La vie rêvée d’Ernesto G. – Jean-Michel Guenassia

Présentation de l’éditeur :
Paris-Alger-Prague. Des années 30 aux années 80. Des guinguettes de Joinville à la peste d’Alger, de la guerre à l’effondrement communiste. La trajectoire de Joseph Kaplan, fils et petit-fils de médecins juifs praguois, héros malgré lui, fataliste et optimiste à sa manière. Ses amours, ses engagements et ses désillusions. Et la rencontre qui bouleversa sa vie, celle qu’il fit avec un révolutionnaire cubain qui passa quelques temps en 1966 dans son sanatorium des environs de Prague, un certain Ernesto G., guerrier magnifique et déchu.
Dans la lignée du Club des Incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia retrace avec talent le parcours insolite d’un héros malgré lui. On retrouve dans ce roman son art de la narration si particulier, où l’Histoire et l’intime se mêlent dans une fresque captivante et nostalgique.

La vie rêvée d’Ernesto G., de Jean-Michel Guenassia
Editions Albin Michel, août 2012
535 pages

Ce roman est tout simplement une fresque historique romanesque du XXème siècle. Des années 1930 à aujourd’hui, le lecteur suit Joseph Kaplan, médecin juif pragois, de Paris à la Tchécoslovaquie en passant par Alger. Une vie entière dans le même roman, ça en fait des rencontres et des évènements, surtout au siècle dernier ! Ce livre est tellement riche culturellement et humainement que j’ai tourné la dernière page avec la gorge serrée et les regrets au cœur.
Joseph vivra les deux guerres mondiales et même la révolution russe. Il sera contraint de fuir les rafles juives d’Alger, vivra reclus quelques années et se retrouvera, presque malgré lui, engagé dans l’idéal communiste qui, on le sait, se transformera en régime totalitaire. Heureusement, il sera guidé toute sa vie par sa passion pour la médecine et par les figures féminines fortes et les relations solides qui l’entourent.
Que de remous politiques et de privations de libertés au cours du siècle ! J’ai été toute entière prise dans cette histoire et dans l’histoire du monde. Petite trentenaire de 2012, j’ai également été frappée par le contexte politique et les conventions du début du siècle notamment concernant la condition des femmes. Bien sûr, j’ai déjà vu/entendu/lu des reportages historiques mais dans mon petit confort moderne, quotidien et acquis, j’ai peine à imaginer ce que fut la vie à l’époque tellement le fossé est grand.
Un personnage en particulier incarne à merveille la lutte féministe. Aujourd’hui elles nous paraissent parfois excessives et peuvent susciter des réactions négatives mais heureusement que ces femmes se sont battues pour obtenir le droit de vote, le droit à l’avortement, l’égalité des salaires, le droit de disposer de ses biens sans passer par le bon vouloir du mari ou encore pour que les mariages arrangés n’aient plus cours.
Dans le dernier tiers on comprend enfin la source du titre puisque le Che himself fait son apparition. J’ai appris que Guevara avait passé quatre mois à Prague en 1966 un an avant sa mort et J-M Guenassia a pris la liberté de lier le destin du Che à celui de Joseph ce qui rend le guérillero encore plus proche du lecteur. Néanmoins je m’interroge quant au titre choisi, le Che n’étant pas véritablement le coeur de l’histoire même si sa rencontre avec Joseph marquera celui-ci à vie.

Pour conclure, 535 pages vibrantes, une fresque historique, politique et humaine traversée d’émotions : du bonheur à la peur, de la détermination au renoncement, de la passion à l’arrangement, de la perte à la maturité en passant par les liens qui se font et se défont, c’est un concentré de toute une vie et l’histoire d’un siècle. Un livre riche et intéressant, passionnant et bouleversant, que je ne peux que conseiller !
(il m’aura même donné envie de combler mes lacunes en Histoire, c’est dire la performance pour ceux qui me connaissent 😉 )

A noter : des clins d’oeils à Kafka, à Camus ou encore à Carlos Gardel dont je vais aller découvrir la musique sur Youtube…

Note à moi-même : Lire Le club des incorrigibles optimistes.

Extrait :
« Il y a deux façon d’écrire l’Histoire : dans l’action, au moment où elle s’accomplit, ou à tête reposée, longtemps plus tard, avec le recul du temps, quand les passions sont apaisées. Le point de vue est alors si différent qu’on se demande comment ces faits ont pu avoir lieu, on a du mal à en comprendre les acteurs, leurs motivations, leur inconscience. Tous les Tchèques se sont posé cette question, se sont interrogés sur les raisons de leurs choix. La plupart n’ont trouvé qu’une seule réponse : à cette époque, nous étions sincèrement convaincus d’avoir raison et on ne savait pas ce qui allait se passer. Après coup, c’est plus facile d’être lucide, on a eu accès à des témoignages, des archives, et on connaît le résultat du match. »

 

Je laisse la place à monsieur Guenassia qui parle de son livre bien mieux que moi 😉

Pour lire le premier chapitre (cliquez sur les flèches en haut à droite pour lire en plein écran :

