Chaque soir à onze heures, Malika Ferdjoukh

Présentation de l’éditeur :

Willa Ayre s’est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des petits chats caustiques mais frileux. Iago, lui, attire tous les regards. Il est le garçon dont rêvent toutes les filles du lycée.
Dès la rentrée, Iago pose les yeux sur Willa et la choisit. Mais à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange. De la grande maison obscure cachée au fond de l’impasse, la jeune fille doit découvrir les secrets, sonder son coeur, et faire un choix…

Chaque soir à 11 heures, de Malika Ferdjoukh
Flammarion
, septembre 2011
Collection Emotion (1er roman !)
402 pages

Ce que j’en ai pensé :

Première plongée dans un roman de Malika Ferdjoukh et j’en ressors charmée. Déjà l’image numérisée de la couverture ne lui rend pas hommage. Parce qu’en vrai, la couverture est bien plus jolie avec ses motifs rétro et son toucher velour. Ca donne l’impression de détenir un objet précieux (même si je vous l’accorde, tous les livres sont précieux) et la couleur rose fait scintiller nos prunelles en ce dernier jour d’été tout gris.
Mais il n’y a pas qu’à la surface que ça pétille. Le style de Malika Ferdjoukh est comme un petit bonbon acidulé et coloré. Tout comme ses personnages d’ailleurs. Willa nous régale avec ses réparties piquantes et pleines d’esprit. Elle a « 16 ans bien tassés, going on seventeen », une mère inquiète -comme peuvent l’être les mamans d’ados- et souvent en voyage, un père excentrique en pleine crise d’adolescence, une meilleure amie « pétée de thunes » et un petit copain beau comme un dieu. Mais un garçon étrange et sa famille vont débarquer dans sa vie déjà bien remplie. Il habite une vielle maison sombre et déglinguée qui renferme de lourds secrets.

Le ton est résolument moderne et plein de peps mais si vous pensez que vous êtes tombés sur un énième roman de chick-lit, détrompez-vous ! Parfois léger, parfois thriller (assez rocambolesque, je dois l’avouer), parfois sentimental, parfois dramatique, nous avons là un mélange des genres savamment dosé. Les ados ont la part belle, bien sûr, il a été écrit avant tout pour eux et m’est avis qu’ils y trouveront largement leur compte, mais les adultes devraient également succomber en se rappelant leurs années folles.

Je ne peux décidément pas terminer cet article sans parler de Marni, la petite soeur qu’on aimerait tous avoir. Elle chabadabada notre coeur et plaisirera votre lecture, vous ne serez pas prêts de l’oublier !

Moi, personnellement j’ai envie de me plonger dans la série en quatre tomes de Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh dont je ne lis que du bien.

Les petits + :
– du peps, du pétillant
– Des répliques savoureuses
– Edern, sombre et ténébreux
– Marni qui joyeuse l’ensemble

Les petits – :
– Il faut passer quelques chapitres pour pleinement savourer ce roman.
– Un côté un peu trop rocambolesque dans les aventures de Willa.
– Des ados peut-être un peu trop « parisiens » ?

D’autres avis chez : Stephie, Herisson, Radicale, Anne-Sophie, Clara, Faelys, Lasardine, Fantasia, L0raah,  ……

En savoir plus sur l’auteur :

« Malika Ferdjoukh est née en 1957 à Bougie en Algérie. Ce qui explique le « h » final à son nom (quand on l’oublie, elle a horreur de ça!), et sa collection de chandelles. Elle vit à Paris depuis sa petite enfance. Elle a séché quelques films à la Cinémathèque pour suivre des cours à la Sorbonne. On peut dire qu’elle est incollable sur le cinéma américain, ses dialogues fameux et ses distributions pléthoriques, du western au polar noir, mais son genre adoré reste la comédie musicale dont elle est capable de chanter à tue-tête les airs les plus improbables. Elle écrit des séries pour la télévision. Elle a publié plusieurs romans pour la jeunesse. « La grande affaire des histoires de Malika Ferdjoukh, ce qui en fait battre le coeur, c’est l’amour… Dans l’opposition entre le monde familier, où mille événements peuvent se passer mais où tout semble dans l’ordre naturel des choses et l’extérieur, mystérieux, obscur, elle joue, tout à la fois, à nous faire peur et à nous rassurer. » Office en Poitou-Charentes, Rencontres, avril 1997. » (source : ecoledesloisirs.fr)

 

Premier roman chroniqué dans le cadre du challenge 1% de la rentrée littéraire 2011.

