça me donne encore plus envie de le lire. 🙂 Belle découverte.

  8. pimprenelle dit :

    Je suis un peu moins enthousiaste que toi, même si ce fut une lecture agréable. J’ai trouvé que l’auteur en faisait parfois trop, qu’il donnait dans la surenchère et que la crédibilité de Harry en
    prenait un coup.

  9. MyaRosa dit :

    Oui, mais tu remarqueras qu’en ce moment c’est sur ma LAL que j’ajoute des livres et pas dans ma PAL! 😉 Y’a du progrès… Enfin, il faut que j’aille acheter un bouquin chez France Loisirs
    aujourd’hui, mais ce n’est vraiment pas ma faute…

  10. Marie L. dit :

    A défaut d’un bloc-notes, tu peux corner les angles de tes pages! 😉
    Revenons à Harry. Quand j’y repense, je trouve finalement Harry plus agaçant que touchant… Il me fait un peu l’effet d’un mollasson qui peine à s’ouvrir aux autres et qui ne pense qu’à lui. D’un
    autre côté, il cristallise un peu tous les travers de chaque être humain.
    Mais voilà, cette lecture me laisse un peu perplexe: je ne sais pas si j’ai aimé ou pas… Un peu comme Pimprenelle.

  11. MyaRosa dit :

    Moi ça me fait une bonne excuse pour en acheter même… 😉

  12. valérie dit :

    J’ai beaucoup aimé ce roman et surtout le personnage d’harry.

  13. Catherine dit :

    Moi aussi, je l’ai lu, je l’ai bien aimé mais je ne l’ai pas trouvé drôle.

  14. Ping : Les songes et les livres de Mélo » Blog Archive » Parfois, les livres sont faits pour voyager…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.