Le Chardonneret – Donna Tartt

Le Chardonneret (3)Quatrième de couv’…
Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu’il soit aujourd’hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d’hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu’est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D’où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu’il transporte partout avec lui ?

A la fois roman d’initiation à la Dickens et thriller éminemment moderne, fouillant les angoisses, les peurs et les vices de l’Amérique contemporaine, Le Chardonneret laisse le lecteur essouflé, ébloui et encore une fois conquis par le talent hors du commun de Donna Tartt.

« Un triomphe. ». Stephen King, The New York Times
« Un immense livre à tous points de vue. Dickens avec des flingues, Dostoïevski sous amphétamines, Tolstoï chez les marchands d’art. » The Times (Londres)
« Un tour de force époustouflant. » The Guardian

Le Chardonneret, de Donna Tartt (The Goldfinch, 2013)
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Edith Soonckindt
Editions Plon, 2014, 787 pages
3.5 étoiles sur 5

Près de 800 pages pour ce nouveau Donna Tartt qui a déjà beaucoup fait parler de lui, dans les médias au moins. Donna était même en personne dans La Grande Librairie de Busnel le 9 janvier dernier. Il faut dire que c’est son troisième roman en 20 ans. De quoi rendre les fans chèvre puisque que Le maître des illusions remporte un succès phénoménal depuis sa publication en 1992.

Carel_Fabritius le chardonneretLe Chardonneret raconte l’histoire de Theo de l’enfance à la trentaine. A 13 ans il perd sa mère lors d’une explosion dans le musée qu’ils visitaient ensemble, celui où est exposé le tableau de Carel Fabritius qui donne son titre à l’histoire. Theo sera l’un des rares survivants de la tragédie et se retrouvera quasi orphelin puisque son père est introuvable et qu’il n’intéresse pas ses grands parents. Il échappera aux services sociaux grâce à la famille de son camarade de classe qui vit dans un appartement huppé sur Park avenue où il retrouvera un semblant d’équilibre. Mais son père, personnage instable et colérique, le retrouvera et l’emmènera vivre dans l’artifice de Las Vegas où Theo rencontrera Boris aux multiples nationalités qui brûle la vie par les deux bouts et qui marquera Theo à vie. Suivra un retour à New York en passant par Amsterdam dans l’obscur marché de trafics d’oeuvres d’art.

Ce qui est sûr c’est que Donna Tartt a le sens du récit. Ce n’est plus un livre, c’est une fresque immense peinte autour du personnage de Theo : tout est détaillé, décortiqué, chaque touche de pinceau compte. C’est le genre de livre dans lequel on plonge complètement, à en effacer l’environnement immédiat. Le début m’a juste scotchée : la qualité de l’écriture, la promesse d’un roman riche et succulent ; La description de l’explosion au musée est frappante de réalisme, un petit régal si je puis m’exprimer ainsi.  Les personnages ont un relief impressionnant, chaque personnalité est brossée avec précision et force détails. En fait je les ai tous aimés, vraiment tous. Même si Boris et Mrs Barbour m’ont peut être un peu plus marqué que les autres.
La description des villes est également à noter : La grande New York et son agitation, l’illusionniste Vegas et son désert ou la chaleureuse Amsterdam et ses canaux , on y est, on les ressent, on les vit…
Et puis dans ce seul roman les thèmes sont tellement nombreux qu’on aurait pu avoir l’impression de les survoler mais que nenni : de la restauration d’oeuvres d’art en passant par la famille, le deuil, le stress post traumatique, la drogue et ses effets, l’adolescence, l’errance ou l’attachement à une oeuvre d’art, tout est fouillé, creusé, ciselé…
Bref, je suis impressionnée et sous le charme. Donna Tartt fait preuve d’un sens de l’observation vraiment épatant, tout en finesse et joaillerie.

Reste que je n’ai malheureusement pas été sous le charme jusqu’à la fin. A partir du retour à New York j’ai commencé à trouver le temps long et le dernier quart à Amsterdam m’a totalement perdue. Ca s’enlise, ça fait du sur-place, ça part dans des considérations totalement inutiles et répétitives… C’est devenu trop long, trop ennuyant et je suis surprise d’avoir terminé ce roman qui démarrait pourtant tellement bien sur cette note.

Mais dans le fond c’est un bouquin qui me restera, je le sais. Les personnages sont tellement palpables et ça résonne tellement juste qu’il ne peut en être autrement…

tartt(source photo)

Keisha, Stellade ont aimé. L’avis de NatioraVal, Theoma et Clara n’ont pas été convaincues.

le car don tar(maintenant je me demande combien de pages va faire ce pavé en format poche…)

This Post Has Been Viewed 992 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Etats-Unis, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

35 réponses à Le Chardonneret – Donna Tartt

  1. Natiora dit :

    Tu es plus convaincue que moi ! Et pourtant je suis d’accord avec ce que tu dis, les personnages ont du relief, on évolue véritablement à leur côté comme dans une scène en 3D. Mais je n’ai pas accroché, je me suis ennuyée…

    • Melo dit :

      Je comprends qu’on s’y ennuie, moi c’est vers la fin que j’ai eu énormément de mal. Trop long, sans doute. Il aurait gagné a être un tout petit peu plus concis, je pense…

  2. Didi dit :

    Un livre qui me tente mais qui semble subir quelques essoufflements à la fin …
    Le maître des illusions m’avait charmé alors je verrais si l’occasion se présente.
    Bises
    Dernier article de Didi : Un mars et ça repart ! C’est les vacances !!!!