Propulsé sur le devant de la scène en 2009 avec son roman Le Club des incorrigibles optimistes, Jean-Michel Genassia n’en est pourtant pas à son coup d’essai. En effet, avant de se distinguer avec cette peinture politique des années 1960, cet avocat de formation a travaillé comme scénariste pour la télévision et a déjà signé le polar intitulé Pour cent millions, paru en 1986. Il revient à la rentrée 2012 avec La vie rêvée d’Ernesto G. publié chez Albin Michel. (source : Evene)

 

 Lu dans le cadre du jury Entrée Livre de la Rentrée Littéraire 2012

Challenge 1% Rentrée Littéraire 2012

This Post Has Been Viewed 351 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, Historique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à La vie rêvée d’Ernesto G. – Jean-Michel Guenassia

  1. Manu dit :

    Je ne sais pas si ce roman me plairait mais ton enthousiasme donne envie.
    Et je t’ai taguée 😉
    Dernier article de Manu : Blog en pause

  2. Tiphanie dit :

    J’avais adoré Le club des incorrigibles optimistes donc je note celui-là aussi, je ne l’avais pas repéré encore mais ton billet m’a convaincue!
    Dernier article de Tiphanie : Daniel Glattauer, La septième vague

  3. Adalana dit :

    J’avais adoré Le club des incorrigibles optimistes, je vais sans aucun doute me jeter sur celui-là !
    Dernier article de Adalana : William Somerset Maugham – Le fil du rasoir

  4. Natiora dit :

    Ça fait du bien de lire un billet coup de coeur pour cette rentrée littéraire ! D’autant que ton enthousiasme est communicatif et que je note ce livre de ce pas dans ma liste d’envies 🙂
    Dernier article de Natiora : “Haut et court”, de Philippe Cohen-Grillet

  5. FaFa dit :

    Quel beau billet attractif ! et même réaction que Chaplum : je ne sais pas si ça me plairait mais y jeter un oeil je ferai ! (en mode Yoda)
    Dernier article de FaFa : Interlude estival

  6. valou dit :

    ça y est je crois bien avoir trouvé LE livre de la rentrée que je veux absolument lire !
    tu m’as convaincue !

  7. enna dit :

    J’avais décidé de le lire sans même savoir de quoi il parlait parce que j’avais adoré « le club… » mais ton avis me rassure : je peux y aller! 😉
    Dernier article de enna : "Jeanine" de Matthias Picard

  8. Noukette dit :

    Je n’ai pas lu son précédent roman mais je dois dire que celui ci m’attire plus !

    • Melo dit :

      Je n’ai jamais eu le courage (ni le temps en fait) de me plonger dans Le Club mais depuis cette lecture et les coups de coeur qu’il suscite je vais m’y plonger cette année 😉

  9. Valérie dit :

    Malheureusement, je sais que ce roman français-là, je ne le découvrirai pas avec mes élèves pour Le prix Goncourt des Lycéens car l’auteur a déjà eu le prix mais je le lirai peut-être plus tard.

  10. Catherine dit :

    Bonjour Melo, je ne lis pas trop ta note de lecture car je veux absolument lire ce roman. Mais je vois « j’ai tourné la dernière page avec la gorge serrée et les regrets au cœur » et c’est ce qui m’est arrivé pour la lecture du Club des incorrigibles optimistes. J’imagine donc que ce roman est du même calibre et je me réjouis de le lire dès que possible. Bonne semaine.
    PS : Je voulais aussi te dire que j’ai remarqué depuis quelques semaines que le CommentLuv ne fonctionne plus.

    • Melo dit :

      et moi de me réjouir de lire le fameux Club.

      Je ne sais pas ce qu’il se passe avec CommentLuv, est-ce que, quand tu postes un commentaire, la case est bien cochée ?
      Ca a l’air de fonctionner en ce moment. Tiens-moi au courant.

  11. Plume dit :

    Il vient de rejoindre ma PAL 🙂 Je m’étais régalée avec Le club des incorrigibles optimistes, j’espère donc beaucoup de cette lecture !

  12. Fanny dit :

    Bonjour,

    Je viens tout juste de finir ce roman (il y a 10 minutes à peine) et je vois que tu n’as pas lu le club des incorrigibles optimistes: cours vite l’acheter car il est magique.
    J’ai mis beaucoup de temps à rentrer dans la Vie rêvée d’Ernesto G et à m’attacher à Joseph, mais à la fin, je voyais les pages avancer, avancer et j’approchais, de manière fatidique et à regret de la dernière page.
    Je me pose les mêmes questions que toi quant au titre et je trouve ça dommage de ne pas mettre l’accent sur ce formidable Joseph.

    Bonne journée!

  13. Rachel dit :

    vous avez lu « le club des incorrigibles optimistes » ??? il est magnifique aussi et si c’est la même poésie à l’intérieur, je m’empresse d’aller voir mon libraire de quartier !!!! 🙂

  14. Ping : « La vie rêvée d’Ernesto G. » de Jean-Michel Guenassia « Chaplum’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.