Je renaîtrai de vos cendres, Elisabeth Brami

Présentation de l’éditeur :
Shosha est en terminale.
Voici son journal et plus encore.
Shosha se sent comme un volcan
prêt à cracher à tout moment
ses laves brûlantes.
Depuis qu’elle est née,
c’est plus fort qu’elle,
tout l’écœure et l’enrage.
Que comprendre de ce feu intérieur
qui l’embrase et l’épuise ?
Comment faire le choix de la vie,
et surtout en cette année où l’Histoire la rattrape ?

Je renaîtrai de vos cendres, d’Elisabeth Brami
Editions Flammarion, janvier 2012
Collection Emotion
243 pages
Thèmes : adolescence, colère, shoah
A partir de 13 ans.

emoticon_coeurDeuxième roman de la collection Emotion éditée chez Flammarion, Je renaîtrai de vos cendres a pour thème conducteur la colère et c’est à travers le personnage de Shosha, 17 ans, en classe de Terminale, qu’elle va se manifester.
Pour exorciser toute cette énergie incommodante qu’elle porte en elle, Shosha écrit et se sert de son journal comme d’un exutoire thérapeutique. C’est celui-ci que nous livre Elisabeth Brami.

« Si je décide d’écrire, c’est pour m’en sortir, pour mettre dans ces pages le plus vrai de moi. Je n’ai pas dit « le meilleur ». C’est pour y jeter en vrac toutes mes contradictions. Essayer de faire le tri. »
(page 13)

Shosha bouillonne. Depuis qu’elle est née. Déjà à la maternelle, les adultes ne savaient que faire de cette gamine hurlante, fatigante et révoltée. Maintenant qu’elle est bientôt majeure, ça n’a pas beaucoup changé. Elle en veut à tout le monde. Aux profs, à ses parents, ses camarades et même à la langue française (Elle était « une bébé » ! Pourquoi toujours au masculin ?!). Mais elle a un avantage de taille désormais. Elle sait écrire. Et elle est même plutôt douée. Dans son cahier, elle jette toute sa souffrance, toute sa colère et surtout son incompréhension du monde dans lequel elle a été « éjectée ».

« Je me fous aussi éperdument des cours de géo, car l’invention des frontières m’horripile et leur tracé me paraît aussi nauséabond que pathétique de la part de ceux qui se sont permis de décider que telle parcelle de terrain leur appartenait en la piquant à d’autres. Les frontières, faudrait les tracer en rouge grenat, sur les cartes, avec le sang versé et coagulé des millions de pauvres types qui, depuis la nuit des temps, en a dessiné les contours à grands jets d’hémoglobine. »
(p27)

Mais malgré toute sa fureur, on sent dans ces lignes une féroce envie de vivre…
C’est un roman percutant sur une adolescente en quête d’identité et j’ai ressenti un véritable coup de coeur pour cette histoire et cette jeune fille que la vie malmène. Je m’y suis même retrouvée au même âge, bien que je possédais moins de force de caractère…
Préoccupations adolescentes et universelles, sans mièvrerie (ouuf, enfiiiin !), mal-être, questionnements bien légitimes, bagage familial, ce roman nous emmène aussi là où on ne l’attendait pas : dans un sombre passé collectif.

On sent que l’auteure y a glissé des éléments qu’elle connaît bien : En effet (d’après ce site), ses parents sont rescapés de la Seconde Guerre mondiale et elle a exercé de nombreuses années en tant que psychologue clinicienne auprès des adolescents.

