Replay – Ken Grimwood


En résumé (par l’éditeur) :

Et si vous pouviez recommencer votre vie, que changeriez-vous ?

En ce 18 octobre 1988, Jeff Winston se trouve dans son bureau new-yorkais, et écoute sa femme lui répéter au téléphone: « Il nous faut, il nous faut… » Il leur faudrait, bien sûr, un enfant, une maison plus confortable. Mais surtout parler. À cœur ouvert. Sur ce, Jeff meurt d’une crise cardiaque. Il se réveille en 1963 à l’âge de dix-huit ans, dans son ancienne chambre d’université. Va-t-il connaître le même avenir? Non, car ses souvenirs sont intacts. Il sait qui va gagner le prochain Derby, et ce qu’il en sera d’IBM et d’Apple… De quoi devenir l’homme le plus puissant du monde, jusqu’à… sa deuxième mort, et qu’une troisième, puis une quatrième vie commencent…

Replay de Ken Grimwood
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Guy et Françoise Caseril
Editions Points, juin 1997
448 pages

Pour commencer, un petit mot sur l’objet :

J’ai la chance de posséder l’édition Collector de chez Points (en bleu à gauche). Il faut savoir que cet objet est une véritable merveille ! La photo ne lui rend pas honneur, car en fait, la couverture est bleue métallisée (comme une voiture, oui). La tranche est argentée, ca brille, c’est beau, c’est neuf (qui a dit « lavé avec Mir Laine » ??). Les coins du livre sont arrondis, oui, arrondis ! Alors moi je propose que les lecteurs s’unissent pour ne réclamer que des livres aux coins arrondis !! Parce que du coup, ca ne se corne pas, on peut le glisser dans un sac de filles, il ressort comme neuf ! Et puis bah moi, j’aime bien les ronds !

Et voulez-vous connaître un détail con-si-dé-rable de plus ?? Et bien à n’importe quelle page, le livre reste ouvert ! Pas besoin de contorsionner son poignet, d’appuyer comme un forcené sur les pages pour les aplanir, il reste ouvert à la page qu’on lit ! C’est chouette pour se gratter…la tête en même temps ! Ou pour siroter son cocktail, ou encore pour tenir la couette quand il fait froid !

Bref, je lance un appel aux éditeurs pour n’avoir que des livres comme celui-ci ! Un livre vraiment agréable à manipuler !

Ce que j’en ai pensé :

Autant aller droit au but : c’est, pour moi, un livre qui vaut vraiment la peine d’être lu ! Publié aux Etats-Unis en 1986 puis en France en 1988, ce roman parvient, encore aujourd’hui, à séduire un large lectorat.

Sous une trame de science-fiction, et des abords divertissants, les thèmes abordés sont aussi intemporels et profonds que ceux du temps qui passe, de la vie, de la mort et du sens de la vie.

Coup de chance ou mauvais coup du sort, Jeff se retrouve à revivre sa vie en gardant en souvenir celles qu’il a vécues précédemment. On plonge donc avec lui à travers l’Amérique des années 60 à 80.

La plume est maîtrisée, le rythme, soutenu quasiment tout du long (quelques longueurs tout de même) et les questions suscitées ne peuvent qu’interpeller nos esprits. Les personnages sont fouillés et attachants, l’histoire est intelligente, séduisante, et ne manque pas de suspense.

Ken Grimwood met l’accent sur la nature éphèmère de l’existence. Ne sommes-nous pas de toutes petites choses dans ce grand univers ? Nos choix sont-ils importants et leurs conséquences façonnent-elles ce que nous sommes ?

Le thème, bien qu’abordé à de nombreuses reprises (Je pense au film « L’effet papillon » qui est récent, mais il y en a d’autres), est traité ici, avec une justesse étonnante.

Si le dénouement a pu décevoir quelques lecteurs, il me convient tout à fait.

Un petit  –  : Moi la petite française des années 2000, n’a pas saisi toutes les références à l’histoire (principalement économique) des Etats-Unis. J’ai trouvé qu’il y en avait un peu trop.

Un petit +  : Quel plaisir de se plonger dans les années 60 à 80 de par le quotidien et les moeurs des personnages !

Un roman magnifique, divertissant et profond.

