L’Histoire d’Edgar Sawtelle – David Wroblewski


En résumé
:

Dans une ferme isolée au nord du Wisconsin, le jeune Edgar Sawtelle grandit seul entre son père et sa mère, avec lesquels il ne peut communiquer que par le langage des signes.
Depuis deux générations, les Sawtelle élèvent et dressent une race de chiens d’exception «à qui il ne manque que la parole», dont Almondine, l’amie de toujours d’Edgar, est un merveilleux exemple.
À l’arrivée de Claude, l’oncle du garçon, la paix du foyer vole en éclats.

Roman initiatique, roman des grands espaces américains, L’Histoire d’Edgar Sawtelle emporte le lecteur dans une quête effrénée de liberté. Cette histoire juste et singulière, saluée par une critique unanime, a déjà touché plus de deux millions de lecteurs aux États-Unis.

David Wroblewski a passé son enfance dans le Wisconsin rural, à proximité de la forêt de Chequamegon, où se déroule une partie de ce magnifique roman. Propulsé en tête des listes de best-sellers par l’enthousiasme d’Oprah Winfrey, L’Histoire d’Edgar Sawtelle fait déjà figure de classique de la littérature américaine.

L’Histoire d’Edgar Sawtelle, de David Wroblewski
Le livre de poche (2010) – JCLattès (2009) – Etats-Unis (2008)
702 pages

Ce que j’en ai pensé :

On peut lire sur la couverture « Le roman qui a fait pleurer toute l’Amérique ». Je ne sais pas si cette affirmation est confirmée mais ce roman aura en tout cas eu le mérite de me serrer la gorge, pas au point de pleurer parce que je vis en couple et que quand même, il faut se contenir 😀 mais les larmes n’étaient jamais loin. Ce livre m’a beaucoup émue, j’en suis ressortie un peu groggy tant l’émotion et un panel de sentiments différents m’ont assaillis.

Le récit, découpé en 5 parties, nous relate la vie d’Edgar de son enfance à son adolescence. Cet enfant muet -mais pas sourd- est le fils d’un couple d’éleveurs de chiens. C’est donc entouré de ceux-ci dans une campagne belle et vaste que le garçon grandit. Mais la vie n’est jamais un long fleuve tranquille et l’enfant va peu à peu faire l’apprentissage du côté douloureux de l’existence.

Les relations entre le chien et l’Homme sont terriblement bien rendues. J’ai moi-même vécu avec 3 chiens et c’est peut-être ce qui explique pourquoi ce roman m’a autant touchée. L’auteur doit être un incontestable amoureux de ces « meilleurs amis de l’Homme ». Il les fait même « parler » pendant quelques chapitres entiers.

Les relations humaines sont également superbement bien décrites dans leurs complexité : L’amour, la haine, la jalousie, l’ambivalence, l’affection ou encore la souffrance. Tout y passe avec une justesse de ton particulièrement bluffante.

Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’action bien qu’il y ait tout de même un intrigue avec une pointe de suspense. Mais malgré quelques petites longueurs ressenties au milieu de ma lecture, je me suis chaque jour plongée dans ces pages avec bonheur et délectation. Il faut dire que le style n’y est pas pour rien, c’est bien écrit et les lignes coulent sans effort… A conseiller aux amoureux des animaux, amateurs de grands espaces et avides d’humanité.

This Post Has Been Viewed 122 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à L’Histoire d’Edgar Sawtelle – David Wroblewski

  1. Ping : Tweets that mention Les mots de Mélo » l’Histoire d’Edgar Sawtelle – David Wroblewski -- Topsy.com

  2. DeL dit :

    Vilaine tentatrice !! 😀

  3. Leiloona dit :

    Ce que tu dis sur la relation qu’il a décrite entre les hommes et les chiens m’interpelle ! 🙂

  4. Manu dit :

    Je pense que c’est trop triste pour moi !

  5. Isa dit :

    Bon… je crois que je vais le sortir de PAL celui-là j’espère aimer autant que toi !

  6. Véro dit :

    Pas envie de lecture triste, je passe !

  7. nodreytiti dit :

    Je me le mets de côté dans ma LAL!

  8. Ikebukuro dit :

    J’ai hésité pour ce partenariat et je me suis dit que j’allais passer mon temps à pleurer et les yeux rouges pour aller bosser c’est moyen… Je l’ai malgré tout noté dans ma liste.

  9. Latite06 dit :

    Je n’aime pas trop pleurer en lisant, mais je l’ai noté quand même, car ton billet donne envie de le lire 🙂

    Bonne journée à toi !!

  10. Melo dit :

    @ DeL : Chacune son tour ! :p

    @ Leiloona : Et je peux te dire que c’est terriblement bien rendu !

    @ Manu et Véro : Je le craignais aussi mais ca a été. Ce n’est pas larmoyant, plutôt émouvant, je dirais.

    @ Isa : Je te le souhaite.

    @ Audrey : Je suis curieuse mais j’aimerais bien voir ta LAL !

    @ Ikebukuro : Effectivement, ca ne le fait pas trop. Mais comme je disais, il est plutôt émouvant que larmoyant, et plein d’humanité.

    @ Latite : Et toi qui adore les animaux en plus ! 😉

  11. keisha dit :

    Il est à la bibli (en gros livre broché) , pas trop triste quand même?

  12. Melo dit :

    @ Keisha : La fin n’est pas des plus joyeuses, mais ce n’est pas larmoyant et ca ne tombe pas dans la mièvrerie. C’est un roman intense où tous les sentiments sont vraiment très bien décortiqués. C’est bizarre, j’ai du mal à bien faire passer mon sentiment. J’ai toujours peur de trop en dévoiler.

  13. Ellcrys dit :

    Voilà un livre qui me tente beaucoup. Je l’avais remarqué à sa sortie grand format, mais je m’étais promis d’attendre la sortie poche… je n’ai plus de raison d’attendre.

  14. Melo dit :

    @ Ellcrys : effectivement, yapluka 😉 En tout cas, j’ai passé un bon moment.

  15. Waliceo dit :

    Moi même atteint de surdité et ne pouvant communiquer qu’en LSF, ce roman m’a également beaucoup ému.

    Merci pour ce billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.