Une fois ne compte pas – Marie Charrel


Présentation de l’éditeur
:

D’abord, il y a Charlotte, la misanthrope : elle aimerait tant être seule au monde. Puis Lorine, stagiaire timide et maladroite : elle désire secrètement voler la place de la rédactrice en chef du journal ou elle travaille. Éric, lui, a vu sa femme le quitter : il ferait n’importe quoi pour rattraper ses erreurs passées. Quant à Michèle, après une vie bien rangée, elle donnerait tout pour retrouver sa jeunesse…
Un jour, le destin va exaucer leurs souhaits. Mais que faire de ses rêves lorsqu’ils deviennent réalité ?

Une fois ne compte pas de Marie Charrel
Editions Plon, 2010
Pocket, 2011
220 pages
Le blog de l’auteure

« Tomas se répète le proverbe allemand : einmal ist keinmal, une fois ne compte pas, une fois c’est jamais. Ne pouvoir vivre qu’une vie, c’est comme ne pas vivre du tout. »
Milan Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être.

« Le monde n’est ni rationnel, ni irrationnel, il est déraisonnable. »
Albert Camus.

Quatre personnes, quatre destins. Chacun d’eux se trouve dans l’insatisfaction et rêve sa vie autrement. « Et si…. » deux petits mots récurrents qu’il nous arrive à tous de prononcer. « et si j’étais riche.. » « et si j’avais fait des études… » « et si j’avais fait ceci… » « ou dit cela… » C’est à partir de là que Marie Charrel a bâti son histoire. A partir de l’insatisfaction ressentie par tout un chacun.
Les personnages sont assez éclectiques mais ordinaires : la jeune fille qui n’arrive pas à dépasser sa timidité, l’autre pour qui la compagnie des autres est un obstacle à son bonheur, ou encore la sexagénaire qui a une vie trop rangée et qui voit son corps se flétrir, et aussi ce médecin qui se retrouve seul après avoir été quitté par la femme de sa vie.
Les portraits sont assez bien brossés quoiqu’un peu stéréotypés et chacun de nous peut se retrouver dans un trait de caractère, une réaction, un comportement. Cependant, même si au début j’étais plutôt enthousiaste, j’ai fini par me lasser. J’ai trouvé maladroit la façon dont l’auteure a amené ses personnages à la possibilité de réaliser leurs rêves. Du jour au lendemain, sans crier gare, ils se retrouvent propulsés dans leur « vie rêvée » sans y avoir été préparés, sans explications, et sans se poser assez de questions à mon goût.
Certes, de jolies réflexions se dégagent de temps en temps et Marie Charrel a su saupoudrer un peu de fantaisie dans son histoire, mais le quotidien des personnages a fini par m’ennuyer, je n’ai pas adhéré au traitement de l’aspect fantastique et le style de l’auteure m’a semblé un peu trop « sommaire ».
Cependant il s’agit d’un premier roman et je suis tout de même admirative mais je reste réservée sur l’ensemble.

Certains ont aimé : Cuné, Sandrine,
D’autres moins : George,
Une interview chez George.

Merci Blandine (mabiblio1988) qui m’a envoyé ce roman suite au concours de son bloganniversaire ! 🙂


L’auteure
:

Journaliste à Capital et au magazine musical Longueur d’ondes, Marie Charrel, la petite trentaine, a grandi à Annecy et Grenoble. Diplômée de l’IPJ, elle a déjà remporté trois prix décernés par la profession : les prix Prisma, Bayard et Ajis. Elle vit à Paris. Une fois ne compte pas (Plon, 2010) est son premier roman. (source : Pocket)

 

Interview de Marie Charrel en vidéo :

This Post Has Been Viewed 677 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Une fois ne compte pas – Marie Charrel

  1. clara dit :

    L’aspect fantastique me fait passer…

  2. Ping : L’enfant tombée des rêves, de Marie Charrel | Carnet de lectures (et autres futilités)

  3. Proverbe dit :

    J’aime assez bien et effectivement c’est plus contemporain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.