Porteurs d’âmes de Pierre Bordage

En résumé :

Léonie, achetée au Liberia, alors qu’elle n’était qu’une enfant, séquestrée, prostituée, s’enfuit à vingt ans de son enfer pour se retrouver clandestine et sans papiers dans les rues de Paris.
Edmé, un inspecteur de la Crim’, déprimé par les violences, la misère et le cynisme qu’il côtoie chaque jour, découvre un étrange charnier dans la Marne.
Cyrian, fils de famille en mal de raisons de vivre, se prête à un voyage expérimental d’un genre nouveau, pour trouver le frisson de l’extrême : le transfert de l’âme dans un corps d’emprunt…
Leur point commun ? Tous trois sont porteurs d’âmes, comme tous les êtres humains. Mais parfois les âmes ne sont pas où elles devraient être …
Polar, roman d’amour et d’anticipation : Pierre Bordage joue ici de tous les genres avec un art consommé…

Porteurs d’âmesde Pierre Bordage
Le Livre de Poche (2009) 448 pages / Au Diable Vauvert (2007)

Ce livre m’a été offert lors du Swap’Anniversaire par Mélopée qui fêtait justement son anniv’ le 31 décembre 😉 Merci encore Mélopée !!

Ce que j’en ai pensé :

Quelle honte, cela fait plus d’un mois que j’ai terminé ce polar d’anticipation et que je n’ai pas écrit mon billet ! Du coup, ça ne va pas être évident de me remémorer tout ce que je voulais mettre en avant… Dommage parce que j’ai vraiment adoré ce bouquin qui mêle les genres : polar, science-fiction, anticipation, histoire d’amour et réflexion. Oui oui, tout ça dans un petit bouquin qui ne paie pas de mine et que j’ai tardé à ouvrir !

C’est dans un univers noir que nous emmène Pierre Bordage. Un univers sale et sombre, dans lequel l’expression « chacun pour soi » trouve tout son sens. L’écriture est vive, énergique, le langage souvent familier dans les dialogues mais la plume de l’auteur m’a portée de bout en bout et c’est à peine si je pensais à reprendre mon souffle.

Les premières pages m’ont déstabilisée, l’univers m’étant totalement étranger et un brin décalé mais l’intrigue m’a vite rattrapée et c’est avec avidité que les pages se sont finalement tournées. Le côté science-fiction/anticipation m’a beaucoup plu. Des âmes qui voyagent dans des corps humains étrangers, en voilà un bon fil conducteur. Une confrérie secrète et puissante, une clandestine qui erre dans les rues pour sauver sa peau, un jeune étudiant riche qui recherche des sensations fortes, il ne m’en fallait pas plus pour m’accrocher.

Et si on pouvait voyager dans le corps de quelqu’un d’autre ? Et si on pouvait percevoir le monde à travers les yeux de son voisin ? Cela changerait-il notre façon de nous comporter ? La haine et la bêtise seraient-elles toujours aussi présentes ? Verrait-on les même choses avec les yeux de son mari, de son ami, de son collègue ? Le monde nous apparaîtrait-il sous un nouveau jour ? Prendrait-on conscience qu’il existe autant de façons de voir le monde que d’humains sur la planète ?

« Les êtres humains vivaient tous sur la même terre, mais chacun se figurait que l’univers se résumait à ses seules perceptions, à son seul moi. De là sans doute la plupart des malentendus humains. Si les croyances et les certitudes dépendaient de la façon dont les sens appréhendaient le monde extérieur, comment se mettre à la place de l’autre ? »

Certains évènements, reconnaissons-le, sont un peu faciles et certaines idées, peut-être un peu préconçues mais ca ne m’a pas empêchée de dévorer ce roman à trois voix qui parfois ne mâche pas ses mots et dans lequel la souffrance mais aussi la détermination sont omniprésents. Le parcours de Léonie, la jeune clandestine nous soulève d’ailleurs le coeur :

« Là-bas, elle ne ferait pas dix ans sans être capturée par une bande de gosses et conduite comme un animal à un chef de bande au regard empourpré par l’alcool et les drogues ; là-bas, elle serait livrée aux hommes noirs comme en France elle avait été livrée aux hommes blancs, puis, quand ils en auraient assez d’elle, quand ils l’auraient remplacée par une plus jeune, une plus jolie, une moins abîmée, ils l’exécuteraient d’une balle dans le ventre avec la même négligence qu’ils écrasaient une blatte ; là-bas, c’était le règne des armes, de la corruption et de l’arbitraire comme ici, c’était le règne des lois, de l’argent et du mépris ; dans les deux cas, il valait mieux ne pas être une femme seule et noire. »

Une petite citation sur la télé d’aujourd’hui ?