    • Melo dit :

      D’autres l’ont trouvé splendide du début à la fin, d’autres se sont ennuyés tout le long, chaque lecteur le voit différemment 😉
      Bises, Didi

  3. stellade dit :

    Un bel article que j’ai lu avec attention.
    J’ai apprécié la fin qui devait être à la hauteur des pages déjà lues! Je n’ai pas été déçue.
    Je comprends que tu aies pu trouver le temps long à certains moments. Bises

    • Melo dit :

      J’ai vraiment trouvé le temps long sur la fin, en effet. C’est dommage parce que il y a vraiment de bonnes choses dans ce bouquin, ne serait-ce que les personnages.

  4. Lou lit la dit :

    J’entends beaucoup d’avis différents, même si globalement le positif l’emporte. Je pense me plonger dans ce livre à l’occasion, comme je n’ai encore jamais lu de Donna Tartt je n’aurai pas vraiment d’attente 🙂
    Dernier article de Lou lit la : Les six frères cygnes / Wilhelm et Jacob Grimm, ill. Elsa Oriol

    • Melo dit :

      C’était mon premier aussi, j’ai acheté Le maîtres des illusions justement avant de savoir que Le Chardonneret allait sortir 😉

  5. Cajou dit :

    Même si tu dis que c’est un bouquin qui restera dans ta mémoire, je ne vais pas m’y risquer : sa taille me terrorise !
    Des gros bisous mélo, bien contente de lire un billet de toi !
    Dernier article de Cajou : Fais-le pour maman, François-Xavier Dillard

  6. eimelle dit :

    Je tenterai peut-être dans un moment… ou pas! Bonne soirée!
    Dernier article de eimelle : Le mois de février…

  7. Laeti dit :

    Non, vraiment, le nombre de pages me rebute de trop 🙂
    Dernier article de Laeti : Foire du livre, Foire des rencontres (2)

  8. Noukette dit :

    Je n’ai toujours pas lu cette auteure, c’est mal…
    Dernier article de Noukette : La Mondaine – Zidrou / Jordi Lafebre

  9. Stephie dit :

    Il est sur ma PAL et je ne vais pas tarder à l’en sortir. Par contre, je pense que je lirai d’autres choses en même temps 😉
    Dernier article de Stephie : La drôle de vie de Bibow Bradley – Axl Cendres

  10. George dit :

    Toujours pas commencé 🙁 !
    Dernier article de George : « La Femme gelée » Annie ERNAUX

  11. clara dit :

    Pas convaincue non…

  12. Valérie dit :

    J’ai quand-même beaucoup aimé le début mais ensuite, je n’en pouvais plus.
    Dernier article de Valérie : Ne dis jamais Fontaine…

  13. faelys dit :

    sur ma table de chevet également, où il prend vraiment beaucoup de place vu sa taille impressionnante (et c’est peut être ce qui repousse ma lecture..)
    Dernier article de faelys : Tam-Tam dans la brousse, Gibus

  14. somaja1 dit :

    Il m’attend sur les étagères mais le nombre de pages me fait un peu reculer pour l’instant. J’ai lu quelques avis négatifs, mais le tien me redonne un peu envie de le sortir de ma pal.
    Dernier article de somaja1 : Abécédaire de la personnalité

  15. Manu dit :

    Je vais partie de ses fans de la première heure, celles pour qui Le maître des illusions reste un roman culte à vie. Le petit copain m’avait fait la même impression que t’a fait ce livre, donc j’ai peur de lire celui-ci. Je le lirai, c’est sûr, mais je vais attendre la parution en poche.
    Dernier article de Manu : « Le roi n’a pas sommeil » de Cécile Coulon

  16. Ping : Le Chardonneret | Les Pages de Somaja

  17. somaja dit :

    Maintenant que je viens de relire ton billet, c’est vrai que nous avons eu le même ressenti. Elle aurait pu supprimer 200 pages sans pour autant enlever de puissance à son récit. C’est peut-être la rupture de genre, qui ‘a gênée, passant à la fin à un vrai récit à suspense alors que l’adolescence de Théo mettait l’accent sur le deuil, la solitude, l’ennui…

    • Melo dit :

      Oui tout à fait! Moi la fin dans l’intrigue du trafic d’oeuvre d’art m’a clairement paru longue et beaucoup moins intéressante que le reste.

  18. Ping : Le Chardonneret en poche ! [concours inside] | Carnet de lectures (et autres futilités)

  19. Ping : Balade Blogueque – Février 2015 « Le Blogojournal d'Elora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.