1/7

This Post Has Been Viewed 490 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Enfants / Ados, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

30 réponses à Chaque soir à onze heures, Malika Ferdjoukh

  1. Radicale dit :

    Tout le monde adore Marni ! 🙂

  2. MyaRosa dit :

    Olala comme j’ai hâte de le lire celui-ci. Il est sur le haut de ma PAL. J’ai quelques lectures obligatoires à faire passer avant mais dès que je peux, je me jette dessus !

  3. herisson08 dit :

    Ah oui oui il faut lire les 4 soeurs absolument 🙂

  4. Nodrey dit :

    Et bien voilà, encore un avis super que tu nous fais là et qui nous donne très envie!

  5. lasardine dit :

    moderne et plein de peps, on est d’accord!!
    pour le côté rocambolesque, je suis assez d’accord avec toi, mais le reste est tellement chouette qu’on ne bloque pas dessus!

  6. hylyirio dit :

    Mais comment il me tente, ce livre 🙂
    Zou, un de plus rajouté à mes envies livresques, j’espère qu’il sera vite dispo dans les bibliothèques de la région 🙂

    merci pour cet avis 🙂

  7. Stephie dit :

    Eh bien, il plaît à tout le monde ce roman ! Chouette billet 😉

  8. Kik dit :

    Tu ne connaissais pas Malika Ferdjoukh ?… Je suis fan.
    Effectivement je te conseille les quatre soeurs tres tres tres chaudement !

    • Melo dit :

      Ben non, y’a plein de trucs que je ne connais pas encore, et heureusement ! ^^
      je me pencherai certainement sur les quatre soeurs Merci du conseil !

  9. Lael dit :

    Je le vois partout et ton billet donne drôlement envie. Impossible de le manquer. Il est sur ma liste en priorité n° 1. Je te conseille Sombres citrouilles qui je pense te plaira beaucoup grâce au fameux mélange des genres. Ah tiens moi aussi j’ai Quatre soeurs!

    • Melo dit :

      Je prends note de Sombres citrouilles.
      Moi je n’ai pas encore Quatre soeurs, je vais attendre un peu mais c’est noté dans un coin de ma tête ^^

  10. Ce livre je meurt d’envie de le lire, en plus j’aime beaucoup la couverture, simple mais sympa, j’avoue j’aime bien ce rose ^^
    En ce qui concerne 4 sœur lis le, j’avais suivis cette « saga » plus jeune et je m’en souviens encore très bien 😀

  11. prune dit :

    J’ai offert l’intégrale de 4 soeurs il y a peu de temps à ma nièce, et j’avoue que j’avais bien envie de le garder pour moi ! Mais celui-ci m’attire moins. Peut-être à cause du résumé un peu trop sentimental ???

  12. clara dit :

    Ca y est, je vais « attaquer » les quatre soeurs !

  13. Justine dit :

    Ce livre a l’air sympa effectivement !
    Merci pour ton petit mot sur mon blog, ça fait plaisir ^^ Pour le nom du blog, c’est ma soeur qui me l’a inspiré !
    Oui j’ai été trèèèès gâtée par Sofia =)
    Ton blog est très beau, j’aime beaucoup ! Avec le chat en plus, j’adore ^^
    A bientôt !
    Justine

  14. FaFa dit :

    Merci ma Mélo ! je note tiens ! en plus c’est un livre rose j’adore !

  15. Ping : Les mots de Mélo » Je renaîtrai de vos cendres – Elisabeth Brami

  16. Ping : Écoute battre mon coeur, de Nathalie Le Gendre | Les mots de Mélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.