Shosha, pleine de ressources, glisse dans son journal des poèmes écrits de sa main, et des citations comme celle de Marguerite Duras dans L’amant : « A dix-huit ans, j’ai vieilli. Je ne sais pas si c’est tout le monde, je n’ai jamais demandé. » ou celle d’un certain G.B Shaw : « Si l’on ne peut pas se débarasser du squelette de sa famille, il faut le faire danser. »
Le plaisir des mots vient même jusque dans les titres des chapitres : « Les raisons de la colère », « mi fugue, mi-raison », « Naître ou ne pas naître », …
Mon livre est rempli de post-it aux passages que j’ai aimés et bien que je ne puisse pas tous les noter (il faut que je vous laisse quand même le plaisir de la découverte !), j’ai envie de vous en faire partager encore quelques-uns… :

« Elle les a ! »
« Elle », c’était moi.
« Les », c’était mes règles.
Révoltant d’être l’objet d’un tel déballage !
J’en avais rougi jusqu’aux cheveux, toute seule, derrière le ficus du salon, et je m’étais sentie souillée comme la jeune mariée d’un pays barbare, celle dont on brandit, impudique, en étendard à la foule en délire, le drap maculé de sa nuit de noces.
(p 49)

« Quand j’étais petite, la vie m’esquintait grave, déjà, et déjà je me demandais pourquoi.
Pourquoi les autres ne réagissaient pas ?
Pourquoi ils semblaient ne se méfier de rien ?
Pourquoi ils ne voyaient pas l’horreur des choses ?
Pourquoi ils encaissaient tout sans broncher ?
(p37)

« Mal dans sa peau », « peau à problèmes »… Après, je n’ai plus entendu que ça de la part des parents lorsqu’ils s’adressaient à moi ou parlaient de moi, ce que je supportais encore moins.
« J’étais devenue une « ado », et pour eux, cela expliquait tout de leur fille unique si chérie. Une ado. Un mot et un être en raccourci, pas fini. Une fille de pub et cible de marketing pour société de consommation. »
(p48)

« Entre mon père et moi, le dialogue immuable est rodé, il se répète à l’infini, chacun des acteurs connaissant sa réplique à la perfection.
J’ai remarqué que c’est souvent le cas, dans les familles. Il suffit d’observer un tour de table à un repas d’anniversaire, par exemple. c’est dingue comme chacun joue son rôle à la virgule près, reprenant fidèlement son personnage. Même chose aux mariages et aux enterrements. le spectacle des famille roule parfaitement. Il est affligeant et sans surprise. […] »
(p83)

Shosha, au fur et à mesure, découvre les non-dits de son histoire familiale, met des mots sur ses maux et elle qui ne pouvait pas se voir en peinture, trouvera enfin la sérénité qui lui a toujours manqué.

J’ai beaucoup aimé aussi le dernier chapitre de son journal, écrit par un autre personnage (secondaire mais essentiel)…

Un livre plein de bon sens, d’humour aussi, avec des mots qui font du bien, truffé de références à l’Histoire, la littérature et l’actualité.

Je conseille ce roman à tous les ados en colère et les adultes qui l’ont été (et qui le sont peut-être encore). Et aussi à tous les autres.

Et moi c’est certain que je lirai Les Heures secrètes, 3ème roman pour adulte d’Elisabeth Brami paru récemment aux éditions du Seuil. Et en plus, il est sorti en format numérique, si ! Quoi de mieux pour une e-lectrice comme moi ?

D’autres lecteurs l’ont lu :
Des convaincus : Pauline, Lasardine, Mya, Mutinelle,
Des mitigés : Anne Sophie,
Des déçus : Stephie,

En savoir plus sur l’auteure :
Elisabeth Brami est née à Varsovie après la guerre. Elle fait des études supérieures de lettres et de sciences humaines. Psychologue clinicienne, elle exerce de 1974 à 2006 dansun Hôpital de jour pour adolescents de la région parisienne.Elle crée des ateliers d’écriture et une revue : « Lis tes ratures » à partir de 1990, année où elle devient auteure jeunesse. Depuis, elle a publié près d’une centaine d’albums et de romans pour tous les âges chez divers éditeurs,certains primés (Prix France-télévision, Prix Saint-Exupéry,Prix Chronos Suisse, Prix du Premier roman de Chambery…), et traduits aux Etats-Unis, en Allemagne, au Japon… Les Heures secrètes, son troisième roman pour adultes vient de paraître au Seuil.

