Timeville, de Tim Sliders

Présentation de l’éditeur :
David Cartier fait partie de ce petit groupe de chefs étoilés parmi les plus réputés de la planète – même s’il est vrai que lorsqu’il apparaît dans la presse c’est beaucoup moins à ses fourneaux qu’au bras de ses conquêtes. Anna Cartier est une brillante chirurgienne qui élève Agathe, leur adolescente, et Tom leur petit garçon. Seule depuis que son mari David parcourt le monde pour ouvrir ses restaurants et qu’ils ont décidé de divorcer. Ce soir justement, David est venu signer les papiers du divorce. Il est resté dormir à la maison – sur le canapé – avant d’attraper un avion le lendemain pour New York. Mais lorsqu’il se réveille au matin, s’il reconnaît bien la maison dans laquelle il a vécu, il n’en reconnaît plus le décor et ne trouve plus son téléphone portable. Et il n’est pas au bout de ses surprises. Un hurlement provient de la chambre d’Agathe qui vient de découvrir sa nouvelle coiffure de lionne et ne comprend pas pourquoi elle porte un immonde tee-shirt sur lequel est écrit Duran Duran. Quant au petit Tom il se demande pourquoi la TV n’a que trois chaînes et où sont passés ses DVD préférés. Il n’y a qu’Anna qui semble comprendre l’impossible réalité. La petite famille a tout bonnement voyagé dans le temps et va devoir cohabiter à nouveau pour une durée indéterminée… au tout début des années 80, précisément à l’époque où Anna et David se sont rencontrés et se sont juré un amour éternel… Qui les a envoyés là et pourquoi ? Et surtout comment feront-ils pour retourner en 2012 ? Bienvenue dans la mystérieuse Timeville ! La ville de tous les temps et de tous les possibles…

Timeville, de Tim Sliders
Editions Fleuve Noir, novembre 2012
384 pages

Et si vous et votre famille vous réveilliez en 1980 ?

De la bonne humeur, un anti-dépresseur ! Je recommande…

Voilà un titre sur lequel j’ai sauté rapidement à sa publication. Un voyage dans le passé pour une famille contemporaine, ça ne pouvait présager que du bon, surtout que les années 80, c’est mon enfance, et il faut dire que tellement de choses ont changé/évolué depuis…
A savoir que ce roman est bel et bien un titre francophone, écrit par un auteur reconnu chez nous qui a emprunté un pseudonyme. Qui est-ce ? Est-ce que le voile sera levé un jour ? J’ai quelques petites idées, mais rien de probant… (donc si vous avez une piste…).

Timeville est en fait un véritable divertissement, les clichés de la bonne comédie humoristique sont légion. Une famille se retrouve propulsée en 1980 comme par magie… ! On a le père, grand spécialiste de la cuisine moléculaire en 2012, qui se retrouve à travailler dans une brasserie en 1980. La mère, médecin pressé et femme accomplie, va devoir exercer le métier d’infirmière dans un hôpital où on ne fait plus attention à elle et où les techniques médicales sont révolues par rapport à ce qu’elle connaît. Ces deux-là sont d’ailleurs en plein divorce au moment du changement d’époque… Vont-il voir leur couple autrement ? Je vous laisse deviner… Il y a également Agathe, l’ado de 2012 avec tout ce que cela comporte, téléphone portable, internet, fringues, langage, musique… Tout est tellement kitch pour elle….

« C’est L’illumination : Agathe vient de comprendre la façon dont les élèves communiquent en classe. C’est bluffant, il fallait vraiment y penser : la boulette de papier.
 Le spectacle est juste stupéfiant. Lorsque le professeur écrit au tableau, de petits projectiles blancs volent dans les airs, et dès qu’il se retourne, le ballet aérien cesse immédiatement. C’est simple, c’est synchronisé, c’est technique, c’est magnifique, en en plus, ça ne te grille pas ton forfait.
[…] L’adolescente cesse ses réflexions métaphysiques et se met à gribouiller sur une feuille, sourire aux lèvres. Elle observe avec attention la technique de son voisin pour rouler la boule, y rajouter du scotch en cas de tir lointain, et fait de même.
Ne reste plus qu’à viser au bon endroit.
Et hop, c’est parti ! Agathe trouve ça fun, c’est plus excitant que les SMS. »

Et puis il y a Tom, 6 ans, qui ne se rend pas bien compte de ce qui arrive et qui gaffe à l’école, ce qui lui vaut la réputation d’avoir une imagination très développée aux yeux de sa maîtresse et de ses camarades…
J’oubliais ! Il y a aussi les deux méchants frères cambrioleurs, genre Laurel et Hardy ou encore les frères Dalton. L’un est petit et hargneux, l’autre est grand et bêta…
Beaucoup de clichés donc, mais ça fonctionne ! Parce qu’on sourit et même qu’on rit, les farces et les rebondissements sont gros comme ça, les chapitres courts, le rythme est efficace… Bref, c’est léger et ça fait du bien.
Et puis les références des années 80 sont craquantes pour qui la connaît un peu. On croise d’ailleurs Mylène Farmer et Jean-Jacques Goldman, Goldorak, le Rubiks’cube, Casimir et tant d’autres choses !

