Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat


En résumé
:
Tout commence sur une route de campagne…
Après avoir reçu un message de sa soeur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et… passe de « l’autre côté ». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa soeur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu’au bout, au péril de sa vie.
Et se découvrira elle-même : Terrienne.
Vous ne respirerez plus jamais de la même manière.

« On entre dans un roman de Jean-Claude Mourlevat comme dans un rêve. » LIRE
« Jean-Claude Mourlevat, cet immense auteur, cet enchanteur. » ANNA GAVALDA, ELLE
Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat

Mais pourquoi ce livre didon ?

Je n’avais encore jamais entendu parler de Jean-Claude Mourlevat. « Quelle erreur » diront certains. « Quel manque de culture » diront les autres. Ben oui mais c’est comme ça. Cela vient sans doute du fait que je ne m’intéresse que peu à la littérature jeunesse. Toujours est-il que depuis que son dernier roman est sorti, je le vois partout, accompagné d’éloges et de critiques ultra-positives concernant les ouvrages publiés. Puis je suis tombée sur cette vidéo chez Theoma :

L’auteur m’a tout de suite séduite et j’avais plus que hâte de recevoir ce livre que j’ai obtenu grâce à un partenariat avec les éditions Gallimard Jeunesse et Livraddict.

Alors ? Qu’en est-il ?

Je suis  tombée sous le charme dès premières pages. Anne, le personnage principal, m’est apparue immédiatement sympathique car différente des ados de son âge. Un peu dans la lune mais déterminée, elle nous apparaît un brin décalée avec son scarabée vert dans sa poche. Sa rencontre avec Etienne Virgil, un grand-père écrivain, a déjà un petit quelque chose de surréaliste qui donne le ton pour la suite. Leurs dialogues m’ont laissé présager d’excellentes heures de lecture.

« On entre dans un roman de Jean-Claude Mourlevat comme dans un rêve. » LIRE

C’est l’exact effet que ca m’a fait.

Je ne dévoilerai rien en vous disant qu’Anne est à la recherche de sa soeur et se retrouve dans un monde parallèle (cf la quatrième de couverture). Elle va y découvrir un monde vraiment étrange, des personnages bizarres qui cliquettent (j’ai adoré cet aspect, qu’est-ce que ca m’a amusée !) mais cet ailleurs reste froid, angoissant, sans saveur.

On se rend compte très vite que les humains ne sont pas les bienvenus dans ce monde aseptisé, où chaque personne se voit attribuer sa fonction à la naissance, où on ne meurt pas. Enfin si, on meurt… en s’asseyant, terrassé par le poids et le vide de la vie. On n’a pas de femme ou de mari ni d’enfants, on a un compatible et un adopté.

On passe de l’enchantement à l’angoisse à la stupeur. Cet ailleurs nous donne froid et la tension monte peu à peu. On rencontre des personnages qu’on aime, d’autres qui nous glacent le sang. On voudrait un dénouement heureux mais on n’y croit pas vraiment.

Finalement, lorsqu’on referme ce livre, on comprend le message de l’auteur, que j’interprète comme cela :
Vivez ! Profitez ! Gonflez vos poumons, enivrez-vous de l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, aimez, riez, soyez heureux de vous sentir vivant !

Néanmoins, même si je le pensais au début, ce roman n’est pas devenu un absolu coup de coeur. Il m’a manqué quelque chose. Je me suis ennuyée par moments. Je ne saurai dire pourquoi. Peut-être est-ce dû au fait que le sujet n’est pas nouveau pour moi. Ou encore parce que c’est un livre jeunesse et que je commence à m’en lasser.

J’ai tout de même passé d’excellents moments en compagnie des personnages (par contre, je regrette la mort trop rapide de l’un d’eux) et je ne peux donc que conseiller ce roman, aux ados mais aussi aux plus grands. En ce qui me concerne, j’ai envie de découvrir Le chagrin du roi mort sorti en 2009.

Extraits :

« On se fait sans doute une fausse idée de soi-même, se dit-il. Vos proches sont tellement habitués à votre apparence que leurs regards glissent sur vous, et les inconnus ne se mêlent pas de vous dire ce à quoi vous ressemblez. Il y a entre les deux ces gens qu’on appelle les amis, et dont le rôle est de vous parler avec franchise. Il se fit la réflexion qu’il en avait peu, d’amis. Que la plupart était loin. Qu’il les voyait rarement. Que les meilleurs étaient morts. Restait cette jeune fille de dix-sept ans, presque inconnue, pour oser ces mots très simples : ‘Vous avez l’air perdu, monsieur’. »

« -Chez nous, il y a… il y a des chats qui font leur toilette au soleil sur le bord des fenêtres… il y a des affiches déchirées aux murs des maisons… il y a des papiers de Carambar par terre… des odeurs de lilas dans la rue en dessous de chez nous… »

Elles ont adoré : TheomaLaelStephieMallouRadicale

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse et à Livraddict.

This Post Has Been Viewed 2,186 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Enfants / Ados, Fantastique - SF - Fantasy, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat

  1. Syl. dit :

    Bonjour, Je l’ai noté la semaine dernière. Il plaît beaucoup ce livre.

  2. nodreytiti dit :

    Ah je dois dire que ton avis et la vidéo me donnent très envie de découvrir cet auteur et ce livre. Et puis tu n’es pas la seule à ne pas le connaitre!

  3. herisson08 dit :

    Il est en commande 🙂

  4. Acr0 dit :

    Il faut que je le lise, car Laure (http://autrecotedumiroir.net/) m’a dit que c’était une de ses lectures coups de coeur 🙂

  5. Ping : Les mots de Mélo » Un colis de 2,7 kilos, un compatible, un adopté et un petit homme…….

  6. Melo dit :

    @ Syl : oui, il plaît chez les blogueurs, c’est comme ça que je l’ai découvert 😉

    @ Audrey : Oui hein, la vidéo donne bien envie ^^

    @ Herisson : pour ton CDI ?

    @ Acr0 : pas un coup de coeur pour moi, il m’a manqué quelque chose, mais un bon moment 🙂

  7. Véro dit :

    Je n’avais pas vriament apprécié L’enfant océan qui est des titres les plus connus de l’auteur… pour celui-ci, étant moi aussi en « overdose » de LDJ, je crois que je vais attendre avant de le noter dans ma LAL.

  8. Melo dit :

    @ Véro : Ah zut. Il y a « Le chagrin du roi mort » qui me tente ainsi que « La rivière à l’envers ». « Le combat d’hiver » également au vu des nombreuses avis élogieux. Mais comme toi je vais attendre.

  9. Ping : Les mots de Mélo » La Métamorphose – Kafka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.