Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli – Carina Rozenfeld

Présentation de l’éditeur :
Elle a 18 ans, il en a 20. À eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel…

Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…
Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche.
Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même.
S’ouvriront alors les portes d une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli, de Carina Rozenfeld
Editions Robert LaffontCollection R (septembre 2012)
438 pages
Tome 2 à paraître début 2013
Page Facebook de la Collection R 

Bon moi je vous avoue que je ne suis pas fan de la couverture. Il a l’air un peu trop rachitique le jeune homme, non ? Et pourquoi qu’il n’a pas de cendres sur son visage ? #questioninutiledujourbonjour . Mais bref, là n’est pas la question, « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse » disait je ne sais plus qui. Je vous préviens tout de suite, cette histoire d’ados et de triangle amoureux ne révolutionnera pas le genre mais qui a dit qu’il fallait qu’un livre soit révolutionnaire pour être agréable ? Personne ? Ouf !
Déjà, chose très appréciable, l’histoire se passe en France ! Anaïa (quel joli prénom !) abandonne les trottoirs gris et la vie mouvementée de Paris pour la lavande et le soleil de Provence ! Changement radical (elle en a de la chance), elle intègre une fac tout de vert vêtue où il fait bon flâner entre les cours. Voilà c’est malin, maintenant je la jalouse. En plus elle est douée pour le théâtre qu’elle a pris en option et le violoncelle qu’elle pratique depuis l’enfance. Parfaite la jeune fille, c’est un brin agaçant, je vous l’accorde. Dans sa fac, deux garçons n’ont d’yeux que pour elle : Le ténébreux et mélancolique Eidan et le chaleureux Enry aux yeux rieurs. Viennent s’ajouter des rêves étranges plus vrais que nature et des oiseaux sortis tout droit de la mythologie.

L’un des points forts du roman réside dans le fait qu’il s’intègre parfaitement dans l’ère du temps. A la fin de chaque chapitre, nous découvrons, sur une page, les statuts d’Anaïa sur facebook et les réactions qu’ils suscitent, ce qui rend un petit côté instantané, actuel et sympathique. Voyeur aussi mais nous sommes plus de 750 millions d’abonnés à jouer nos commères et à perdre notre temps sur le plus grand réseau social du monde, n’est-il pas logique qu’on le retrouve dans nos romans contemporains ? 😉

L’auteure a également accordé une grande place à la musique, Anaïa étant mélomane dans l’âme. Très chouettes les descriptions musicales et des salles surchauffées des concerts. C’est franchement sympa et on y retrouve autant Sia (Breathe me ♥), The Police (Roxaaaanne ♥), Scorpions (still loving youuu), que Chopin ou Téléphone (La Bombe humaine ♥). (je crois que Carina Rozenfeld a bon goût). Les lecteurs peuvent même flasher un code pour écouter la playlist.

Sur Spotify en cliquant ici.

Sur Deezer :

 

Attention parce que malgré sa couverture sombre, ce livre est quand même très « fleur bleue ». Les histoires de coeur d’Anaïa ont une place de choix et j’ai d’ailleurs trouvé la jeune fille parfois un peu trop naïve, elle a tous les éléments sous les yeux et la voilà qui ne capte rien ! Néanmoins il n’est sûrement pas facile d’intégrer à sa réalité des créatures fantastiques… J’espère d’ailleurs que ces dernières seront plus présentes dans la suite et la romance un peu moins…
A conseiller et à offrir, donc, avant tout aux adolescentes (et aux garçons au coeur tendre) qui aiment la romance !

Un roman sympa en somme même si pas spécialement original dans l’intrigue, qui mêle la romance adolescente, la société contemporaine et la mythologie du Phénix, cet oiseau légendaire qui renaît de ses cendres après s’être consumé de sa propre chaleur. Nous en saurons plus à ce sujet dans les deux prochains tomes et je suis curieuse de voir ce qui nous attend à ce niveau puisque ce premier opus est avant tout une mise en place, je pense, de l’univers et des personnages…

***************************************************

Carina Rozenfeld est née en 1972 à Paris. Après des études de géographie et d’urbanisme, elle s’est tournée vers l’édition, puis est devenue journaliste pour Cyberpress Publishing et Panini dans des magazines jeunesse. Depuis trois ans, elle se consacre exclusivement à l’écriture de ses romans et aux rencontres organisées pour les jeunes lecteurs dans toute la France.
Auteur jeunesse reconnu et prescrit, Carina a déjà publié une dizaine de romans récompensés par de nombreux prix, dont le prestigieux prix des Incorruptibles pour La Quête des Livres-Monde en 2010 et Les Clefs de Babel en 2011.
Elle a par ailleurs appris la musique durant onze ans à l’Ecole nationale de musique de Saint-Germain-en-Laye, ce qui lui a permis de créer avec délice l’univers musical dont Phaenix est imprégné.
Présente sur les réseaux sociaux avec un blog très visité (ici), une page Facebook et un compte Twitter, Carina se rend à tout moment accessible à ses lecteurs.
Elle vit actuellement à Paris avec Léo, son fils et Cannelle, son chat.
(source : Phaenix, tome 1)
Interview de l’auteure sur Au Boudoir Ecarlate, sur ActuSF,

 

Challenge Jeunesse & Young AdultChallenge 1% Rentrée Littéraire 2012  & Challenge Destins de femmes

Il est sorti le 10 septembre 2012 !