« Les acteurs, chanteurs, artistes, écrivains et autres intellectuels n’avaient plus d’autre cause à défendre qu’eux-mêmes, un travail à plein temps avec la multiplication des célébrités vomies par la télé-réalité. Les programmes n’offraient plus que des défilés ininterrompus d’individus de tous âges et de toutes conditions qui venaient partager leurs expériences, leurs obsessions, leurs maladies, leurs goûts, leurs petites et grandes misères. L’assurance, la volubilité, la crudité avec lesquelles ils parlaient d’eux-mêmes sidéraient Léonie. Ils adoraient s’exposer, se plaindre, se disputer, revendiquer, exiger, caqueter, des poules. Fallait voir comment ils se dressaient sur leurs ergots, ébouriffés, si un intervenant émettait le moindre soupçon de doute sur leur sincérité. Ils venaient du réel, eux, pas de ces officines parisiennes où l’on faisait et défaisait les opinions, ils étaient vrais, inattaquables. Ils s’exhibaient, main sur le coeur, pour susciter compassion ou admiration, et Léonie n’éprouvait pour eux qu’une indifférence teintée de pitié. »

Sur l’humanité ?

« Il avait affronté d’avantage de dangers, d’incertitudes, en un jour et deux nuits que lors des vingts premières années de sa vie. Souffrance, humiliation, exploitation, le lot quotidien de millions d’hommes, de femmes et d’enfants sur la Terre, pendant que d’autres se vautraient dans un luxe tapageur en agitant comme des crécelles, les Droits de L’Homme, les Lumières, la raison, la démocratie, une farce sinistre dont il était l’un des acteurs, ou au moins, le spectateur complaisant ».

Vous l’aurez compris, c’est grinçant, c’est cynique (mais tellement vrai). Ces quatre citations reflètent assez bien l’univers de ce roman, mais il n’y a pas que ça. Ca foisonne, c’est haletant, l’auteur fait preuve d’une vraie maîtrise, et je ne peux donc que vous conseiller de vous lancer dans ce bouquin que j’ai adoré !…

Si vous n’êtes pas convaincus, allez-donc lire l’avis de Didi !

This Post Has Been Viewed 177 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Fantastique - SF - Fantasy, France, Polars - Romans noirs - Thrillers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Porteurs d’âmes de Pierre Bordage

  1. Lu il y a longtemps, je ne m’en souviens plus trop mais je me souviens que j’avais beaucoup aimé ;-))

  2. Isa dit :

    Un roman que j’ai lu aussi il y a un moment mais que j’avais beaucoup aimé !

  3. Mélopée dit :

    Ravie que ce livre swap t’ait plu ! 🙂

  4. lilcassie dit :

    Le résumé ne me tente pas plus que ça mais je n’ai vu que de bons avis sur ce livre…

  5. Schlabaya dit :

    Il doit en effet être de ces livres qui ne nous laissent pas indemnes. Ton billet est réussi en tout cas, il donne envie de lire le livre (ouais, mais ma PAL va pas aimer, faut que j’arrête la blogomania !)

  6. Syl. dit :

    Bonjour, je l’ai justement noté cette semaine, il était chez une blogueuse, Didi. J’ajoute ton lien. Bon WE.

  7. Véro dit :

    Il est justement dans ma LAL pour découvrir cet auteur et ton billet le rappelle à mon bon souvenir !

  8. Leiloona dit :

    Je l’ai vu chez Didi, et toutes les deux vous attisez ma curiosité ! 😉

  9. Melo dit :

    @Sandrine et Isa : c’est un vraiment bon bouquin !

    @ Mélopée : Tu as tapé dans le mille !

    @ Lilcassie : Je pense qu’il devrait te plaire…

    @ Schlabaya : Non, ce livre ne laisse pas indemne, indifférent. Un super bouquin bien que très sombre. Merci pour ton gentil message et à bas la limitation des PAL. Vive les PAL décomplexées ! 😀

    @ Syl : Je suis allée lire l’article de Didi que je rejoins complètement. J’ai du coup rajouté un paragraphe au mien. (petite tête quand tu nous tiens)
    Merci pour le lien.

    @ Véro : Jette-toi dessus ! Je pense qu’il devrait te plaire.

    @Leiloona : Curiosité attisée, PAL augmentée ! 😀

  10. Didi dit :

    Me voilà chez toi 😉 et sur ton billet concernant la lecture de Porteurs d’âmes.
    Un excellent livre que j’ai dévoré un thème vraiment bien trouvé et mené de main de maitre par l’auteur !
    Un coup de cœur pour moi aussi !
    Merci de m’avoir cité et « lié » ! Amicalement Blog et au plaisir de nos échanges de points de vue chère Mélo !

  11. Melo dit :

    Au plaisir chère Didi ! 😉

  12. Ping : Les jolies sirènes de la rentrée littéraire (2014) | Carnet de lectures (et autres futilités)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.