Un café maison – Keigo Higashino

Présentation de l’éditeur :
Dans une maison des beaux quartiers de Tokyo, Yoshitaka Mashiba annonce froidement à son épouse Ayané qu’il va la quitter et qu’elle ne doit pas en être surprise, puisqu’elle n’a pas respecté les conditions du contrat qui les liait en ne lui donnant pas d’enfant. Qui plus est, il a rencontré une autre femme, et il veut reprendre sa liberté. Elle décide alors de partir passer quelques jours chez ses parents, à Sapporo.
Le surlendemain, on retrouve le cadavre de Yoshitaka gisant dans son salon à côté d’une tasse de café renversée. Kusanagi et son équipe sont dépêchés sur les lieux. Prévenue, l’épouse de la victime rentre de Sapporo, et visiblement l’inspecteur n’est pas insensible à ses attraits. Sur le front de l’enquête, il est rapidement établi que le café bu par Mashiba contenait de l’arsenic, mais le meurtre a autrement toutes les apparences du crime parfait. Soupçonnant Ayané Mashiba, la collègue de Kusanagi prend alors contact avec le physicien Yukawa, qui a déjà aidé la police dans le cadre d’affaires apparemment insolubles. Il refuse d’abord de l’aider, mais change d’avis lorsqu’elle lui apprend que les sentiments de Kusanagi pour la suspecte semblent l’égarer.
Keigo Higashino reprend le couple Kusanagi-Yukawa, déjà rencontré dans Le Dévouement du suspect X, et noue une nouvelle fois une énigme pleine de nuances, dans laquelle séduction et déduction se livrent à une joute délicieuse qui fait tout le charme de ce roman, couronné du prix Naoki, l’un des plus prestigieux au Japon.

Un café maison, de Keigo Higashino
Titre original : Seijo no Kyûsai (2008)
Roman traduit du japonais par Sophie Refle
Actes Sud (Actes Noirs), mai 2012

Je crois bien que c’est la première fois que je me lance dans un polar japonais. Il faut dire que quand la librairie le place en tête de gondole pas loin des fifty trucs et autres romances pleines de nuances, cette couv’ et ce résumé n’ont pu que m’attirer…

Ayané et Yoshitaka forment un couple respectable marié depuis un an. Une maison cossue, mais pas d’enfant. C’est pour cette raison que Yoshitaka annonce à sa femme qu’il la quitte. Deux jours après il est retrouvé mort chez lui. Les enquêteurs ne tardent pas à découvrir qu’il a été empoisonné.

Un polar saupoudré à l’arsenic, une enquête à la Sherlock Holmes, un livre que j’ai aimé pour son style très – j’ai envie de dire japonais – sobre, ne s’encombrant pas de sentiments dégoulinants mais un livre qui me laisse perplexe tout de même car très « scientifique ». Les éléments sont décortiqués, répétés, et je me suis perdue dans le comment l’homme est mort. Et puis les personnages me sont apparus très froids, presque mécaniques, est-ce là la particularité des romans japonais ? J’en ai déjà lus mais pas beaucoup. Chez Murakami ou chez Aki Shimazaki par exemple ils me semblent quand même plus attachants même si l’on ressent souvent une certaine distance vis à vis d’eux.

C’est un auteur dont je pourrais peut-être lire La maison où je suis mort autrefois car depuis le lancement du challenge Ecrivains japonais 2013 chez Adalana j’entends beaucoup de bien de ce titre, il me plaira donc peut-être un peu plus !

L’avis de : Valérie

Challenge Ecrivains Japonais 2013

 Challenge Dragon 2012

Challenge Thrillers et Polars 2012/2013

Et décidément ce livre rentre dans pas mal de challenge puisqu’il compte aussi pour le Petit Bac 2013 catégorie Aliment/Boisson et le Bookineurs en couleurs catégorie noir.

********************************

Keigo Higashino est né en 1958 à Osaka. Il a de nombreux romans policiers à son actif et connaît depuis quelques années un succès considérable dans son pays, où ses derniers polars se sont vendus à près d’un million d’exemplaires.
Dans la collection “Actes noirs” ont déjà paru ses romans La Maison où je suis mort autrefois (2010 ; Babel noir n° 50 ; prix polar international de Cognac 2010), Le Dévouement du suspect X (2011) et Un café maison (2012). (source : Actes Sud)

This Post Has Been Viewed 294 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Japon, Polars - Romans noirs - Thrillers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

32 réponses à Un café maison – Keigo Higashino

  1. Adalana dit :

    Merci pour ta participation.
    C’est vrai que j’ai trouvé le style très japonais moi aussi 😉
    Dernier article de Adalana : Julie Otsuka – Quand l’empereur était un dieu

    • Melo dit :

      Ah oui ? Bon alors ça va, je sais que je peux te faire confiance là dessus 😉
      Je n’ai pas trouvé de billet sur ce livre sur ton blog mais je me ferai un plaisir de l’ajouter si tu en écris un.