« David déchire le papier cadeau, pressé d’en finir. Il avait oublié que les années 80 réservaient des surprises de mauvais goût. Il comtemple l’objet. Un Rubik’s cube flambant neuf.
– Alors ? Heureux ?
– Ca ne me rajeunit pas.
Oups… Erreur, boulette, lapsus.
David se raccroche aux branches de sa phrase comme il peut.
– Ca fait un bail que je n’ai plus le temps de jouer. »

Un moment très sympa et des références irrésistibles donc, mais (parce qu’il y a un mais) j’avoue que ça a fini par me lasser un peu… Le schéma reste le même tout au long du livre alors que j’aurais aimé que ça aille plus loin, que ça me surprenne. J’ai donc globalement passé un super moment, mais seulement jusqu’à un certain point. Ceci dit, je ne peux que recommander cette lecture, ne serait-ce que pour se payer une bonne tranche de rire et se rappeler de ce qu’était la vie il y a 30 ans, le sourire aux lèvres…

« Accroupi près d’eux, Goldman range la guitare Gibson dans son étui avec précaution. Réservé, classe, tel qu’en lui même. Agathe sait qu’elle ne le reverra peut- être pas. Ce serait trop bête d’en rester là. A choisir, elle préfère se ridiculiser plutôt que de ressasser des regrets.
Suivant son instinct, elle chantonne :
« J’ai compris tous les mots, j’ai bien compris, merci
Raisonnable et nouveau, c’est ainsi par ici »
Goldman referme l’étui et se redresse. Sans qu’il sache pourquoi, la mélodie et les paroles le touchent. Elles lui sont étrangement familières. Il s’empare de la Takamine acoustique posée sur un trépied et la porte en bandoulière. Après quelques talonnements sur le manche, il trouve les accords puis commence à jouer, accompagnant Agathe.
« J’irai chercher ton âme dans les froids, dans les flammes
Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore ». « 

« – Pourquoi vous me regardez comme ça m’sieur ? demande l’intéressé. Y a un problème ?
David sourit, pas de doute c’est bien lui.
– Marty ? Marty McFly ?
L’autre le considère avec méfiance, puis étonnement.
Il hésite avant de répondre en français, avec un léger accent américain :
– Vous devez me confondre, je m’appelle Michael. Michael J. Fox.« 

Coup de coeur chez Lune,
Une interview chez Marine où on apprend qu’une suite serait envisagée…

This Post Has Been Viewed 393 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Timeville, de Tim Sliders

  1. Nodrey dit :

    Ce livre me fait de l’œil depuis sa sortie! Pour le moment j’ai résisté mais bon je sens que je vais craquer!!!
    Dernier article de Nodrey : Salon du livre jeunesse Montreuil 2012

  2. Cla dit :

    Un livre qui me tente énormément, je sais d’avance que je ne pourrais que l’aimer! Bises
    Dernier article de Cla : L’Hermine de Mallaig -Diane Lacombe {Guerres des clans Highlanders}

  3. Valérie dit :

    Je te souhaite une belle année 2013.

  4. Lune dit :

    Trop bien la mire 😀
    contente que tu ais aimé, personnellement un grand kif années 80 !

  5. Cat dit :

    30 ans en arrière !!!…?
    Je te souhaite une très bonne année 2013, de belles lectures et découvertes, tout au long de l’année.

    • Melo dit :

      Bon il y a 31 ans je n’étais encore qu’un bébé mais je peux dire que les années 80 je m’en souviens quand même 😉
      Merci pour tes voeux, bonne et heureuse année à toi aussi Catherine, de belles lectures et plein d’autres choses 😉
      (ton commentaire était dans mes spams, j’espère que je n’en loupe pas trop de toi !)

  6. Lilibook dit :

    Ah mais ça m’a l’air pas mal du tout, je note.
    Je ne sais plus si je suis passée ici pour te souhaiter mes voeux, à force je ne sais plus 😉 Je te présente donc mes meilleurs voeux pour 2013, plein de bonnes choses et d’aventures livresques !!

  7. design dit :

    Ouah le retour en arrière !!! Ce sont les enfants qui vont encore nous traiter de dinosaures. À les entendre, tous ces objets des années 80 sont des antiquités et pourtant, question musique on nous rabâche les oreilles à longueur de journée en rediffusant les clips de ces super années. Ce livre fera faire un bond dans le passé aux plus de quarante ans en leur rappelant leur adolescence et les jeunes découvriront les merveilleuses années 80. On se rend compte aussi de l’évolution époustouflante des technologies en 30 ans.
    Dernier article de design : Fauteuils de salon

  8. lucie dit :

    tu attises ma curiosité, je note !
    Dernier article de lucie : « 06h41 » de Jean-Philippe Blondel

  9. clemcracovie dit :

    Salut,

    Je n’avais pas entendu parler de ce livre, mais après le petit résumé il s’avère que je suis bien tenté! Peut-être un retour aux valeurs des années 80 – moins de choses et plus de simplicité! 🙂
    Dernier article de clemcracovie : Les 5 stéréotypes sur la Pologne et les Polonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.