Nos étoiles contraires, de John Green


Présentation de l’éditeur
:

Un roman sur la vie, la mort, et les gens qui se retrouvent coincés entre les deux. Nos étoiles contraires, c’est John Green au sommet de son art. On rit, on pleure, puis on en redemande.
(Markus Zusak, auteur du bestseller La voleuse de livres)
Drôle, poignant, lumineux.
(Entertainment Weekly)
Ca frôle le génie, c’est tout simplement dévastateur. Il affronte sans peur les émotions simples, directes, puissantes.
(Time Magazine)
Ces pages sont pleines de rire, de souffrance, d’amour, de désir, de déceptions, d’espoir et de découvertes Alors qu’on craint ne ressentir que de la tristesse en le refermant, ce livre nous fait aimer la vie plus que jamais.
(Mélanie Blossier, chroniqueuse pour le magazine Page et libraire à la librairie Doucet, au Mans)

Nos étoiles contraires, de John Green
Titre VO : The fault in our stars
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Catherine Gibert (2012)
Editions Nathan, février 2013
A partir de 13 ans
327 pages
Lire les 40 premières pages

C’est le premier roman de John Green que je lis, bien que ça fait un bail que j’ai Qui es-tu Alaska dans ma Pile à lire et La face cachée de Margo dans ma Wish-List. Nos étoiles contraires était également dans ma wish depuis bien un an, depuis que j’en avais lu des billets de blogueuses qui l’avaient lu en VO et le recommandaient. J’aurais pu le lire plusieurs mois plus tôt mais j’en ai fait une overdose. Impossible de le manquer sur les réseaux sociaux avec des : “coup de coeur magistral”, “I love you John Green” et tout le bazar. J’ai bien compris que 98% de la blogosphère a fondu sous les mots de John, a pleuré, ri, s’est mouché et en a parlé partout les yeux embués. Le coup marketing fut fort chez Nathan. Un peu trop fort pour moi. J’aurais aimé pouvoir le lire en toute discrétion, à sa sortie, j’aurais aimé ne pas le voir partout sur les blogs (et les réseaux) trois mois avant son entrée dans les librairies et j’aurais aimé me rendre la lecture un peu plus personnelle. Mais ça n’engage que moi. Nul doute que le coup de poing marketing a fonctionné (je l’espère en tout cas !) et que les gens se l’arrachent à coups de sacs à main.
Je l’ai  donc commencé avec des a-priori et des craintes : et si tout le monde l’aimait sauf moi ? Cela ferait-il de moi un être froid dépourvu de sensibilité ?

Pour le présenter (au cas où vous débarqueriez…) : Hazel a un cancer et elle sait qu’elle en mourra. Elle doit trimballer partout une bombonne à oxygène, jusqu’au groupe de paroles auquel sa mère la pousse à aller pour sortir et faire des rencontres. Elle va justement y rencontrer Augustus en rémission complète du cancer qui lui a pris une jambe. Va naître entre eux une complicité immédiate mais Hazel ne veut pas aller plus loin dans ses sentiments. Elle se définit elle-même comme une grenade dégoupillée qui peut péter à la gueule de ses proches à tout moment (sous entendu elle peut mourir à tout moment, ai-je besoin de le préciser ?). Mais de fil en aiguille, elle s’attache de plus en plus à Gus et à son pote Isaac…

Bon, je dois bien avouer que passées les 100 premières pages je n’étais pas si renversée que ça. Il faut dire que l’ensemble, même s’il y a maniement d’humour et d’émotion, reste très “Young-Adult”et je me lasse du Young-Adult. Et.. je ne sais pas… Est-ce au moment d’une révélation capitale, est-ce à un passage particulièrement émotionné et que j’étais une éponge à ce moment-là, mais l’émotion m’a fauchée (hum pas sûre que le mot soit approprié) d’un coup ou presque.
Alors oui j’ai été touchée par le thème de cette foutue maladie, par le quotidien de ces adolescents fait de douleur physique, de désir, de questionnements, de fatalité ou encore d’espoir. J’ai été touchée par la relation particulière parents/enfants qui émane de cette situation et qui m’a parue assez juste et très touchante (bien que les parents d’Hazel me paraissent un peu trop “parfaits”). Et puis j’ai pas mal aimé l’humour et le panache des dialogues. (d’ailleurs si un jour je deviens aveugle, je voudrais des yeux de robots).
Mais mon dieu ! Moi qui suis une petite chose fragile, ce roman m’a porté un coup de massue ! C’est certes écrit avec légèreté mais le thème reste ce qu’il est : la maladie, la mort. Et si pour certains ce livre leur fait aimer la vie plus que jamais, moi il me confronte surtout à la cruelle réalité de ce put** de monde. C’est toute fébrile et le coeur en miettes que je suis sortie de cette histoire et d’ailleurs Green rappelle à plusieurs reprises que “le monde n’est pas une usine à exaucer les voeux”…