  2. Manu dit :

    J’ai La maison où je suis mort autrefois dans ma PAL. Malgré que tu sois perplexe, ton avis me donne envie de le sortir de la PAL. Le problème est que j’ai envie de sortir au moins 100 titres de la PAL en même temps. C’est grave docteur ?
    Dernier article de Manu : « Absente » de Megan Abbott

    • Melo dit :

      J’ai l’impression que « la maison où… » est bien plus apprécié que celui-là.
      Pareil pour la pàl Manu… On est foutues et je ne sais pas si c’est grave :o)

  3. Catherine dit :

    Merci pour le Dragon 2012, Mélo ; je lis aussi cet auteur pour le challenge d’Adalana et j’ai beaucoup aimé 😉
    Bon weekend !

    • Melo dit :

      Le titre le plus lu pour ce challenge est « La maison où… » je crois. Et vous avez toutes l’air enthousiastes. 🙂
      Bonne fin de semaine Catherine !

  4. Véro dit :

    Pour l’instant, je n’arrive guère à « m’investir » dans la littérature japonaise….

  5. liliba dit :

    Pas trop adepte des japonais…
    Dernier article de liliba : Photo du dimanche : broderie fine

  6. Valérie dit :

    J’ai bien aimé mais c’est vrai que c’est particulier et un peu froid. Merci pour le lien.

  7. Enzo dit :

    Moi j’dois dire que j’accroche pas mal le coté froid d’Higashino est positivement intriguant. Sinon y’a aussi « Le Dévouement du suspect X » sur lequel j’entend pas mal de commentaires positifs
    Dernier article de Enzo : Les astucieuses provocations du patron de Free

  8. Lilibook dit :

    Ah tiens je l’avais repéré dans un magazine littéraire et l’avais noté dans ma lal mais je ne voyais pas d’avis encore, c’est chose faite 😉

  9. lucie dit :

    il me tentait tout comme le premier titre mais ton billet me glace les os…

  10. éléa dit :

    Il pourrait me plaire celui-ci, encore pas lu de policier japonais.

  11. Emily dit :

    Ce titre m’intrigue : je ne crois pas avoir déjà lu de polar japonais.
    Dernier article de Emily : 2013, Année spéciale come back musical

  12. Ping : Challenge Pour Bookineurs En Couleurs – Ma PAL Noire | LesLecturesDeLiyah.com - Blog de Litterature Jeunesse et Culture. Partagez vos critiques litteraires

  13. Catherine dit :

    Bonjour Mélo, je suis en train de faire le bilan pour le Dragon 2012 et je voudrais savoir si tu m’as bien donné tous tes liens ? J’ai l’article de présentation et 6 lectures, est-ce que c’est ça ?
    Articles publiés entre le 23 janvier 2012 et le 9 février 2013 inclus.
    Merci et bon weekend !

  14. Nahe dit :

    Je viens de le terminer : excellent et je ne peux que te conseiller « La maison où je suis mort autrefois » !
    Dernier article de Nahe : Merci, facteur !

    • Melo dit :

      Roh oui vous êtes toutes/tous unanimes !
      Son prochain qui sort en France en mai me tente terriblement aussi.

  15. dasola dit :

    Rebonjour Melo, j’ai énormément apprécié les trois romans parus en français d’Higashino. J’attends avec impatience le suivant. Bonne fin d’après-midi.
    Dernier article de dasola : Alceste à bicyclette – Philippe Le Guay / Möbius – Eric Rochant

    • Melo dit :

      Moi aussi j’attends le prochain « L’abeille du ciel » qui arrive dans deux mois en France. Il me tente beaucoup. 🙂

  16. Makino-HYD dit :

    Je viens de tomber sur ton article en allant sur la site livreaddict 😉
    J’ai aussi écrit un avis sur ce livre ! Et je suis tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne ce roman et les romans japonais en général. C’est vrai qu’il y a un mélange entre occident et japon dans la littérature japonaise probablement dû au mélange de modernité et de traditions du pays lui-même. mais il y a toujours un truc qui fait qu’on reconnaît que c’est un roman japonais, c’est toujours épuré, parfois abstrait, direct, fluide… Et j’ai aussi l’impression quil y a une distance entre non seulement l’auteur et les personnages mais aussi entre le lecteur et les personnages. Comme si la pudeur et la réserve des japonais se transmettaient à travers les livres… mais bon je pense qu’il y a des exceptions quand même ^^’
    Sinon, si tu as aimé ce livre de Higashino Keigo, il y a une série japonaise qui est sortie et qui s’inspire de l’univers de l’auteur. Et on ressent bien l’ambiance et le style de l’auteur même si les histoires sont seulement inspirées de son style. Certains épisodes sont inspirés de quelques unes de ses nouvelles aussi. Bref un très bon auteur en tout cas 🙂 Et désolée pour ce looong commentaire XD
    Dernier article de Makino-HYD : Last Cinderella – épisodes 4 et 5

    • Melo dit :

      J’adore les longs commentaires comme celui-ci, ne t’excuses pas :))
      Personnellement j’attends de lire le dernier Higashino : la prophétie de l’abeille 😉

  17. Ping : Keigo Higashino, Un café maison | Lettres exprès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.