Le lynx – Silvia Avallone

Présentation de l’éditeur :
Piero aime les belles voitures. Volées de préférence. L’espace d’un instant, voler lui permet de fuir un quotidien morne et lui donne l’agilité et la puissance d’un lynx. Une nuit de brouillard, quelque part dans la plaine du Pô, Piero stoppe son Alfa Romeo rutilante sur une aire de repos, entre dans un restoroute et s’apprête à braquer la caisse lorsqu’il tombe sur un adolescent paumé dont l’assurance et l’étrange beauté le foudroient… Une rencontre improbable qui changera le cours de sa vie.
Dans ce récit intense comme une brûlure, Silvia Avallone confirme son immense talent.

Le lynx, de Silvia Avallone
Traduit de l’italien par Françoise Brun
Editions Liana Levi, collection Piccolo (août 2012)

 

Ce roman est tout petit, soixante pages en format poche, autant dire qu’il est vite avalé mais sous ses dehors virils c’est un concentré de tendresse ! Viril parce qu’on a affaire à deux hommes : l’un a 39 ans et il passe son temps à braquer des commerces avec une dextérité de lynx… Il vit avec sa femme qu’il ne regarde plus, préférant à ses bras la nuit noire et le bitume italiens. L’autre a 18 ans et l’air paumé. Ils se rencontrent une nuit dans un restoroute et c’est là que débute l’histoire. Une histoire intense d’amitié et peut-être plus. Une histoire simple mais qui touche au cœur tant ce qui relie ces deux être est universel. La rencontre de ces deux âmes écorchées et terriblement humaines révélera leurs blessures et les pansera… peut-être.
La dernière phrase, à l’image du reste, est belle et marquante et on se surprend à l’heure de fermer l’ouvrage à rester muet et charmé… Une auteure que je découvre et dont j’aimerais lire d’autres titres ! Un coup de cœur, aussi court soit ce livre !

Merci à la librairie Dialogues !

Challenge 1% rentrée littéraire 2012

*****************************************************************

Silvia Avallone naît à Biella, ville industrielle dans la province piémontaise. À l’adolescence, elle déménage à Piombino, autre cité ouvrière de la province italienne. Sa jeunesse est promise à un horizon barré, mais elle préfère partir étudier les lettres et la philosophie à Bologne. Une fois diplômée, elle se met à écrire des poèmes qu’elle publie dans un recueil intitulé ‘Il libro dei ventanni’. Cette première œuvre est remarquée, et remporte plusieurs prix en 2010 (Campiello, Alfonso Gatto, Fregene et Flaiano). Elle publie en parallèle des nouvelles dans différentes revues italiennes. Quand elle décide d’écrire son premier roman, elle n’oublie pas Piombino et décide d’écrire sur ces provinces grises de l’Italie. ‘D’ Acier’ (publié en France aux éditions Liana Levi) est un succès en Italie et compte parmi les finalistes du prix Strega (équivalent du Goncourt), qu’elle perd face à ‘Canale Mussolini’ d’Antonio Pennachi. Elle y raconte de manière naturaliste cette Italie du Nord, où il est difficile d’avoir des rêves et où l’on meurt parfois du travail. Les critiques n’hésitent pas à dire qu’elle réinvente le roman social. En juin 2011, elle est lauréate du prix des lecteurs de L’Express. (source : Evene)

This Post Has Been Viewed 449 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Italie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Le lynx – Silvia Avallone

  1. Nodrey dit :

    Il me tentait pas mais comme toujours tes avis me changent mon avis et puis l est tout petit. Je le lis bientôt merci:)
    Dernier article de Nodrey : Le temps n’efface rien, Stephen Orr

  2. Kathel dit :

    Tu n’as pas lu « D’acier » ? C’est un coup de coeur que je ne peux pas m’empêcher de recommander à tout le monde ! Quand à ce Lynx, il ne perd rien pour attendre !

  3. Catherine dit :

    Je le note ! Il pourra aller dans plusieurs challenges 😉
    Bonne fin de semaine.

  4. Loto édition dit :

    Si vous voulez découvrir l’envers du décor du monde du livre et les aléas de la vie d’un petit éditeur à compte d’éditeur ou bien en savoir plus sur les phases de conception d’un livre, n’hésitez pas à passer sur mon blog :

    http://lotoedition.canalblog.com/

    Cordialement

  5. Noukette dit :

    Deuxième avis positif que je lis sur ce livre après celui de Jérôme ! Je ne peux que noter !

  6. jerome dit :

    C’est vrai que j’ai beaucoup aimé. Mais c’est marrant, j’ai vu dans le portrait de Piero une certaine moquerie à l’égard du macho italien typique. J’ai eu l’impression qu’elle s’amusait beaucoup à le transformer en homme sensible et attiré par un garçon androgyne. Mais je me trompe peut-être^^
    Dernier article de jerome : Zone blanche de Jean-Claude Denis

  7. clara dit :

    Tu as été conquise tout comme moi!
    Dernier article de clara : Agnès Desarthe – Une partie de chasse

  8. Manu dit :

    Ah j’ai « D’acier » dans ma PAL. Celui-ci suivra peut-être.
    Dernier article de Manu : « Tribulations d’un précaire » de Iain Levison

  9. Ping : Silvia Avallone, Le lynx « Lettres exprès

  10. Ping : D’acier, de Silvia Avallone | Les mots de Mélo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.