Pour parler un peu du style : c’est plutôt “punchy”. Les dialogues s’enchaînent, l’humour est apprécié. Mais… c’est tout. J’aurais aimé plus d’intériorité, pouvoir m’arrêter sur des passages un peu plus nuancés. (je sens que je vais me faire frapper par les fans). Ceci dit dans son genre il fait un excellent page-turner mais tout va trop vite, pas le temps de s’arrêter…

En bref, j’ai bien aimé cette lecture mais je n’ai pas eu LE coup de coeur (serait-ce parce que de par le thème je ne peux décidément pas en faire un coup de coeur …? ou encore parce que j’ai été overdosée de « coups de coeur » par la blogo entière ?) J’ai aimé l’humour et les bons mots, la personnalité d’Hazel, de Gus et d’Isaac… ce livre m’a remuée, voire déprimée… et peut-être que je l’aurais encore plus apprécié si j’avais eu seize ans.

NB : Je découvre par ce lien (chez Lyra) comment est née l’histoire… (je me doutais bien qu’il y avait une histoire de ce genre derrière ce roman)
NB2 : ce roman serait, selon certaines rumeurs, bientôt adapté au cinéma et l’actrice choisie pour incarner Hazel ne correspond pas à l’image que je me fais du personnage, elle me paraît trop lisse.

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~

Quelques extraits choisis parce que ce livre en vaut quand même la peine :

« – Je ne sors pas avec un garçon et je n’en ai aucune envie d’ailleurs. C’est une idée effroyable et une gigantesque perte de temps et…
– Ma chérie, m’a interrompue ma mère. Qu’est-ce qui ne va pas ?
– J’ai l’impression d’être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser. Alors j’aimerais autant limiter le nombre de victimes !
Mon père a penché la tête de côté, comme un chiot qu’on vient de gronder.
– Je suis une grenade, ai-je répété. Je ne veux pas voir de gens. Je veux lire des livres, réfléchir et être avec vous, parce que vous, je ne peux pas faire autrement que de vous faire du mal, vous êtes déjà dedans jusqu’au cou. Alors laissez-moi faire ce que je veux. Je ne fais pas une dépression. Je n’ai pas besoin de sortir. Et je ne peux pas être une ado normale parce que je suis une grenade. »

*********

“Nous avons écrit l’annonce ensemble en nous corrigeant mutuellement. Au final, on s’est mis d’accord sur le texte suivant :

Balançoire atrocement seule
recherche maison accueillante

Balançoire usagée mais en bon état recherche nouvelle maison. Créez-vous des souvenirs avec votre (vos) enfant(s) pour qu’un jour il(s) regarde(nt) au fond du jardin et ressente(nt) le même pincement au coeur que celui que j’ai ressenti cet après-midi. La balançoire est fragile et ne durera pas, cher acquéreur, mais avec celle-ci votre (vos) enfant(s) sera (ront) initié(s) avec douceur et en sécurité aux hauts et aux bas de la vie humaine, et apprendra (dront) peut-être aussi la plus importante des leçons : on a beau pousser avec les pieds et s’envoler très haut, on ne peut pas faire le tour complet.”

*********

“ – C’est un bon livre. Qui me dépasse un peu. Je te rappelle que mon domaine d’étude c’est la biochimie, pas la littérature. Et j’aurais préféré qu’il ait une fin.
– Oui ai-je dit. Tout le monde s’en plaint.
– Et puis je l’ai trouvé un peu désespéré, un peu défaitiste, a t-il ajouté.
– Si par défaitiste, tu veux dire honnête, alors je suis d’accord.”

*********

“ – Et puis, un jour, au collège, M. Martinez, le prof de sciences, a demandé qui avait déjà rêvé de vivre dans les nuages, et toute la classe a levé la main. M. Martinez nous a alors expliqué qu’à cette altitude le vent soufflait à deux cent quarante kilomètres à l’heure, que le thermomètre affichait moins trente au-dessous de zéro, qu’il n’y avait pas d’oxygène et qu’on mourait en quelques secondes.
– Il a l’air sympa ce M. Martinez.
– C’était un docteur ès massacre de rêves, Hazel Grace. Tu es fascinée par les volcans ? Va donc dire ça aux dix mille victimes de Pompéi. Tu crois encore secrètement que la magie existe dans ce monde ? Erreur, le monde n’est qu’un amas de molécules sans âme qui se cognent les unes aux autres au hasard.

