Les petites fées de New-York, Martin Millar

les-petites-fees-de-new-york.jpg« Le récit des Petites fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l’adorable Kerry, qui vit dans l’immeuble d’en face, est atteinte de la maladie de Crohn et confectionne un alphabet des fleurs, et en quoi tout cela concerne-t-il les autres fées (de toutes nationalités) de New York, sans oublier les pauvres fées opprimées de Grande-Bretagne, voilà le sujet du livre. Il contient une guerre, ainsi qu’une mise en scène fort inhabituelle du Songe d’une Nuit d’Eté de Shakespeare, et des solos de guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Que peut-on demander de plus à un livre ? »

Neil Gaiman.

Les petites fées de New-York, de Martin Millar

Un titre plein de promesses une quatrième alléchante, un résumé et une préface qui viennent de Neil Gaiman himself, nom connu et reconnu, qui promet une histoire géniale et déjantée.
Pour le côté déjanté, je suis tout à fait d’accord… Des petites fées débarquent par hasard à New-York, ville moderne inquiétante tellement éloignée de ce qu’elles connaissent. Mais il ne faut pas croire que ce soit des petites fées comme on en croise dans les contes traditionnels. Celles-ci, en plus de boire du whisky matin midi et soir se chamaillent constamment, ont un égo surdimensionné et des desseins pas très catholiques.

Extrait :

>>>> Morag sirota son verre.
 » Ca m’a fait plaisir de revoir Heather en tout cas. Jusqu’à ce qu’on s’engeule.
– « Tullochgorum », encore ? »
Morag secoua la tête.
« Pas au début. Elle m’a accusée de lui mettre exprès mes pieds dans la figure, dans le sac de la clocharde. Quelle crétine. J’essayais juste de m’installer confortablement. Ensuite elle a dit que ce n’était pas étonnant que les MacPherson ne parviennent pas à jouer correctement un sthraspey s’ils devaient s’occuper de leurs pieds si grands. N’importe quoi. Après, on s’est engueulées au sujet de « Tullochgorum ». Ensuite, il y a eu l’incident du pavot et j’ai menacé de la tuer pour avoir perdu ta fleur. Non vraiment, quelle journée pourrie.  » <<<<

Je me suis beaucoup amusée à la lecture de ce livre mais seulement au début… J’ai fini par le trouver bien trop long alors qu’il fait moins de 300 pages….. A part gags, courses poursuites, disputes puériles -même si rigolotes- et même vulgarité, l’intrigue ne décolle pas d’un pouce : les petites fées tournent en rond, et nous avec !
C’est donc sans regrets que je capitule à la page 172 sur un total de 300. En parcourant les pages suivantes, je sais que je ne manque rien et que j’ai fait le tour de ce roman dont pourtant j’espérais beaucoup et surtout beaucoup de charme. Raté... L’idée de départ est bonne mais ces sauts sans queue ni tête dans l’intrigue et ce foulli perpétuel ont eu raison de ma patience.

This Post Has Been Viewed 73 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Fantastique - SF - Fantasy, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Les petites fées de New-York, Martin Millar

  1. Lelf dit :

    Arf, c’est dommage, j’avais vu tellement de bons commentaires… Bon, ça arrive, tant pis. J’espère que tu auras plus de chance avec ta prochaine lecture ^^

  2. Mélopée dit :

    Tiens j’en avais lu des avis plutôt positifs ! Mais c’est vrai que quelquefois un bon livre bien agencé vaut mieux que des digressions à la pelle. Bref, je ne l’abandonne pas définitivement car je
    crois qu’il pourrait tout de même me botter dans le fond.

  3. Ah. N’empêche, j’ai toujours envie de le lire, hihi 😉

  4. Brize dit :

    Oui, il y a eu un certain engouement pour ce livre sur les blogs. De mon côté, je l’avais achevé, mais sans être du tout emballée, vraiment sans plus quoi (et l’émission télé bien vulgaire m’avait
    agacée aussi, je suppose que c’est à elle que tu fais allusion).

  5. Erato dit :

    Ca avait l’air pourtant rigolo :S C’est dommage …

  6. nodreytiti dit :

    C’est bien dommage Melo. Ton avis me refroidis un peu mais je le laisse quand même dans ma LAL car il m’intrigue beaucoup ce livre.

  7. Véro. dit :

    Pas vraiment tentée et puis si en plus tu as abandonné en route …

  8. sofiaportos dit :

    Mouais, si tu l’as arrété avant la fin je vai m’abstenir.

  9. Ping : Tag « 10 choses » | Carnet de lectures (et autres futilités)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.