 
à conseiller clairement aux ados !

Le destin d’Anaïa est au coeur de ce roman, ses choix de jeune adulte bouleverseront sa vie…

This Post Has Been Viewed 794 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Enfants / Ados, Fantastique - SF - Fantasy, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli – Carina Rozenfeld

  1. Votre commentaire me plait beaucoup et je pense que prochainement ce livre fera parti de ma PAL.
    Bonne journée.

  2. Melisende dit :

    Coucou Mélo !

    Effectivement, nos avis se rejoignent sur plusieurs points et se complètent. Tu as insisté sur le fait que le côté fantastique était peu présent et effectivement, j’ai senti un petit manque parfois. C’est surtout ce flou, ce manque de réponses qui m’a un peu déstabilisée… j’espère qu’on en apprendra plus dans le tome suivant !
    Anaïa a un côté un peu énervant, car presque trop parfaite, c’est vrai. Mais la dernière partie la révèle pas si parfaite que ça ! ^^

    Je voulais juste te signaler que ce n’est pas Apocalyptica qui a joué/composé/chanté Breathe me, mais Sia. Apocalyptica, c’est quasiment que du violoncelle (et de la batterie), sans paroles (enfin, sur les premiers albums, que je conseille d’ailleurs). 🙂

    Bises et bonne fin de vacances !
    Dernier article de Melisende : La Magie d’Opale, Tome 2 de Nari KUSAKAWA

  3. herisson08 dit :

    J’adore ce prénom!! Je n’ai pas lu ce roman mais pour l’instant je suis sceptique, j’attends de voir plus d’avis!
    Dernier article de herisson08 : Never Sky – Veronica Rossi {RL2012}

    • Melo dit :

      Moi aussi j’aime bien, ça sonne bien. C’est un roman que je qualifie de sympathique, sans être la révélation, faut pas abuser 😉

  4. Adalana dit :

    Je pourrais me laisser tenter, ça fait longtemps que je n’ai pas lu ce genre de roman !
    Dernier article de Adalana : Armistead Maupin – Nouvelles chroniques de San Francisco

  5. herisson08 dit :

    On commence à le croiser partout et il me tente de plus en plus… merci pour cet avis, même si j’ai bien assez de livres comme ça dans ma LAL 😉
    Dernier article de herisson08 : RDL# des ours dans les albums

  6. Stephie dit :

    Je ne vais pas tarder à lui faire un sort 😉
    Dernier article de Stephie : A découvert d’Harlan Coben

  7. Cajou dit :

    Chaque fois que je vois ce titre, je pense à « Fumsec » ^^
    Et j’ai toujours très envie de le lire après ton billet, me^me avec mes petits bémols 😀
    Bizz

  8. éléa dit :

    Il a l’air tentant effectivement. Tu as raison, le garçon de la couverture est un peu rachitique 😉

    • Melo dit :

      Ha ouf, je me disais bien qu’il était trop maigre, lui 😉 j’ai visionné le travail de l’illustrateur et j’avoue que je ne suis pas sensible à ses photos. :s

  9. MyaRosa dit :

    J’ai vraiment adoré cette lecture. Le début m’emballait moyennement et finalement, j’ai rapidement été captivée. J’ai adoré tous les passages sur la musique, le théâtre et puis la playlist m’a beaucoup plu. Je suis d’accord avec toi, ce n’est pas non plus révolutionnaire, néanmoins, je l’ai quand même classé dans mes coups de coeur car je n’arrivais plus à m’en détacher et il a fait battre mon coeur de midinette très, très fort. <3 J'ai passé un très bon moment. Vivement la suite !

    • Melo dit :

      ;-)) C’est chouette un tel enthousiasme 😉
      J’espère que la suite sera moins « romancée » tout de même. Je me lasse un peu des histoires d’amour adolescentes.

  10. Phebusa dit :

    Merci pour cette belle chronique… J’ai les deux tomes dans ma PAL et j’ai hâte de les lire. La romance et la mythologie m’ont l’air superbes 🙂
    Dernier article de Phebusa : Bilan du mois de juillet 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.