Enfants de la paranoïa, tome 1 – Trévor Shane

Présentation de l’éditeur :

Règle un : on ne tue pas les innocents
Règle deux : on ne tue pas les ennemis de moins de 18 ans

Depuis des siècles une guerre souterraine, ignorée du commun des mortels, oppose deux anciens clans qui se déchirent au nom du Bien et du Mal. Des deux côtés : des assassins endoctrinés et entraînés dès leur plus tendre enfance à haïr et détruire le camp adverse.

Joseph, vingt ans, est l’un de ces tueurs d’élite. Il ne connaît qu’une réalité : tuer ou être tué. Mais lors d’une réunion dans le New Jersey, il tombe dans une embuscade. Échappant de peu à ce piège mortel, Joseph se réfugie à Montréal où il rencontre Maria, une jeune innocente de seize ans.
Pour la première fois, il découvre le doute. S’il veut protéger la femme qu’il aime, il doit abandonner la vie qu’il a toujours connue et trahir ses frères d’armes. Osera-t-il transgresser les règles ?

Une seule vérité demeure : le premier à tuer est le dernier à survivre.

Enfants de la paranoïa, de Trévor Shane
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pascal Loubet
Editions Michel Lafon, avril 2012
363 pages
le site du roman

Saviez-vous qu’une guerre sans mercis déchire l’humanité depuis des siècles ? Etes-vous bien sûr que votre si gentil voisin ne soit pas un tueur de sang froid prêt à tout pour éliminer le camp adverse ? Attention, la paranoïa vous gagne… et elle pourrait bien être votre alliée… Restez sur vos gardes !
Sous forme de journal destiné à Maria -personnage rencontré au milieu du roman-, Joe nous dévoile son quotidien de soldat. Pour rester en vie il doit se montrer discret, quasi invisible. Il voyage beaucoup et n’a pas de pied-à-terre. La paranoïa est son guide. Toujours alerte et à l’affût des comportements d’autrui, il risque sa vie au moindre relâchement.

Un bon moment de passé avec ce roman et comme un petit goût d’être au cinéma, même si je ne crie pas au génie.
Ce qui m’a plu
– On ne peut que se sentir proche des personnages et de Joe en particulier. Ils restent humains et font preuve d’un capital sympathie certain, même s’ils tuent, pour la simple et bonne raison qu’ils sont persuadés d’oeuvrer pour le bien. D’autant plus que l’utilisation du « je » ne peut être qu’un atout pour que le lecteur se sente au plus près du narrateur/héros.
– La narration vraiment fluide et vivante embarque facilement le lecteur.
– La fuite et l’amûûûûr ♥ !
Ce qui m’a moins plu
– J’ai réellement accroché à partir de la deuxième moitié, là où l’amour et la fuite font leur apparition. Le début m’a paru un peu longuet et répétitif mais l’intrigue décolle peu à peu…
– Et puis je ne suis pas vraiment fan de certaines exagérations du scénario lorsque le héros s’en sort à tous les coups.
Finalement
Je reste sur un sentiment global positif et garde en tête que la violence appelle la violence

Vite, la suite ! (oui, c’est le premier tome d’une trilogie)

• A noter que les éditions Michel Lafon n’ont pas fait les choses à moitié lors du lancement en éparpillant dans tout Paris 1500 exemplaires ! Sympa, non ? Qui est tombé sur un ouvrage ??
• A noter (bis) pour les possesseurs d’Iphone qu’une appli du jeu « enfants de la paranoïa » est disponible gratos sur l’App Store. Bon moi je n’ai pas encore réussi à jouer mais je ne désespère pas !
• La page facebook du roman à rejoindre pour rester à la page. 

D’autres en parlent :  FaFa – MelisendeMuti

 

TREVOR SHANE est né et a grandi dans le New Jersey. Diplômé de l’université de Columbia, il vit actuellement à Brooklyn avec sa femme et son fils. Enfants de la paranoïa est le premier volet d’une trilogie fascinante qui pousse à l’extrême les dérives possibles de notre société ultra-violente. (source : le site du roman)

On termine sur le trailer pour une bonne entrée en matière :
(rafraîchissez la page si, comme moi, la vidéo ne s’affiche pas du premier coup)

 

Cette lecture s’inscrit dans le challenge STAR 2012

This Post Has Been Viewed 66 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Etats-Unis, Polars - Romans noirs - Thrillers, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Enfants de la paranoïa, tome 1 – Trévor Shane

  1. Lelf dit :

    Maria apparaît au tiers du bouquin, vu que j’en était à 35% hier et que je venais de la croiser :p
    Mauvaise langue :p

    • Melo dit :

      @Lelf, Mince, tu dois avoir raison ! :p oui mais d’abord elle prend plus d’importance au fil des pages 😉

  2. Cacahuète dit :

    pffff ! encore une trilogie…… 🙁 je vais attendre alors !…..
    mais je vois tellement de coups de coeur sur ce titre que c’est vraiment tentant !…..
    ton avis va donc calmer mon ardeur ! merci ! 😉

    • Melo dit :

      @Cacahuète, J’ai bien aimé, hein, mais je ne crie pas au coup de coeur. J’ai quand même passé un bon moment haletant.. 🙂 (surtout après avoir passé la moitié)

  3. FaFa dit :

    J’aime beaucoup ton amorce de chronique ! et la chronique aussi évidemment. Moi non plus je ne dirais pas que c’est un coup de coeur (bon tu sais que je n’aime pas trop ces thrillers) mais c’est sympa.

    • Melo dit :

      Merci FaFa. J’ai de plus en plus de mal à pondre un billet, c’est dingue.
      Oui j’ai été étonnée que tu le lises, toi, FaFa !!! 🙂

  4. Ping : Dépêche du jour, bonjour | Les mots de Mélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.