Le Fléau (tome 1), de Stephen King

3615malife.
Pour la petite anecdote, j’avais acheté le premier tome du Fléau il y a une petite dizaine d’années, dans la collection J’ai Lu. Je comptais bien m’acheter tous les ouvrages de Stephen King dans cette collection, car j’aimais beaucoup les couvertures, et le nom de l’auteur qui ressortait d’une manière un peu gaufrée. Ce roman était à l’époque publié en 3 tomes et bien évidemment, après le 1, j’avais acheté le 2 (je n’achetais pas mes bouquins de façon totalement bibliophage comme maintenant… j’aurais dû !) et après le 2, il m’a fallu aller chercher le 3 quelques semaines plus tard. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque ce 3ème tome  s’est trouvé épuisé dans TOUTES les libraires ! Pouf, a plus de 3ème tome. J’ai cherché partout, impossible de le trouver ! Dingue ! A la Fnac, une vendeuse m’a vaguement renseignée en me disant qu’ils ne seraient plus édités et que c’était Le Livre de Poche qui avait pris le relais des romans de King. Sauf qu’ils ont eu la bonne idée de publier en 2 tomes pile poil au moment où il me fallait le 3. Argh ! Me voilà donc résignée à racheter le roman complet  en 2 tomes (on fait les choses à moitié ou on ne les fait pas :D). Déçue j’étais, surtout que je n’aime pas du tout les couvertures de l’époque, beaucoup moins jolies que celles de J’ai Lu et l’ouvrage était beaucoup plus rigide, il fallait appuyer au milieu pour pouvoir lire. Enfin bref, que d’aventures…..
Remarquez que depuis peu Le Fléau a fait l’objet d’une réédition, toujours chez Le Livre de Poche et que cette fois, j’aime beaucoup les couv’ !

Synopsis :
Il a suffi que l’ordinateur d’un laboratoire ultra-secret de l’armée américaine fasse une erreur d’une nanoseconde pour que la chaîne de la mort se mette en marche. Le Fléau, inexorablement, se répand sur l’Amérique et, de New York à Los Angeles, transforme un bel été en cauchemar. Avec un taux de contamination de 99,4 %. Dans ce monde d’apocalypse émerge alors une poignée de survivants hallucinés. Ils ne se connaissent pas, pourtant chacun veut rejoindre celle que, dans leurs rêves, ils appellent Mère Abigaël : une vieille Noire de cent huit ans dont dépend leur salut commun. Mais ils savent aussi que sur cette terre dévastée rôde l’Homme sans visage, l’Homme Noir aux étranges pouvoirs, Randall Flagg. L’incarnation des fantasmes les plus diaboliques, destinée à régner sur ce monde nouveau. C’est la fin des Temps, et le dernier combat entre le Bien et le Mal peut commencer.

Ayant à l’époque adoré et dévoré ce roman, j’ai voulu le relire juste pour voir si la magie allait encore opérer. Encore plus depuis ma déception du tome 1 du dernier-né, Dôme. C’est comme ça que j’ai lancé une lecture commune il y a quelques mois et je remercie mes co-lecteurs de m’avoir rejoint dans cette aventure. Je suis terriblement désolée d’avoir 3 jours de retard par rapport à la date fixée ! Je commence à croire que les horaires et moi, ça fera toujours 2…… Arf ! (quel comble pour l’organisatrice en plus ! *se cache dans un trou très profond*)

Un petit mot sur la préface (très agréable à lire ! ) dans laquelle Stephen King nous explique que cette version (publiée en 1990) est une version développée. En effet, Le Fléau a d’abord été publié en 1978 avec moins de pages par rapport au manuscrit original. On comprend aisément l’éditeur étant donné que Stephen King est connu pour ses romans souvent longs avec moults détails. C’est en réponse aux fans du Fléau qui en voulaient plus qu’il a été décidé de rajouter des passages qui existaient déjà dans le premier jet du roman. Le roman n’est donc pas différent mais plus complet.
Dans cette préface, King s’adresse aux lecteurs. Il y a d’ailleurs une partie à lire avant l’achat et une autre après. Et de la lire n’augure que du bon et nous plonge déjà dans l’ambiance !… 😉

Alors, alors, ça donne quoi ?