*********

“Certains pensent qu’Amsterdam est la ville du péché, a t-il ajouté quelques instants plus tard. En réalité c’est la ville de la liberté. Et dans la liberté, la plupart des gens trouvent le péché.”

*********

“ On n’était plus du tout aux Etats-Unis, on était dans un vieux tableau, sauf qu’il était réel (tout était terriblement idyllique à la lumière matinale) et je me suis dit que ça devait être merveilleux de vivre dans une ville où pratiquement tout avait été construit par des morts.”

~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~

Les coups de coeur de : Nodrey, Noukette, Marion, Dup, Ismérie, Charabistouilles, Solenn, Thalyssa, LetterBeeRadicale, Jérome, …
D’autres avis chez : Meli, Aniouchka, Chani,

John Michael Green, né le 24 août 1977 à Indianapolis (Indiana) est un auteur Américain de fiction pour jeunes adultes et un vidéo-blogger sur Youtube avec son frère Hank Green. Il est aussi numéro 1 de la liste des meilleures ventes du New York Times.
(source : Wikipedia)

 

Challenge PàL bleue &  Challenge Jeunesse & YA

 

************************************

This Post Has Been Viewed 1,639 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Enfants / Ados, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

39 réponses à Nos étoiles contraires, de John Green

  1. l0raah_ dit :

    C’est sûr que le livre avait la mention coup de coeur sur quasiment tous les blogs mais ça ne m’a pas découragée… au contraire je faisais partie de celles qui voulaient se l’arracher dès sa sortie xD Même si pour l’instant je n’ai pas eu l’occasion de me l’acheter et de le lire *snif*
    Mais si j’ai autant envie de le lire c’est surtout parce que le thème me touche et que j’en ai toujours lu beaucoup de bien (que ce soit sur les blogs VO ou désormais VF).
    Donc au-delà du marketing je pense qu’il y a quand même de la qualité derrière 🙂
    Je pense me l’offrir bientôt donc au pire je verrais bien ! En tout cas, ton avis est intéressant et a l’air d’être juste.
    Dernier article de l0raah_ : Au bout du rêve, de Sarah Dessen

    • Melo dit :

      Ha mais je ne dis pas que la qualité est médiocre sous prétexte qu’il est très médiatisé. 😉
      Bonne future lecture ! 🙂

  2. bouma dit :

    un gros coup de cœur pour moi même si comme toi je ne trouve pas qu’au sortir de cette lecture on est envie de vivre plus fort.
    je me suis juste retrouvée dans de l’émotion pure qui m’a touchée bien plus que je ne le pensais, m’a remuée dans mon rôle de maman et dans mes certitudes de la vie.
    mon avis par ici :http://boumabib.fr/2013/03/07/nos-etoiles-contraires-de-john-green/
    à bientôt
    Dernier article de bouma : Le Trésor des Okalus de Geoff Rodkey

  3. Valérie dit :

    J’aime beaucoup ton billet modéré. En plus, depuis le début, je me demande si ça ne va pas être trop young adult, un genre dont je me suis lassée. Grâce à toi, je sais que je ne le lirai pas, au moins pas tout de suite.
    Dernier article de Valérie : Mille femmes blanches de Jim Fergus

    • Melo dit :

      Young Adult, ça l’est tout de même mais c’est loin des romans plus « décérébrés »…
      Je me lasse un peu du genre aussi.

  4. Même si je n’ai pas écrit coup de coeur dans mon article, c’est vrai que ce roman marque un point sur presque tous les tableaux et fonctionne à merveille sur nos petits coeurs. Je te rejoins bien dans ton avis, l’humour m’a plu de même que les personnages, la plume aussi de mon côté même si je vois ce que tu veux dire avec Punchy… Moi ce sont les passages plus philosophiques que j’avais du mal à attribuer à des gosses de 16 ans. En tout cas les extraits sont bien choisis, il y en a vraiment de beaux et je me réjouis de lire un autre livre de l’auteur.
    Dernier article de Charabistouilles : Divergente 2, de Veronica Roth

    • Melo dit :

      Bon c’est un « presque coup de coeur » pour toi, donc j’ai classé ton billet avec les coups de coeur, ton article est tout de même sacrément enthousiaste. 😉
      Oui c’est vrai qu’ils philosophent beaucoup ces jeunes. Et qu’ils philosophent bien surtout. C’est peut-être un effet secondaire de mourir…