Quelques citations :

« Il lui fallait de nouveau affronter le vide que cause une perte infinie, mais cette fois d’une façon plus complexe. Cette fois, il savait qu’il n’avait pas le droit de s’effondrer sous le poids de l’insupportable. Il n’y avait plus de pont à détruire ; il devait apprendre à aller de l’avant et à construire, malgré le supplice de savoir que certaines choses ne seraient plus jamais. »

Au début du roman, je me suis sentie frustrée que Jeff ne se pose pas plus de questions sur sa condition. Mais pourquoi donc ?? Quelle est la cause de tout cela ? Pourquoi accepte t-il sa condition sans chercher à comprendre ? Je ne le sentais pas tellement angoissé par » l’issue ». Car quel cauchemar que ce qu’il vit ! De quoi perdre la raison. Puis à la page 181 :

« Il se trouvait entre les griffes de forces capables de détruire une montagne, puis de la reconstituer et de la détruire de nouveau, une fois, deux fois, sans fin, comme un enfant jouant dans le sable. A quoi bon essayer de comprendre une chose pareille ? Même s’il avait pu la comprendre, ne serait-ce que d’une façon fragmentaire, quel cerveau humain aurait pu accepter ce savoir et conserver son équilibre ? « 

« Une seule chose comptait : le quart de siècle (à peu près) qu’il lui restait à vivre. Il le vivrait comme il le déciderait et dans son propre intérêt. Rien ne passerait avant cela : ni le travail, ni les amitiés, ni les relations avec des femmes. Ces choses-là faisaient partie de sa vie, en étaient des composantes précieuses, mais elles ne la définissaient pas, ne devaient pas la diriger. Sa vie dépendait de lui et de lui seul.« 

D’autres avis sur BoB ? Clic.

D’autres avis sur Livraddict ? Clic.

Un autre avis que je viens de trouver et qui me convient complètement.

This Post Has Been Viewed 1,285 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Etats-Unis, Fantastique - SF - Fantasy, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

30 réponses à Replay – Ken Grimwood

  1. Sita dit :

    Je m’étais déjà noté le titre et j’ai très envie de le lire. Ta critique me convainc encore plus que c’est un livre que je vais sans doute beaucoup apprécier
    Merci pour ces extraits 🙂 Et je vais essayer de me trouver la version collector 😉

  2. Soundandfury dit :

    Je n’arrive pas à me faire un avis. C’est la couverture qui m’a attirée vers ton avis. L’édition collector a l’air plus que géniale.

    Le thème me semblait prometteur et tu n’en dis que du bien…
    Et pourtant, je ne sais pas pourquoi… arrivée en bas de ton article, je n’arrive pas à me dire qu’il vaut la peine d’être ajouté à ma liste.

    Peut être à cause des extraits. C’est toujours aussi intellectualisé ou bien y-a-t-il des passages avec plus de mouvement?

  3. Melo dit :

    @ Sita : J’espère qu’il te plaira et tu arriveras à dégoter l’édition Collector 🙂 Bon ca reste un livre, mais je trouve cette édition très chouette !

    @ Soundanfury : Je n’ai pas parlé du contenu du livre, effectivement pour ne rien dévoiler, mais oui, ca bouge, et ce n’est pas toujours aussi intellectualisé. Je dirai même que ce genre d’extrait se fait assez rare. C’est pour cela que je les ai relevés. Donc oui, ca bouge. Il ne te reste plus qu’à le lire pour savoir ! 😆

  4. Cath dit :

    C’est un livre dont j’ai déjà entendu parler… et ton avis me le confirme, je le lirai un jour… C’est sûr !

  5. Miss Spooky dit :

    Envie de le lire avant, et grâce à toi, envie de le lire encore plus… merci pour les extraits, et ton éloge de la version collector est plus que convaincante (un livre qui tient ouvert à la bonne page, whaou !), cela dit je me contenterai de ce qu’il y aura. Espérons qu’il y aura celle-là 😉

  6. Melo dit :

    @ Cath : Oh oui, c’est un livre qui en vaut la peine, à mon avis. Divertissant, mais qui pousse aussi à la réflexion. 😉

    @ Miss Spooky : Tu m’en vois ravie ^^. Je crois que cette édition ne se trouve plus qu’en occasion. Je ne l’ai pas revue depuis mon achat (début 2010). Mais j’ai peut-être mal regardé.

    @ toutes : Merci d’être passé ! 🙂

  7. George dit :

    Encore un livre dans ma PAL…. mais ce que tu en dis pousse à le faire remonter sur le dessus de la pile !!

  8. Belledenuit dit :

    Je n’ai pas du tout accroché à ce bouquin. A un moment donné je voulais même l’abandonner en cours de route et puis je l’ai terminé en me disant que j’allais accrocher. Ce n’est jamais arrivé. En bref, une grosse déception pour moi.

  9. Valérie dit :

    Merci pour le fou rire de ce soir. Tes commentaires sur mon blog et le fait que moi non plus, je n’y comprenais rien du tout à l’affichage des commentaires sur mon blog m’a fait pleurer de rire! Tu dois avoir un côté clown en toi! Bises. Et merci pour m’avoir interviewée, ça ne m’arrive pas tous les jours!