Et bien j’ai vraiment pris plaisir à relire cette histoire. Je me suis rendue compte, dès le début de ma lecture, que mes souvenirs étaient restés relativement intacts et je suis soulagée de voir que finalement je n’ai pas été déçue !

On est plongés dès le départ dans une intrigue angoissante, ça démarre sur les chapeaux de roues, la tension monte, on a peur, parce que quelque chose s’est passé, quelque chose qui semble terriblement dramatique mais dont on ne sait pas grand chose. On ressent un sentiment d’urgence, on a envie de dire aux personnages de courir, loin et vite.

J’ai retrouvé avec plaisir certains protagonistes. Stu, trentenaire, assez solitaire mais posé et intelligent. Frannie, jeune fille de vingt ans tiraillée entre la froideur de sa mère, la tendresse de son père, et son petit ami qu’elle n’aime pas vraiment dans le fond. Nick, jeune baroudeur sourd et muet, courageux et honnête et enfin Larry, un mec un peu paumé, « un sale type » qui se révèle finalement très humain.
Mais bien sûr, entre ces personnages, d’autres se greffent, des gens pas toujours gentils, pas toujours malins, pas toujours droits. Certains nous apparaissent même vraiment détestables !

Stephen King a su totalement m’accrocher à son histoire. Le rythme est assez lent mais c’est pour mieux s’imprégner de tout et de tout le monde.  Contrairement à d’autres récits Le Fléau me paraît très réaliste.
Dans la première partie on fait connaissance petit à petit avec tous les personnages principaux. Les portraits sont terriblement bien brossés, King ne lésine pas sur les détails ce qui donne pas mal d’épaisseur aux figures qui hantent le roman.

L’intrigue quant à elle, a de quoi nous faire dresser les poils sur les bras… On se dit « et si ça arrivait vraiment dans notre monde à nous ?… » Des personnages auxquels on s’était attaché disparaissent subitement, un climat d’apocalypse s’installe, les lumières s’éteignent, les magasins ferment leurs portes, la police, les lois, l’ordre, n’existent plus, les projets s’envolent…
Et moi……. j’adore !!! Je suis aussi stupéfaite, effrayée et hallucinée que les personnages, mais j’adore !
Par contre, parfois c’est glauque, pas vraiment appétissant quoi… Mon petit coeur a été remué dans tous les sens, notamment lors des passages dans les prisons, ou lorsque Frannie est encore chez elle (quand elle enterre son père (surlignez le texte pour le lire)). Glauque mais terriblement triste aussi. Stephen King est cruel avec ses lecteurs et ses personnages !

Malgré toutes ces éloges, j’ai trouvé les chapitres assez inégaux du point de vue du rythme. Certains m’ont fait tourner les pages à la vitesse de la lumière, et d’autres m’ont semblé si longs que je me suis vue soupirer et compter les pages qui me rapprochaient du suivant… Et je crois bien que mes compagnons de lecture ont eu le même sentiment.

Mais pour moi, ce qui rattrape ces passages un peu trop lents, c’est le style qui coule comme un bon verre de grenadine un jour de canicule, c’est la richesse de l’histoire, fouillée, recherchée et c’est la personnalité travaillée des personnages. Là où dans Dôme j’ai tout trouvé très cliché et pas très fin, Le Fléau est pour moi très différent car beaucoup plus nuancé, plus intéressant…
En revanche je me souviens que le deuxième tome est beaucoup plus porté sur la lutte du bien contre le mal et que c’est ce côté que j’ai le moins aimé… On verra donc au 15 octobre 2011, date prévue pour la publication de la deuxième chronique. Il n’est pas trop tard pour nous rejoindre, d’ailleurs ! 🙂 (laissez-moi un petit commentaire si vous voulez faire partie de l’aventure)

Et mes co-lecteurs, ils en ont pensé quoi ? (cliquez sur leurs pseudos)