  5. StephanieR dit :

    Comme toi, ce qui m’a particulièrement touchée, ce sont les relations entre Hazel et ses parents (et je suis aussi d’accord sur le limite « trop parfaits » !). Et peut-être même que cette relation aurait pu être davantage creusée, plutôt que de perdre du temps sur l’auteur alcoolique (qui m’a lui, un peu gonflé !).
    Dernier article de StephanieR : J’ai lu (moi aussi !) Nos étoiles contraires

    • Melo dit :

      Je n’ai pas entièrement cru à l’histoire avec l’auteur, ces passages sont un peu trop romancés pour moi… Mais oui la relation parents/enfants est sacrément émouvante.

  6. Véro dit :

    Certes pas un coup de coeur pour toi amais encore un billet quand même positif… Ils s’accumulent et ce livre progresse vers ma LAL !

    • Melo dit :

      Positif oui mais ce livre ne me donne pas un regain d’énergie contrairement à d’autres. Il me déprime plus qu’autre chose, personnellement.

  7. Feflie dit :

    C’est vrai qu’on peut ressortir de cette lecture un peu déprimé mais personnellement j’ai adoré. En même temps, je voulais le lire depuis sa sortie VO et j’étais sure de l’aimer avant même de le lire. ^^
    Dernier article de Feflie : La cité des ténèbres, tome 4 : Les anges déchus – Cassandra Clare (Lu en VO)

    • Melo dit :

      Je ne peux pas dire que j’ai adoré avec un tel thème. Il me laisse un terrible sentiment d’injustice dans le coeur. (mais le monde n’est hélas pas une usine à exaucer les voeux)

  8. Sita dit :

    Nathan et son tapage médiatique… Je sais que je n’aurais pas lu celui-ci si je ne l’avais pas intercepté dès sa sortie aux Etats-Unis (et là c’était déjà un tapage, il faut dire qu’avec la communauté autour des vlogbrothers, le lancement était déjà énorme, et maintenant qu’il a été best seller du NYT, c’est pas près de s’arrêter !). En tout cas, je n’ai pas lu Divergent pour ces raisons.
    Contente que tu t’y sois mise en tout cas 😉 J’ai beaucoup aimé la manière dont les thèmes étaient abordés en tout cas, même si ça n’a pas la profondeur d’un livre destiné aux adultes, c’est vraiment bien fait et parfait pour éveiller un peu les esprits des ados décérébrés x) Moi, avec l’histoire qui tournait autour de la littérature et de l’amour d’un auteur, j’étais vite conquise, haha !
    Dernier article de Sita : Who done it? (anthologie)

    • Melo dit :

      Oui j’ai découvert cette communauté par l’article de Lyra. En même temps, tant mieux pour le livre et Nathan aurait tort de se priver quand on y réfléchit.
      Je n’ai pas vraiment cru à leur rencontre avec Van Houten par contre, ça m’a semblé un peu fantaisiste mais j’ai aimé les passages où elle décrit Amsterdam et où ils sont dans la maison d’Anne Frank.
      Ca reste un bon livre, je ne peux pas le nier, mais il me laisse un goût amer car j’aurais aimé croire que le monde était une usine à exaucer les voeux.

  9. Stephie dit :

    C’était mon premier de l’auteur. J’ai adoré et du coup je retenterai avec un autre titre
    Dernier article de Stephie : Une journée avec Monsieur Jules de Diane Broeckhoven

  10. Clara dit :

    Je l’ai commandé sur amazon et suis hyper impatiente de le commencer ! John Green est un de mes auteurs préférés, j’ai lu tous ses autres titres (avec une petite préférence pour Looking for Alaska)

  11. pom' dit :

    ce livre ne me dit rien malgré beaucoup de coup de coeur
    Dernier article de pom’ : Certaines n’avaient jamais vu la mer-Julie Otsuka

  12. sphinxou dit :

    Je devrais pouvoir le lire bientôt, il me tarde! Mais du coup je m’attend à beaucoup , alors j’espère ne pas être déçue =)
    Dernier article de sphinxou : C’est lundi que lisez-vous ? _ semaine du 11 mars

  13. Noukette dit :

    Qu’il est beau ce roman…!