C’est le deuxième roman de la collection Emotion de Flammarion. Souvenez-vous de Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh qui avait pour fil conducteur le thème de l’amour.

Challenge Jeunesse/YA : 7/16

This Post Has Been Viewed 762 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Enfants / Ados, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

33 réponses à Je renaîtrai de vos cendres, Elisabeth Brami

  1. Liyah dit :

    Il est également dans ma PAL. Ton avis me donne vraiment envie de le découvrir !

  2. herisson08 dit :

    Dans ma PAL aussi, je vais le lire bientôt, mais j’ai quelques lectures urgentes à finir d’abord! 🙂

  3. MyaRosa dit :

    Il me tente beaucoup celui-ci. Cette collection fait l’unanimité. Il faut que je lise « Chaque soir à onze heures » aussi.

  4. aNodrey dit :

    Et bien un autre livre à lire dans cette collection! Merci ma Melo de malmener ma bibliothèque!

  5. lasardine dit :

    nous avons fait la même constatation postitesque en fin de lecture!
    je ne fais pas un coup de coeur de ce livre mais ce fut pour moi une belle surprise de trouver une adolescente finalement pas gnan gnan!
    le thème abordé est je trouve traité avec beaucoup d’intelligence!

    • Melo dit :

      Oui, je viens de voir ça pour les post-it ! huhu.
      Contente de voir que tu as aimé. Oui, je trouve qu’il se dégage plein de bon sens de ces lignes.

  6. Mutinelle dit :

    Tu as fini de me décider, d’une manière ou du notre je lirais ce livre !

  7. Pauline dit :

    Effectivement, nous avons lu ce même livre quasiment en même temps! J’ai beaucoup aimé aussi 😀 Surtout les valeurs qu’évoque cet ouvrage.

  8. bouma dit :

    encore un que j’ai envie de lire. le thème de la colère est porteur de sens, surtout à l’adolescence

  9. Pauline dit :

    🙂 Je viens de mettre un lien vers ton article chez moi!

  10. Philippe D dit :

    Je viens de lire un billet sur ce livre sur un autre blog.
    J’ai répondu que je pensais que la couverture n’attirerait pas des ados. Le sujet non plus d’ailleurs. Je crois qu’ils aiment autre chose.
    Passe une bonne semaine.

    • Melo dit :

      Je ne sais pas si on peut dire que tous les adolescents aiment la même chose. Je pense que ce livre aura ses lecteurs, ados, jeunes adultes et adultes. En tout cas il le mérite.
      Et puis des ados en colère, il y en a eu, il y en a et il y en aura encore. Qui se retrouveront sûrement dans ces pages 🙂

      Bonne semaine à toi aussi.

  11. Ping : Les mots de Mélo » Challenge Littérature Jeunesse/Young adult

  12. Theoma dit :

    message reçu 😉

  13. Ping : Les mots de Mélo » Bilan n°4 du challenge Jeunesse et Young Adult

  14. Ping : [Challenge Jeunesse / Young Adult] Bilan du quatrième mois | Muti et ses livres

  15. Ping : Je renaitrai de vos cendres – Élisabeth Brami | Muti et ses livres

  16. Ping : Les mots de Mélo » Bilan n°5 du challenge Jeunesse & Young Adult

  17. Ping : [Challenge Jeunesse / Young Adult] Bilan du cinquième mois | Muti et ses livres

  18. Laetitia dit :

    Encore un livre qui me tente,vilaine tentatrice, t’aurais de la place pour le faire voyager par chez moi ??? (Décidément, tous tes livres vont passer par l’Alsace !!)

    • Melo dit :

      moi ça ne me dérange pas, au contraire, contente qu’ils voient du pays, les voyages forment la jeunesse !

  19. Ping : Les mots de Mélo » Bilan n°6 du Challenge Jeunesse et Young Adult

  20. Ping : Les mots de Mélo » Index par auteur [Challenge Jeunesse/Young-Adult 2011/2012]

  21. Ping : Écoute battre mon coeur, de Nathalie Le Gendre | Les mots de Mélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.