PetiteMarie : « Donc malgré un grand début, trop « descriptif », trop lent et trop statique à mon goût, il y a une belle brochette de personnages dont on a hâte de connaître les aventures, les faits s’accélèrent et on a qu’une envie connaître la suite ! »
Furby 71 : « Stephen King arrive, par son style et son génie, à rendre réelle la catastrophe avec ses descriptions détaillées, notamment celle de la ville de New-York qui m’a marqué. il arrive également à transcrire sur le papier le côté le plus obscur de l’être humain, mais aussi sa fragilité, avec ses peurs et ses faiblesses. Vous l’aurez compris j’ai adoré cette relecture ! »
Aidoku : « Excellent ! Du très bon King ! »
Kactusss : « L’histoire est longue et on passe trop de temps à suivre des détails sur chaque personnages, et cela ne fait pas avancer l’histoire… qui traîne mais traîne. »
Miss Bunny : « Au final, ce n’est pas une lecture beurk, j’ai quand même passé un bon – long, mais bon – moment à lire cette première partie, mais ce n’est pas conforme à ce que j’en attendais : ça aurait pu être beaucoup plus condensé, l’action aurait pu être centrée à Boulder plus vite, d’ailleurs, il pourrait y avoir de l’action plus vite, et pas simplement les récits de voyage des uns et des autres. »

This Post Has Been Viewed 823 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Etats-Unis, Fantastique - SF - Fantasy, Polars - Romans noirs - Thrillers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Le Fléau (tome 1), de Stephen King

  1. DeL dit :

    Je suis en retard moi aussi ! Je suis toujours en train de le lire. J’espère publier mon avis pour ce week-end !
    Sinon, comme toi j’aime beaucoup les anciennes éditions J’ai Lu avec le nom de l’auteur en relief. J’ai tous les livres de King et la plupart sont dans cette édition (ou alors une version encore plus ancienne).

    • Melo dit :

      Pas de soucis, DeL ! Je suis contente que tu fasses toujours partie de l’aventure !
      Ah je les aimais aussi les éditions de J’ai Lu. J’en ai une petite collection également mais ne les possède pas tous. C’était mon ptit plaisir de m’acheter mon King dans cette édition ^_^

  2. Neph dit :

    C’est une bonne idée que cette relecture… Mais j’ai beaucoup aimé Dôme, en attendant : je lirai bientôt le 2 !

    • Melo dit :

      Moi aussi je vais lire le 2. On me l’a offert, il faut donc que je me lance… Et puis quand même, je veux savoir la suite =)

  3. Tulisquoi dit :

    Ça se confirme donc, les anciens restent les meilleurs 😉 Je suis en plein dans Dôme 2. J’en arrive au milieu du livre pour l’instant. Ça se lit bien. Très bien même. Mais pas de gros rebondissement pour l’instant. J’espère que ça va vraiment « tout péter » sur la fin, sinon je serais très déçue…

  4. Margotte dit :

    J’ai vraiment un excellent souvenir de cette trilogie ! J’avais très envie de lire Dôme mais les avis glanés ici ou là ont sérieusement entamé mon enthousiasme…

  5. Eirian dit :

    Le Fléau est mon titre préféré de King… je ne participe pas à la lecture commune, pourtant je l’aurais relu avec beaucoup de plaisir. La fin est un poil décevante par rapport au reste de l’histoire, mais le tout est vraiment bien développé, les personnages sont fouillés, etc. Un excellent King !

    • Melo dit :

      Comme je suis d’accord avec toi ! 😉
      La date de publication du billet pour le tome 2 est le 15 octobre. Tu as donc le temps si tu as envie de nous rejoindre =)

  6. Ping : Le Fléau, 1ère partie de Stephen King « Les lectures de Marie

  7. PetiteMarie dit :

    Apparemment, tu es plus enthousiaste que moi vu que tu m’as dit que c’est ton King préféré !
    Je te dis au 15 Octobre ! ^^

  8. miss bunny dit :

    Comme quoi, finalement, on se rejoint sur pas mal de points 🙂 je ne l’ai toujours pas terminé, j’ai vraiment du mal, et pourtant, quand je suis dedans, je suis vraiment dedans… c’est paradoxal, c’est le premier King qui me fait ça !

    • Melo dit :

      Effectivement c’est paradoxal. Mais c’est peut-être parce qu’il est vraiment très long. 3 tomes tout de même 😉 Du coup on a du mal à s’y mettre mais une fois dedans on aime ! 😀

  9. Véro dit :

    Un de ceux que j’ai encore à lire chez cet auteur !

  10. C’est dommage que tu ne mettes pas les MEILLEURES couvertures françaises du Fléau!

    cf celles que j’ai mis en haut de la page de mon site :
    http://club-stephenking.fr/443-bibliographie-le-fleau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.