Ce livre va vous sauver la vie, A.M. Homes


Présentation de l’éditeur
:

Homme d’affaires bientôt quinquagénaire et déjà coupé du monde, Richard Novak ne sort plus guère de sa luxueuse maison qui domine Los Angeles, se consacrant au double entretien compulsif de sa fortune sur Internet et de sa forme physique. Deux incidents viennent un jour le réveiller et bouleverser son existence. Le premier prend la forme d’une intense douleur physique défiant toute tentative de diagnostic. Le second est le spectacle inquiétant offert par l’étrange dépression de terrain qui s’approfondit à quelques mètres de sa forteresse californienne… Notre homme s’aperçoit alors avec stupéfaction qu’une ex-mère au foyer déprimée et une star d’Hollywood peuvent avoir mille choses à se dire, qu’un partenariat commercial peut naître entre le financier qu’il est, un vendeur de donuts immigré et un ancien beatnik icône de la contre-culture, que les amitiés ne connaissent de frontières ni ethniques ni sociales, enfin qu’aucun père ne peut décider d’oublier son fils – et inversement. Se risquer à vivre, réapprendre le goût des autres… Et si le salut résidait dans l’aventure très concrètement humaine ?

Ce livre va vous sauver la vie, de A.M. Homes
Titre original : The Book Will Save Your Life (2006)
Traduit de l’américain par Yoann Gentric
Actes Sud, 2008
Collection Babel (poche), 2010
444 pages
site officiel de l’auteure

Acheté à cause de son titre, je ne sais plus quand, je ne sais même plus où mais il faut croire que j’avais besoin d’être sauvée… Et ça a marché ! (ou presque !)
L’on suit un homme de cinquante ans qui a fait le vide autour de lui presque sans s’en rendre compte. Il est divorcé et vit seul dans une grande maison de Los Angeles. Son hobby ? Spéculer. Depuis toujours compter ses sous le rassure et cette passion lui vaut une vie très confortable quoiqu’un peu vide.
Son histoire commence vraiment à partir d’une forte douleur ressentie à la poitrine. Cet évènement déclenche des péripéties qui déclenchent des rencontres (ou l’inverse !) qui déclenchent une prise de conscience progressive.
L’écriture sans frasques, un peu à la manière de Richard, est posée, presque linéaire mais les dialogues et les situations sont souvent cocasses, absurdes, quasi irréels. Par le quotidien du personnage, A.M. Homes a réussi à pointer les absurdités de chacun et de la société (américaine mais j’y vois aussi la nôtre) avec un humour pince-sans-rire.
Les personnages sont absolument bien croqués et touchants dans ce qui fait d’eux des êtres imparfaits, sensibles, humains. Du vendeur de donuts immigré (dont j’aimerais tant goûter les prouesses culinaires en discutant le bout de gras à son comptoir), au fils adolescent qui se cherche, en passant par la femme au foyer malheureuse et à la star de cinéma en vogue ou encore à l’écrivain en mal d’anonymat et à la diététicienne à la discipline de fer, Richard va commencer à s’ouvrir aux autres et se comprendre.
Il va sauver des vies, faire une retraite silencieuse, croiser des chihuahuas enragés et acheter deux voitures à un concessionnaire de Coccinnelles qui offre une fleur à chaque révision/réparation de l’engin car ceux-ci sont équipés de porte-fleur intégré. (si ça c’est pas génial !)

Satire de la société mais en même temps quête identitaire, ce roman est un concentré de tendresse et de bon sens.
Le sourire ne m’a pas lâché tout au long de ma lecture et je l’ai encore en écrivant ces mots.
La fin est grinçante et belle en même temps. Un peu absurde aussi à l’image du reste.

Un livre que j’aimerais ne pas avoir encore lu juste pour avoir le plaisir de le découvrir.
Une auteure qui m’était inconnue mais qui a maintenant une place à part.
Une lecture pendant laquelle j’aurais aimé ne pas avoir la flemme de tendre le bras pour y glisser des post-it à mes passages préférés.

• A noter qu’il n’y a pas de chapitres !


Amy Michael Homes
née le 18 décembre 1961 à Washington est une figure de la vie politique et littéraire new-yorkaise, Elle s’investit sur tous les fronts de la scène culturelle en tant qu’écrivain, productrice, journaliste et responsables de différentes organisations littéraires et artistiques. Remarquée dès son premier roman, Jack, paru en 1989, elle évoque déjà ses thèmes de prédilection : l’identité et la sexualité. Dans ses mémoires intitulées Le Sens de la famille, elle explore ce sujet avec encore plus de profondeur alors qu’elle raconte sa vie d’enfant issu de l’adoption et sa rencontre, à l’âge de 31 ans, avec ses parents biologiques. Provocatrice lorsqu’il s’agit de s’attaquer au rêve américain dans Ce livre va vous sauver la vie, l’auteur s’engage également en tant que scénariste et productrice de la série The L Word, qui évoque l’homosexualité féminine. Ecrivain originale et engagée, A. M. Homes a su séduire un large public et voit son œuvre traduite en dix-huit langues à travers le monde.
(source : wiki)

Ses romans traduits :

  • Mauvaise mère, roman (trad. de l’américain par Arlette Stroumza, Belfond, 1997).
  • Le torchon brûle, roman (trad. de l’américain par Dorothée Zumstein, Belfond, 2001 / Actes Sud Babel, 2010).
  • Ce livre va vous sauver la vie, roman (trad. de l’américain par Yoann Gentric, Actes Sud, 2008).
  • Le sens de la famille, récit autobiographique (trad. de l’américain par Yoann Gentric, Actes Sud, 2009).
  • Jack, roman (trad. de l’américain par Jade Argueyrolles, Actes Sud, 2011).

;

Une super méga géniale interview de l’auteure que je viens de découvrir à propos de ce titre :

Les avis de : Mango, Hélène, Sophie,

 

Diantre ! Ça rentre dans le challenge Le Nez dans les Livres !

This Post Has Been Viewed 707 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Ce livre va vous sauver la vie, A.M. Homes

  1. clara dit :

    Fichtre ! Un coup de coeur , yes!!! je note!

  2. Yspaddaden dit :

    Il me semble bien que ça fait plusieurs fois que je note ce titre sur les blogs, cette fois je le note.

    • Melo dit :

      Je n’en avais pas entendu parler avant ma lecture. Hâte de voir ce que tu en penseras si d’aventure tu le lis.

  3. AAAh ! Je suis ravie qu’il t’es plut !!!
    Quand je l’ai lu j’ai poussé le bouchon jusqu’à mettre « bruit de la mer » en fond sonore, pour être dans cette ambiance Malibu Beach.
    Pareil un peu déçu par la fin qui nous laisse seule avec nos petits espoirs

  4. Lelf dit :

    Un livre qui fait du bien ? Fichtre. Rien que ça ça fait envie.

  5. George dit :

    Diantre ce roman a l’air terrible !!! il est noté dans ma LAL spéciale Bibliothèque ! merci pour ta participation au challenge, ce titre n’avait pas encore été donné !

  6. Mango dit :

    Comme je l’ai aimé, ce livre et cela d’autant plus que je l’ai commencé comme un livre quelconque car je n’en avais encore jamais entendu parler. Totalement d’accord avec ta conclusion. j’aimerais aussi le relire si je l’avais encore avec moi.

  7. Ping : Challenge “Le nez dans les livres” | Les Livres de George

  8. somaja dit :

    Un livre qui fait sourire ? Je note !

  9. Nodrey dit :

    Je me note un coup de coeur de Mélo!

  10. Ping : Challenge Le Nez dans les livres, 2 ans déjà ! |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.