  10. Brize dit :

    Un bon souvenir de lecture (mais j’ai pô de chance, moi, j’ai pas la belle édition bleue !).

  11. Cacahuète dit :

    Un livre qui est déjà dans ma Wisch list ! avec ton billet, il va peut etre trés rapidement passer dans ma PAL si je tombe dessus !!!

  12. Melo dit :

    @ George : Allez hop, remonte-le et plus vite que ça !

    @ BelleDeNuit : Ca arrive. Et je comprends que ce livre ne plaise pas à tous les coups.

    @ Valérie : J’aime bien rigoler, c’est vrai, même si je suis de nature assez réservée. Moi aussi je me suis payée un fou rire devant mon écran. Merci de t’être prêtée à l’interview. 😀

    @ Brize : Ah dommage pour l’édition bleue. ^^

    @ Cacahuète : Que ce livre passe rapidement dans ta PAL, c’est un ordre !

  13. « Et si vous pouviez recommencer votre vie, que changeriez-vous ? » C’est une vaste question en effet !!! Je me rappelle avoir été tenté par ce livre, mais il y a tant à lire…
    Bon week end Mélo

  14. Valérie dit :

    Un grand merci Mélo pour ces beaux cadeaux. Tu sais que les deux livres me faisaient très envie mais ce que j’aime par dessus tout, c’est ce que tu as fait avec tes 10 doigts: le prote bonheur a rejoint mon porte-clé qui contient la clé de ma salle de classe et ton marque-page est sublime et surtout, si magnifiquement personnalisé qu’il me touche beaucoup. Merci merci!

  15. Melo dit :

    @ L’or : effectivement, vaste question ! Merci et bon week-end à toi 🙂

    @ Valérie : Je suis contente que ça te plaise. Il fallait bien fêter dignement tes 40 ans ! Bises.

  16. Manu dit :

    J’ai vraiment adoré ce bouquin aussi même si la fin m’a un peu frustrée c’est vrai. Mais bon, c’est rien à côté de l’excellente qualité de ce livre !
    Par contre, je n’ai pas cette édition collector 🙁

  17. Melo dit :

    Je suis contente Manu, de savoir que tu l’as apprécié aussi. Oui, j’ai vu sur ton blog que la fin t’avait déçue.

  18. Liyah dit :

    Un livre qui est dans ma LAL depuis pas mal de temps maintenant mais je n’ai encore jamais eu l’occasion de le lire !

  19. Melo dit :

    Alors lance toi quand tu sauras que c’est le bon moment ! ;à

  20. Véro dit :

    Il me tente bien celui-là et puis c’est bête, mais les coins arrondis, j’ai envie de voir ça !

  21. Melo dit :

    Ah les coins arrondis, c’est le bonheur !

  22. Nelfe dit :

    Ah il me dit bien ce livre! Je n’en avais jamais entendu parler mais je le note de suite dans ma wishlist.
    C’est le genre d’histoires qui me plait!

    Merci 🙂

  23. Melo dit :

    Et une fois dans ta PAL, ne le laisse pas prendre la poussière, hein ?! 😀

  24. Marie dit :

    Un copain me l’a passé lundi soir dernier. Je ne l’ai pas encore fini parce que je ne veux pas arriver trop vite à la fin. J’aime beaucoup la trame ordinaire-extraordinaire. Ken Grimwood a un vrai talent, il arrive à mettre en mots ce que certains pensent à un moment difficile de leur vie : repartir en arrière et ne pas recommencer ce qu’on juge comme nos erreurs, ce qui n’a pas apporté le bonheur, en sachant que cela entraine forcément l’inconnu… et le risque d’erreurs aussi Aie !
    Ca démarre toujours avec le même lieu de vie, les même parents, les mêmes personnes dans sa vie seul le scénario change… puissant et une belle imagination.
    Dommage que ses autres livres ne soient pas traduits en français…

  25. Melo dit :

    @ Marie : merci de ton passage et de me faire partager ton sentiment sur ce livre. Te lire me remémore les belles heures de lecture que j’ai passées 😉

  26. Ping : Replay, Ken Grimwood « Là où les livres sont chez eux

  27. Ping : Replay, de Ken Grimwood | Mes Lectures de l'imaginaire

  28. Moka dit :

    Cette histoire a su me toucher ! J’ai vraiment beaucoup aimé.
    Dernier article de Moka : Butin du dimanche # 4

  29. Emily dit :

    Un gros, gros, gros coup de coeur pour moi ! C’est un livre qui m’a profondément émue…

    PS : un livre qui reste ouvert à n’importe quelle page ? Le rêve !
    Dernier article de Emily : Les Imperfectionnistes : grandeur et décadence du journalisme international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.