A Mélie sans mélo, Barbara Constantine


Présentation :
Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Pour la première fois, sa petite-f lle, Clara, vient passer les grandes vacances chez elle. La veille de son arrivée, Mélie apprend qu’elle a un problème de santé… Elle verra ça plus tard. La priorité, c’est sa Clarinette chérie !
Durant tout l’été (le dernier ?), Mélie décide de fabriquer des souvenirs à Clara. Des rigolos. Comme regarder pousser les bambous en écoutant La Traviata, chanter sous la pluie des chansons de Nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins. Il y a aussi le vieux Marcel, qui va apprendre à Clara à faire de la mécanique… Et puis, comme la vie est vraiment dingue parfois, il y a Mélie qui va enfin rencontrer le grand amour… Cent cinquante ans à eux deux ? Mais quand on aime, on ne compte pas !

A Mélie sans mélo, Barbara Constantine

Aux premières pages j’ai pris peur. Trop de bons sentiments, du bonheur à gogo, pas de mélo mais de la mélancolie, l’été, les fleurs, les vacances, la famille et tout le tralala. Agacement. Une grand mère et sa petite-fille, le vélo et-gnagnagna-et-gnagnagna.
Puis passé quelques pages Mélie et Clara ont su me faire oublier mes récriminations. Par contre point trop n’en faut. Quelques pages par jour me suffisaient.

C’est léger mais les sentiments et les émotions sont là. On aimerait nous aussi se trouver avec Mélie et les autres, vivre simplement, profiter des bonnes choses et de ses amis, au moins le temps d’un été histoire d’oublier l’année agitée qu’on vient de passer, la grisaille, le boulot, le métro… On aimerait nous aussi ressentir le bonheur qui émane de ce livre. On en deviendrait presque jaloux. Parce qu’ils profitent de chaque petits bonheurs simples, comme se faire une toile (c’est à dire observer l’araignée la tisser), construire une cabane, cueillir des mûres et les manger, s’allonger sur un transat quand la nuit tombe et s’endormir ensemble.

Le style est comparable au langage parlé et est bien agréable, il donne vie à l’histoire. Et l’humour est un des points forts de ce tout petit roman que certains ont dévoré, et que moi, j’ai dégusté. Juste quelques pages dans la journée, histoire de les savourer. Si j’en lisais plus, j’arrivais à l’écoeurement. Bizarre peut-être comme réaction, mais juste une dose, sans trop ni pas assez. Voilà, ce roman, pour l’aimer, il doit falloir savoir le doser. Je le conseille d’ailleurs aux preneurs de transports en commun, juste histoire d’oublier les têtes d’enterrement que vous croisez.

Extraits :

 » Mais elle rit, elle rit encore et encore… Quand même, elle essaye de reprendre son souffle. Elle appuie sa tête contre le dos de Fernand. A travers sa chemise, elle sent sa peau et ses muscles vibrer dans l’effort.
Elle inspire très lentement. La tête lui tourne.
Elle se laisse aller. Grisée.
Ne pense plus. Juste, ressent.
Tout. D’un coup, plus fort. Plus net. Les couleurs vives. Les sons bruts. Les odeurs crues. En une seconde, l’impression de voir des insectes butiner les fleurs le long de la route, d’entendre tinter les petits cailloux au passage des pneus du vélo, et de se sentir, comme liquéfiée, couler dans les veines de Fernand, au rythme des battements de son coeur… […] » (p 20)

« – Un dictaphone ? Mais pour quoi faire ?
-Pour dicter tes Mémoires.
-Mais bon sang… j’ai pas envie de dicter mes Mémoires, moi ! C’est quoi encore, cette histoire ?
– Si j’avais été résistante comme toi, pendant la guerre, eh bien j’aurais aimé le raconter à mes petits-enfants. Pour qu’ils sachent que c’est possible de résister… Qu’on peut résister à tout. Aux nazis, à l’injustice, aux politiciens, à la maladie, à la bêtise… à tout ! Parce que les enfants, ils vont peut-être finir par croire ce qu’on dit partout… que tout est foutu, qu’il n’y a plus rien à faire, qu’on doit tout accepter tel quel, courber la tête, être des moutons… […] » (p 68)

Merci à Livraddict et au Livre de Poche pour ce finalement joli, mais un peu triste, partenariat.

Interwiew de l’auteure :

This Post Has Been Viewed 106 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

19 réponses à A Mélie sans mélo, Barbara Constantine

  1. Véro dit :

    Très bonne idée de lecture pour les transports en commun histoire de se donner du peps pour la journée !

  2. Anne Sophie dit :

    il est dans ma pal et je compte le lire très bientot !!

  3. Schlabaya dit :

    Je l’ai bien aimé, même si ce n’est pas mon préféré de cet auteur ! je te recommande « Allumer le chat », plus déjanté, et surtout « Tom petit tom tout petit homme Tom ».

  4. Latite06 dit :

    Je crois que je vais passer, car je vais pleurer du début à la fin ^^

  5. Ingrid dit :

    Ton billet donne envie de le lire pour faire une pause entre 2 thrillers… mais ma pal déborde !! excellente critique Mélo !

