Un océan de pavots – Amitav Ghosh


En résumé :

L’Ibis, ancien transporteur d’esclaves reconverti en navire marchand, est au coeur de cette extraordinaire saga indienne. Parti de Baltimore, aux États-Unis, il rejoint Calcutta pour embarquer une cargaison de coolies attendue à l’île Maurice. Parmi eux Deeti, une paysanne ruinée par le commerce de l’opium tenu par les Anglais et qui accule les paysans indiens à la misère ; Kuala, son amoureux, qui l’a sauvée du bûcher funéraire sur lequel elle avait décidé de mourir ; Paulette Lambert, une jeune Française qui se fait passer pour indienne afin d’échapper au mariage sordide auquel l’a condamnée son tuteur ; enfin Jodu, son frère de lait, un jeune Indien, qui s’est engagé comme mousse sur l’Ibis, mais ignore la présence de Paulette parmi les coolies, à l’instar de Zachary Reid, le commandant en second, un Noir qui a tout l’air d’un Blanc et qui risquerait sa carrière si cela venait à se savoir. Dans les flancs de l’Ibis sont également enfermés deux prisonniers condamnés à l’exil : Neel Rattan, un raja trahi par son créditeur anglais, et Ah Fatt, un métis de Chinois et d’Indien, opiomane. Sur le pont, Baboo Nob Kissin est chargé de la surveillance générale. Convaincu que sa sainte tante, qu’il a aimée par-dessus tout, va se réincarner en lui, il se laisse envahir par la pitié et vient en aide aux prisonniers. Tous ces individus aux parcours et aux caractères si dissemblables, seront unis par le périple, un voyage au cours duquel chacun tentera de faire basculer son destin. Il leur faudra pour cela  survivre à la rage de l’océan Indien, aux privations, aux maladies, aux révoltes et affronter la cruauté extrême du commandant en second et de son âme damnée.

Sortie en France : 19 Août 2010 (586 pages)

Editions : Robert Laffont

Mon avis à moi :

Avant de vous plonger dans ce pavé, assurez-vous d’avoir le temps… En effet, quasiment 600 pages que ce premier tome d’une trilogie. Une saga qui commence en 1838 qui fourmille de personnages. Ils se retrouvent tous sur un navire, ancien transporteur d’esclaves qui achemine désormais du pavot, richesse indienne exploitée par les Britanniques et la Chine et très prisée pour l’opium qu’elle devient.

Deeti, veuve échappée du bûcher, Zachary, marin qui au départ n’en est pas un, Paulette, orpheline recueillie par un riche commerçant et fuyant sa condition, ou encore Kalua, le géant un peu simplet, plus une panoplie d’autres personnages aux  personnalités, origines et langage différents, vont se rencontrer et se côtoyer sur l’Ibis pour former une fresque haute en couleurs.

Cependant, je me suis ennuyée. Les personnages sont trop nombreux, ce qui m’a empêchée de m’attacher à eux. L’intrigue m’a paru fade et ronronnante, les différentes utilisation du langage indien m’ont usée, et l’abus de détails a eu raison de moi.

Le style, bien que travaillé, n’a pas eu l’effet escompté. Il m’a paru lourd et indigeste.

Pour terminer sur une note positive, ce livre a tout de même eu le mérite de me faire voyager dans le passé et dans d’autres contrées, de me dépayser, et de m’en apprendre davantage sur cette époque qu’est le début du 19ème siècle en Inde, colonisée par la Grande-Bretagne.

Merci à BoB et aux éditions Robert Laffont pour l’envoi.

This Post Has Been Viewed 108 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Inde, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Un océan de pavots – Amitav Ghosh

  1. Schlabaya dit :

    zut alors ! tous les avis sur ce livre sont mitigés, je vais peut-être le lire, mais pas tout de suite…

  2. Valérie dit :

    Comme tu la sais, je me suis ennuyée aussi. Dommage parce que j’adore la couverture et le thème me tentait aussi.

  3. Anne Sophie dit :

    mon namoureux me l’a offert ce matin ! j’espè-re qu’il me plaira plus qu’à toi !

  4. Véro dit :

    Rien que dans le résumé, les personnages sont déjà nombreux donc ça ne m’étonne pas que ce soit le cas dans le reste du livre ! Je passe.

  5. sofiaportos dit :

    600 pages !! Euhh… moi aussi je passe lol

  6. Melo dit :

    @ Schlabaya : Je ne le conseille pas.

    @ Valérie : Tout pareil que toi !

    @ Anneso : J’espère qu’il te plaira plus qu’à moi ! Il est gentil ton namoureux, dis moi !

    @ Véro : Tu as bien raison !

    @ Sofia : Il y a des livres de 600 pages qui sont top ! 😉

  7. Anna dit :

    Je te conseille « Le pays des marées » du même auteur. Je l’ai préféré à « L’océan des pavots ». Ce « pays des marées » est une merveille qui nous tranporte dans les Sundarbans. Il y est question de nature et de la défense de celle-ci.

    • Melo dit :

      Bonjour,
      effectivement j’ai déjà entendu parler du Pays des marées qui a l’air de plaire. J’en prend bonne note, merci du conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.