  14. lasardine dit :

    on est d’accord sur pas mal de choses! moi non plus je n’ai pas eu LE coup de coeur, et moi aussi je me dis que j’aurais aimé le lire à 16 ans

  15. titoulematou dit :

    bonjour: un petit award pour vous !!!!
    http://lireetrelire.blogspot.fr/2013/03/un-award.html
    Dernier article de titoulematou : un award ………

  16. Nodrey dit :

    Ah tu l’as enfin lu !!! Bon comme tu le sais un coup de cœur pour moi. En tout cas je suis ravie que le livre ta plu. Il nous prend vraiment par les sentiments.
    Dernier article de Nodrey : L’héritage des Darcer, tome 3 : la relève, Marie Caillet

  17. Une chronique très sympa! Après avoir lu que des chroniques plus qu’enthousiaste sur le livre, j’apprécie une chronique plus en nuance et qui parle de l’aspect young adult… C’est vrai que ça me fait un peu hésiter, du coup je ne pense pas le lire tout de suite en tout cas 🙂
    Dernier article de La tête dans les livres : Cent cinquante pulsations de Laurent Boyet

  18. Matthieu dit :

    C’est vrai qu’il ne s’agit pas du livre le plus gai au monde mais l’émotion est la et il est très bien écrit.
    Il vaut mieux être bien dans sa peau et pas au bord de la déprime avant de le commencer c’est sur !
    Dernier article de Matthieu : Les cupcakes : pourquoi un tel succès ?

  19. Théodora dit :

    Merci pour ce joli compte-rendu agrémenté de quelques extraits. Cependant, je ne pense pas que c’est le genre auquel je pourrais m’accrocher, alors la lecture de ce livre attendra quelque temps.

  20. Yves dit :

    J’hésitais à le lire… Merci de ta critique, je pense que je vais attaquer ce livre pour me forger mon propre avis… Quitte à être déçu !

  21. Vio dit :

    merci pour ces extraits du livre, je trouve bien que ce livre vaut la peine d’être lu! ce serait avec plaisir car j’ai envie de découvrir toute l’histoire

  22. faelys dit :

    je l’ai lu et aimé. j’apprends par ton billet qu’une adaptation ciné est peut être prévue, je reste en veille (moi aussi je suis parfois « en décalage » avec le choix des acteurs quand c’est une adaptation)
    Dernier article de faelys : Le secret de mon père, par Roland Godel

  23. Patrick dit :

    voilà un titre qui vaut bien la peine d’être lu. Je dois avouer que j’apprécie énormément la façon avec laquelle le sujet est traité. Et si ce roman serait adapté au cinéma, je risque bien d’en devenir un fan.

  24. sophie dit :

    Je découvre ton blog et je dois dire que j’apprécie ton style et la qualité de cette critique. Je suis plutôt littérature classique en général mais il est temps que je tâte au contemporain. Peut être avec John Green, mais je vais d’abord aller lire tes autres posts.

  25. Kavinsky dit :

    C’est intéressant de pouvoir lire les 40 premières pages du livres, comme ça on peut éviter d’acheter quelque chose qui nous plait pas.
    Bon, vous ne semblez pas trop emballée par ce livre, donc je risque de faire l’impasse sur celui-là.

  26. clara dit :

    On va me le prêter ( tralala), comme ça je pourrai me faire ma propre opinion !
    Dernier article de clara : Hubert Mingarelli – Un repas en hiver

  27. Phebusa dit :

    Une belle chronique ! J’ai adoré ce roman… malgré le sujet lourd qu’il aborde. C’est une histoire très émouvante.
    Dernier article de Phebusa : Bilan du mois de juillet 2013

  28. Cindy dit :

    « L’émotion m’a fauchée » oui, c’est mon exact ressenti. Pour moi, ca a été une belle claque littéraire ainsi qu’une découverte, car comme toi, je ne connaissais pas cet auteur auparavant. Bon, au niveau de l’adaptation ciné, on va voir… J’avoue que j’ai hâte et je la redoute en même temps!
    Dernier article de Cindy : Le mardi sur son 31

  29. Ping : [Challenge jeunesse/young adult #2] Bilan #12 | Muti et ses livres

  30. Je viens de terminer le livre et j’ai été boulversée. Cette histoire est magnifique ! Si tu veux lire mon avis, tu peux jeter un coup d’oeil à mon blog Céline Online 😉

    En tout cas, j’ai hâte de voir le résultat en film. J’ai regardé la bande-annonce après le livre et je trouve que les acteurs sont plutôt bien choisis. J’adore l’actrice qui fera Hazel ! Je la trouve tellement naturelle, elle correspond complètement au style d’écriture de John Green : plein de fraîcheur.
    Dernier article de Céline Online : Nos étoiles contraires de John Green, un livre unique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.