La première chose qu’on regarde (Grégoire Delacourt)

Quatrième de couv’…
Le 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, vêtu de son caleçon fétiche, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte.
Il ouvre.
Scarlett Johansson.
Il a vingt ans, il est garagiste. Elle a vingt-six ans, et quelque chose de cassé.

 

La première chose qu’on regarde, de Grégoire Delacourt
JC Lattès, mars 2013, 264 pages
Voir la fiche et d’autres avis de lecteurs

Je n’ai pas lu La liste de mes envies, le précédent roman de Grégoire Delacourt publié l’année dernière qui s’est déjà vendu à des milliers d’exemplaires et qui va même être adapté au cinéma ; mais c’est avec grande curiosité et enthousiasme que je me suis lancée dans La première chose qu’on regarde. Le thème de l’image et des apparences est quelque chose qui d’ordinaire me plait et je trouvais culotté que l’auteur ait choisi de mettre en scène Scarlett Johansson, actrice (faut-il le rappeler ?) connue dans le monde entier.

Malheureusement mon expérience Delacourt ne fut pas à la hauteur de mes espérances… Si l’idée est bonne, elle est exploitée avec trop d’exagération et de clichés, cela plaira à d’autres mais ça ne m’a pas convaincue. Arthur Dreyfuss est un homme dont la soeur a été dévorée par un chien à l’âge de deux ans, son père brille par sa disparition, et sa mère, qui chérissait sa fille bien plus qu’Arthur, se réfugie dans ses souvenirs et dans une forme de démence. Pas de bol, ce jeune homme. Mais c’est sans compter sur Jeannine, personnage important, qui a été violée par son beau-père et dont la mère niera la réalité, son père pompier a brûlé lorsqu’il a voulu sauver une « petite mamie » (sic) dans un incendie ravageur. Que de drames déjà chez ces deux-là. Les ficelles dramatiques sont exploitées jusqu’à la corde. On sent que Delacourt veut en jouer mais ça ne prend pas. A trop en faire… Cela aurait pu s’arrêter là, mais il insiste avec les autres personnages qui hantent l’histoire et pas seulement dans le drame, mais dans la grossièreté des traits. Pour exemple, l’ami garagiste est décrit comme un individu très moyen, le gros « beauf » de service comme on dit chez nous.
Et les stéréotypes ne s’arrêtent pas aux personnages. L’histoire d’amour qui prend forme en est remplie et le passage où les amoureux font du café avec un filtre formé de papier toilette a fini par m’achever. D’ailleurs cette histoire d’amour naît beaucoup trop vite à mon goût : au bout de 4 jours, les amoureux se font voeu de s’aimer de de vivre ensemble alors que rien, dans les descriptions, ne respire la folle passion.
Les caricatures de ce genre et les clichés à la mode « comédie télévisuelle », dans un roman qui veut parler des apparences, ne me convainquent pas. C’était peut-être voulu, peut-être que je n’ai pas saisi l’essence de l’histoire…
J’ai été également prise de lassitude par les nombreuses parenthèses (plusieurs à chaque page) totalement inutiles et lourdes. Tantôt j’ai eu l’impression que l’auteur voulait étaler sa culture (comme on étale la confiture), tantôt j’ai pensé qu’il essayait de faire de l’humour… qui tombe à plat.

Alors non, je n’ai pas été séduite par La première chose qu’on regarde, je n’ai pas été touchée par le thème de l’apparence qui est pour moi mal exploitée, et j’ai trouvé que ce roman, dans l’ensemble, ne tenait pas la route même si on y trouve quelques phrases plutôt philosophiques et sympathiques comme celle-ci :
Ils marchèrent lentement, en titubant un peu à cause de leur différence de taille mais aussi parce qu’il n’est jamais facile d’être parfaitement synchrones au début d’une histoire d’amour. On doit apprendre à écouter, et non seulement ses mots, mais son corps, sa vitesse, sa force, sa faiblesse et ses silences qui déséquilibrent ; on doit perdre un peu de soi pour se retrouver dans l’autre.

S’il fallait le noter : 2 étoiles et encore je suis sans doute trop gentille.

********************************

  • Vous trouverez des avis divers et variés qui vous donneront peut-être envie de vous lancer tout de même sur Entrée Livre, communauté de lecteurs grâce à laquelle j’ai lu ce livre.

Entrée Livre

 

 ******************

Grégoire Delacourt est né en 1960 à Valenciennes, il est publicitaire. On lui doit notamment de fameuses campagnes pour Coeur de Lion, EDF, Lutti ou encore Apple. L’Ecrivain de la famille est son premier roman avant La liste de mes envies et La première chose qu’on regarde et a été récompensé par cinq prix littéraires.
(source : Entrée Livre)

 

***************

This Post Has Been Viewed 80 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 réponses à La première chose qu’on regarde (Grégoire Delacourt)

  1. FaFa dit :

    (je suis obligée de mettre l’adresse de mon blog pour mon commentaire…)

    Hannn j’aime pas comment tu le dézingues le bouquin ! j’ai trouvé que c’était une histoire sympathique, avec des clichés certes, mais t’as déjà lu une histoire d’amour sans clichés toi ?
    Cet auteur m’a vraiment convaincue. C’est un roman qui se lit un dimanche sous sa couette et ça nous emmène ailleurs le temps de ces 200 et quelques pages !
    Dernier article de FaFa : Weekend Reads: WPLongform Picks

    • Melo dit :

      Bah je suis désolée mais ma déception est à la hauteur de mes attentes. Je n’ai vraiment pas aimé, et pas seulement à cause des clichés. Souvent eu l’impression que l’auteur nous prenait pour des imbéciles.

