L’extrait qui fait envie (2)

« Soufia ? » Elle n’entend pas Nour qui l’appelle. Elle habite un halo de lumière, là-bas dans la cuisine, de l’autre côté des vitres. Nour a l’habitude désormais de la voir ainsi, tendue dans les préparatifs d’une fête qui a lieu une semaine sur deux et où elle se démultiplie en gâteaux et en promenades, elle prépare la venue de Najet et de Mounir en choisissant les meilleurs ingrédients, en empruntant des livres illustrés à la médiathèque, en décorant leur chambre à coucher, en cousant de nouveaux rideaux, en accrochant à leurs murs l’image d’un arbre ou d’un oiseau. Elle parle à Nour de leurs progrès à l’école, et du nom de leurs personnages préférés à la télévision.

Nour le sait bien : aujourd’hui Soufia est sombre et laborieuse mais demain ses enfants arriveront. Ils mangeront des légumes frais et des laitages, ils auront des comprimés de fluor avec leur petit déjeuner et des emplois du temps de ministres. Ils feront leur toilette en chantant des airs qu’ils ont appris à l’école, qui parlent de chasse, de zigotos. Ils emploieront des mots comme griffer, couronnement et autruche. Ils apprennent à compter, ils jouent. Leur visage est frais quand ils dorment, pour eux le repas du soir semble durer trois siècles et demain est une rive derrière un océan.
Et après, c’est toujours la même histoire. Soufia les met à l’arrière de sa voiture, elle prend le périphérique et les descend jusqu’à la porte de Pantin où leur grand-mère vient les chercher, une vielle dame très sérieuse et encore en très bonne santé, qui porte un voile, qui aime encore quelques jeux de société à son âge, qui ne sait pas lire. Soufia stationne la voiture, ils font tous ensemble une promenade au bois ou au parc de l’Estrade selon la météo, puis elle les accompagne dans le F3 de Jasmine où elle-même a grandi, elle raconte une petite histoire ou deux sur ce qu’elle faisait dans ces murs quand elle avait leur âge. Dans le salon de Jasmine il y a des fleurs artificielles et les heures non plus ne se conservent pas très bien, Soufia doit se concentrer pour ne pas montrer ce qu’elle éprouve mais sa mère est là qui la devine alors elle boit son thé doucement, doucement, en se mettant sur le canapé tout près de la vieille dame, moi aussi les enfants j’ai le droit qu’on s’occupe un peu de moi, le temps de terminer sa tasse puis elle rejoint le palier, rejoint le parking, remonte le périphérique pour une nouvelle semaine. Ce sont les semaines où elle fait les gardes de nuit, se défonce pour accumuler des heures sup et des petits suppléments à son salaire et pour préparer la fête, la fête ! de les avoir à nouveau, de les retrouver la semaine suivante.
Elle retourne chez elle par le périphérique du soir, dans les derniers feux électriques du week-end. Franchissant la porte de son appartement, elle essaye de ne pas faire de bruit en posant les clefs sur la commode de l’entrée, elle essaye de traverser le salon sans mettre en fuite les voix des enfants encore éparpillées entre les pièces. Elle marche comme en un sous-bois pour ne pas déranger les froissements de feuilles sèches qui se sont attardés, les mains coloriées qui s’appuient aux murs. Elle avance le plus doucement possible dans ses souvenirs de plus en plus tristes, comme se dissipent les dernières courses et les dernières chansons. Puis elle essaye de couvrir leur absence, bravement elle s’efforce. Elle se fait une tisane en regardant la télé, son idée fixe, ne pas pleurer, si elle commence. Elle compte des tickets de caisse, infirmière pourtant c’est bien, mais avec les deux zouaves ça ne fait pas beaucoup : colère. Qui la sauve des larmes. Elle va faire sa toilette, comme une guerrière se couche. »

Les saisons de Louveplaine , pages 115/116, Cloé Korman, éditions du Seuil.

This Post Has Been Viewed 91 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Tout le reste, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à L’extrait qui fait envie (2)

  1. Thalyssa dit :

    Un style très particulier, en effet, mais je suis sous le charme… et très intriguée d’en apprendre plus !
    Dernier article de Thalyssa : Anthologie : Fin(s) du Monde

    • Melo dit :

      C’est un extrait qui murmure, qui chante, je ne sais pas… mais je l’aime beaucoup ! Contente de te voir charmée 😉

  2. clara dit :

    Ca donne envie de lire le livre !
    Dernier article de clara : Erwan Desplanques – Si j’y suis

  3. Jostein dit :

    J’avais découvert cette auteure avec son premier roman Les hommes couleur et j’ai très envie de lire celui-ci
    Dernier article de Jostein : Mãn – Kim Thuy

  4. sebastien dit :

    Merci pour cet extrait. Je ne connaissais pas cet auteur, mais il m’a donné envie de le découvrir. Si tu as des conseils de livre de son répertoire, je suis preneur.
    Dernier article de sebastien : La demande étudiante pour la colocation est en progression

  5. Un bon livre, un chat sur les genoux, un pur bonheur !
    Je suis auteure de romans félins et mon chat me tient ma plume.
    Dernier article de LACROIX CHRISTINE : BAUDELAIRE – LE CHAT

  6. Un style d’écriture qui me donne envie de dévorer le livre entier. Hâte de l’avoir chez moi et de le terminer en un rien de temps. En plus, le thème est un sujet qui relate la réalité de vie de nombreuses mères célibataires.

  7. Stephie dit :

    J’ai beaucoup de mal à entrer dans ce roman. Le style est très particulier…
    Dernier article de Stephie : La vie commence à 20h10 de Thomas Raphaël

  8. Ping : Les saisons de Louveplaine, de Cloé Korman | Les mots de Mélo

  9. mignonne dit :

    merci de nous faire découvrir cet auteur, ça donne envie d’en savoir plus et de se plonger dans l’intégralité du texte.
    Dernier article de mignonne : Loi Duflot 2014

  10. Laura dit :

    Oui ça fait vraiment envie. En tout cas merci pour cet extrait, saurez-vous me guider où puis-je me procurer cette ouvrage ? Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.