  6. Isa dit :

    un bon petit livre pour l’été alors…

  7. Edelwe dit :

    Voilà un livre très tentant que j’ai d’ailleurs offert à Emeralda pour son swap anniversaire!

  8. nodreytiti dit :

    Voilà un livre pour mes transports alors! Mais bon ça va attendre encore un peu vus l’état de ma PAL! Merci en tout cas pour cette idée de lecture.

  9. FaFa dit :

    Bah tu vois j’ai cliqué !!!
    Bon je vois que t’es un peu contre ceux qui sont heureux… mais je suis d’accord parce que ça rend jaloux un tel jardin et de tels moments !

  10. Azilice dit :

    Et bien moi je l’ai dévoré et pas dégusté par petits bouts, ça m’a fait du bien de plonger totalement dans ces bons sentiments et cette vie simple. Un bon moment et un beau petit livre. Je lirai très certainement les autres livres de cet auteur!

  11. Melo dit :

    @ Véro : Comme tu le dis : « un bon livre pour lutter contre la morosité ambiante ».

    @ Anne-So : Très bonne lecture d’avance.

    @ Schlabaya : Je note « Tom petit Tom.. » L’autre me tente moins, mais en général, les écrits de cette dame me tentent moyen. Je ne dois pas être dans une bonne période pour lire ce genre de chose.
    NB : Ton pseudo me fait penser à ma saleté d’amour de chat, qui s’appelle Baya.. lol

    @ Latite : Hum. Bien qu’il se dit partout que c’est léger et frais, il m’a donné aussi envie de pleurer… un peu. La nostalgie est bien présente.

    @ Inka : Merki beaucoup, *smiley qui danse*. Tu as raison, si ta PAL menace de s’écrouler, ce n’est pas raisonnable. Et très franchement, je ne trouve pas ce livre indispensable. Mais par contre, il se lit méga vite ! Ca peut être chouette pour les vacances.

    @ Isa : Voui, voilà, tout à fait ^^ Et puis en hiver, il devrait mettre un peu de soleil dans le coeur.

    @ Edelwe : Hum huumm, ce serait pas ton tour bientôt ? ^^

    @ Audrey : si tu en as l’occasion, oui, pour les transports, je le trouve vraiment bien. Chapitres courts, tout petit livre, qui fait penser aux vacances.

    @ FaFa : Feignasse (z’inquiétez pas les autres, elle comprendra).
    bah non, tu me tristounes là. Je ne suis pas contre les gens qui sont heureux.
    Juste que des fois, quand t’es malheureux, et que tu vois des gens heureux, bah t’as pas un petit pinçement au coeur ?
    Je ne dis pas que je suis malheureuse à longueur de temps, mais ce livre respire la famille, le bonheur, le jardin, les vacances, et quand toi t’as pas tout ça mais que t’es dans le bus direction le boulot avec ton livre, bah t’es forcément nostalgique, non ?

    @ Azilice : Peut-être que je le rouvrirais un de ces quatre, et que je dévorerais tous ces bons sentiments, mais bon pour l’instant, à petites doses, sinon, overdose.
    Mais un beau petit livre, ca je suis d’accord.

    @ toutes : merci de votre passage, et d’avoir pris le temps de laisser tous ces petits commentaires.

  12. **Fleur** dit :

    Moi j’ai adoré, frais et léger idéal pour l’été 🙂 j’ai hâte d’en découvrir d’autres de Barbara Constantine

  13. Valérie dit :

    Je suis bien d’accord avec toi (et je l’ai rarement vu précisé) , c’est une histoire triste: cet enfant sans mère, ce couple qui se déclare leur amour sur le tard (donc un long morceau de vie raté)… Je n’ai pas été sensible à ce roman.

  14. calypso dit :

    Sentiment très mitigé de mon côté.

  15. Pour moi ce livre fait partie des lectures réconfortantes, je ne l’ai pas trouvé triste du tout… Et je l’ai vraiment adoré…
    (j’ai découvert ton blog depuis peu et tu es une des dernières rajoutés sur ma (longue) liste de lectrices et lecteurs chouchous, j’apprécie beaucoup tes billets)

  16. Leiloona dit :

    Je découvre ton blog via facebook …
    Lu il y a quelques semaines, j’ai aimé cette jolie parenthèse et ces gens heureux de profiter de la vie. 😉

  17. La Nymphette dit :

    C’est le premier commentaire un peu « pondéré » que je lis à propos de ce livre, ça fait du bien, je n’aime pas quand tout le monde est d’accord, parce que si le roman ne me plait pas (et je compte bien le lire!) je me sens mal!

  18. titoulematou dit :

    ce n’est pas mon préféré de cet auteur…vous devriez lire tom tom tout petit homme tom
    Dernier article de titoulematou : Enquête sur la disparition d’Émilie Brunet ( Antoine Bello)

    • Melo dit :

      J’avoue que je suis réticente maintenant à entamer un autre titre de Barbara Constantine.

      (Ohlala Mes vieux billets me font peur tellement pas douée je suis !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.