      (je ne sais pas pourquoi pour ton adresse, je regarderai)

  2. Ping : [Roman] La première chose qu'on regarde - Grégoire Delacourt | Carnet de Lectures de Solenn

  3. Brize dit :

    Je n’ai pas aimé « La liste de mes envies » et je n’ai pas l’impression que celui-ci pourrait me plaire davantage…
    Dernier article de Brize : Où je lis des livres qui ne sont pas pour moi…

    • Melo dit :

      Pas lu « la liste… » mais je crois que je vais en faire l’impasse même s’il est nettement plus apprécié des lecteurs. 😉

  4. On a le droit de ne pas apprécier et au vu des exemples que tu donnes, je ne pense pas que ce bouquin me plairait ! Ma maman a eu un ressenti assez similaire en lisant L’écrivain de la famille, beaucoup de blabla pour pas grand chose, des détails pour étaler la confiture qu’il a… Par contre, elle a adoré La liste de mes envies que je vais bientôt lire aussi. Ca m’a l’air bien stéréotypé et gros tout ça en tout cas, merci pour ton avis franc 🙂
    Et au fait, je ne connais pas Entrée Livre, tu en penses quoi ? Il propose aussi des partenariats ?
    Dernier article de Charabistouilles : Le Livre de Saskia, tome 1 : Le Réveil, de Marie Pavlenko

    • Melo dit :

      « La liste.. » est nettement plus apprécié, je crois mais je n’ai plus trop envie de m’y plonger 😉

      Entrée Livre est une communauté de lecteurs de la librairie Decitre. C’est très sympa, et clair. Oui ils font tous les jeudis des « jeudis critiques » avec les lecteurs. Je vois souvent les publications sur leur page facebook. Et de temps en temps, ils font des opé spéciales comme celle à laquelle je participe en ce moment. Nous avons reçu 3 livres pour le moment. 🙂
      Voilà, rejoins-nous ! 🙂

  5. Cla dit :

    Un auteur que j’ai très envie de découvrir, mais pas forcément avec ce roman, alors. Bises
    Dernier article de Cla : C’est lundi, que lisez-vous? #10

  6. Nelfe dit :

    De mon côté, ce ne sont pas les mêmes « défauts » que j’ai soulevé. Ce côté exagération ne m’a pas vraiment marqué. Par contre, « je reprends Wikipédia et je te tartine des pages de bio et d’anecdotes showbiz », ça ça m’a vraiment agacée!
    Heureusement que les 100 dernières pages ont sauvé ma lecture…
    Dernier article de Nelfe : « La première chose qu’on regarde » de Grégoire Delacourt

    • Melo dit :

      Les parenthèses, genre je me prends pour un dictionnaire m’ont clairement agacée aussi. Et ce n’est pas que sur le showbiz, on a droit à la géographie et à d’autres trucs totalement inutiles. :/ J’ai eu l’impression d’être prise pour une imbécile.
      A ajouter : l’utilisation des mots rares… Cela m’a gênée également… Ca ne se lie pas du tout avec le reste.
      J’ai préféré la deuxième moitié, moi aussi, mais ça n’a vraiment pas suffi pour que je le conseille autour de moi.

  7. Valérie dit :

    Je n’ai pas été enthousiasmée par La liste de mes envies, je ne lirai pas celui-ci.

  8. dasola dit :

    Bonsoir, c’est un roman qui me tente pas trop. Et je n’ai toujours pas lu La liste de mes envies. Bonne soirée.

  9. Ma tendre et chère l’avait sur sa table de nuit. Elle disait que ça faisait passer le temps et que ça se lisait. Je l’ai cru, j’ai tenter, je me suis arreter à la dizième page.
    Dernier article de monsieur calvitie : Barack Obama se tape la frange de Michelle Obama

  10. Malorie L. dit :

    Grégoire Delacourt est un auteur qui me tente beaucoup, mais comme je voulais diminuer un peu ma PAL avant de le découvrir, j’ai pris un peu de retard. Cependant, j’espère pouvoir me laisser tenter cet été.
    Dernier article de Malorie L. : Mille femmes blanches.

  11. Chapitre Onze dit :

    Je n’ai pas aimé La liste de mes envies. Je ne m’aventurerai donc pas à lire celui-ci.
    Dernier article de Chapitre Onze : Les Livres Lus du Mois de Septembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.