Sanctuaires ardents – Katherine Mosby

Résumé :
Souviens-toi, être différent ne fait pas de vous quelqu’un de spécial, mais être spécial fait de vous quelqu’un de différent. J’espère que tu te joindras à mes prières pour que Vienna Daniels ne change jamais.

Depuis l’arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L’ intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscite l’admiration des uns, l’effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour, Willard s’en va, laisse Vienna élever seule leurs deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s’acharner sur les Willard. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l’amour qu’elle porte à Willa et Elliot, Vienna entre alors éperdument en résistance.

Après Sous le charme de Lillian Dawes (Quai Voltaire, 2009), Sanctuaires ardents montre l’étendue de la palette de Katherine Mosby et son sens aigu des nuances.

Ce que j’en ai pensé :

Cette histoire se déroule dans une ville de Virginie dans les années 30, là où les usages et les principes garantissent votre intégrité.

Lorsque débarque Vienna, une femme riche et cultivée de New-York qui se fiche éperdument des convenances, celle-ci attise toutes les jalousies, les passions, les ragots et convoitises. D’autant qu’une aura de mystère plane sur elle et sa famille.

Nous est conté ce qui caractérise le genre humain : ses mesquineries, son hypocrisie, ses faiblesses, sa xénophobie de l’époque mais aussi ses souffrances, son amour, ses sentiments ou son sens du devoir. On assiste aussi à un véritable choc des cultures, entre la New-Yorkaise cultivée à l’esprit ouvert et les habitants de Winsville plutôt fermés et ignorants.

« En plus, elle aimait les Nègres et elle fumait des cigarettes. Voilà ce qui arrive, disait-on, quand on lit trop de livres : Ca ramollit le cerveau, et Addison imaginait alors la texture spongieuse des champignons des bois ou des crackers détrempés. On racontait qu’elle possédait des milliers de livres. »

On se laisse porter par la plume de l’auteure, délicate et subtile. L’écriture laisse totalement place à la visualisation. Je pouvais « voir » chaque geste des personnages, ressentir chaque émotion. J’ai lu ce livre avec une sorte de fascination qui m’échappait presque car finalement l’histoire et l’intrigue paraissent plutôt banales. Les personnages prennent ainsi vraiment corps dans ce roman tellement ils sont palpables.

Outre tous les adultes, les deux enfants de Vienna ajoutent à la force de l’histoire. Willa, rebelle et difficile contraste avec le caractère d’Elliott, sensible et altruiste.

L’amour de la nature est aussi terriblement bien rendue par le personnage de Vienna et de ses enfants.

Une excellente découverte donc du  livre écrit avant « Sous le charme de Lillian Dawes »  mais publié après .

Merci à Blog-O-Book et aux éditions de la Table Ronde.

This Post Has Been Viewed 224 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Sanctuaires ardents – Katherine Mosby

  1. George dit :

    chouette !!!! et dire que je vais pouvoir le lire aussi !!!

  2. clara dit :

    je le note !!!!
    il m’intéresse beaucoup pour les thèmes abordés!

  3. Melo dit :

    @ George : Je te contacte dès que je peux te l’envoyer. De toutes façons, je ferais un billet livres voyageurs.

    @ Clara : Après avoir parcouru ton blog, je pense effectivement qu’il pourrait te plaire !

  4. Ikebukuro dit :

    Je file le noter dans ma liste de futures lectures…

  5. Manu dit :

    J’ai aimé « Sous le charme de Lilian Dawes ». Je le lirai sûrement quand il sera en poche.

  6. Melo dit :

    @ toutes : Bonne lecture si vous le lisez.

    Je tiens à dire aussi que le rythme est assez lent, je ne voudrais pas faire des déçus parmi ceux et celles qui sont tentés 😉

  7. Ping : Les songes et les livres de Mélo » Blog Archive » Parfois, les livres sont faits pour voyager…

  8. nodreytiti dit :

    Merci pour cet avis. J’avais hésité à postuler pour le parte, maintenant je regrette!

  9. Melo dit :

    Audrey, il peut encore voyager par chez toi si tu veux ! 😉

  10. Luocine dit :

    J’ai beaucoup aimé ce roman et votre critique alors j’ai mis un lien vers votre site.Amicalement Luocine
    http://luocine.over-blog.com/

  11. Melo dit :

    @Luocine : Merci d’être passée et pour le lien ! 🙂 Oui, c’est un beau roman !

  12. Ping : Octobre 2010 | Luocine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.