Pas assez pour faire une femme, de Jeanne Benameur

Pas assez pour faire une femmeQuatrième de couv’…
A l’université dans les années 70 une jeune fille découvre la puissance formidable de l’amour.
D’un côté la joie qui emporte Judith vers Alain, le « meneur » convaincu de la lutte politique. De l’autre l’appartenance à une famille qui l’entrave, soumise à la tyrannie du père.
Ce roman est celui d’une tension.
Judith apprend à mettre en perspective sa « petite histoire » avec la grande, celle initiée par Mai 68. L’entrée dans le monde de la littérature, de la pensée et de l’action politique lui ouvre un chemin de liberté. Jusqu’où ?

Pas assez pour faire une femme, de Jeanne Benameur
éditions Thierry Magnier, sept 2013, 91 pages
5 étoiles

« «Et depuis quand on fait ce qu’on veut dans la vie? » C’est par cette phrase que mai 68 est arrivé dans notre maison. On était à table. On regardait la télévision dans un silence religieux. Silence réclamé par mon père. Et obtenu. » (page 24)

C’est par sa voix que Judith est tombée amoureuse d’Alain. Une voix qui rassemble les étudiants dans un amphi, une voix qui lutte contre l’injustice juste après mai 68 et ses bouleversements politiques et sociaux. Elle y comprend surtout les silences et les fragilités, dans lesquels elle reconnaît son propre combat.
Judith a grandi dans un univers familial qui l’étouffe, un père tyrannique, une mère soumise aux caprices de son mari. En allant vivre à Paris pour suivre ses études, libérée des contraintes familiales, en rencontrant l’amour avec Alain, en ouvrant les yeux au monde, c’est la liberté qui lui tend les mains.
Ce qui marque dans ce petit roman, c’est la voix de Judith, cette ado qui se découvre. Son questionnement. Le ton intimiste. La justesse des sentiments. Dès les premières pages ce roman m’a parlé et m’a émue, m’a touchée de façon très personnelle. Le style particulier et épuré est sa force et les mots font naître des réflexions profondes et essentielles. Ils donnent l’envie furieuse de vivre et de dire.
Il faut noter aussi l’importance des livres, de la conscience politique, du besoin de se réaliser. C’est un tout petit roman pourtant fort et sensible -positif aussi- qui résonne au delà de l’histoire d’Alain et de Judith. Je conseille, bien évidemment.

« Et j’ai lu. Doris Lessing et Anaïs Nin, Françoise Sagan et Joyce et Blaise Cendrars. Sans distinction. Je lisais je lisais. Insatiablement. Je m’endormais, les livres sur les couvertures. C’étaient mes nuits de bivouac sans Alain. Quelque chose de moi avait besoin de solitude pour ça. Dans cette solitude quelque chose se forgeait, que j’ignorais mais à quoi je donnais place. La littérature entrait dans ma vie et je sentais qu’elle me permettait de vivre. Elle ouvrait un espace possible pour respirer à l’intérieur de moi. Je prenais force. Dans le silence des mots écrits. Ceux des autres. Les miens. » (page 70)

« Est-ce que je sais au fond de moi ce qui m’a toujours fait peur ? est-ce qu’on sait toujours tout ? » (page 17)

 

Je valide (enfin) ma participation au challenge Jeanne Benameur chez Noukette. Et une nouvelle participation au challenge Rentrée Littéraire 2013 chez Herisson.

Si ce livre vous tente, il est bien possible qu’un petit jeu pour en remporter un exemplaire arrive tout bientôt…

This Post Has Been Viewed 75 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Enfants / Ados, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Pas assez pour faire une femme, de Jeanne Benameur

  1. Valérie dit :

    Je ne suis pas tentée (incompatibilité avec l’auteure) mais j’aime beaucoup tes photos de présentation des livres.
    Dernier article de Valérie : L’elixir d’amour d’Eric-Emmanuel Schmitt

    • Melo dit :

      Je suis allée voir tes billets sur Les Demeurées et Profanes. Si tu veux faire une ultime tentative je pense que Pas assez pour faire une femme est un bon choix. Moi c’est le premier titre que je lis de Benameur et j’avoue que j’ai un peu peur d’en attaquer d’autres, le style est vraiment particulier.

  2. Midola dit :

    Je viens d’emprunter Profanes, celui-ci sera peut-être le prochain…

  3. Noukette dit :

    Encore une pépite de Jeanne Benameur… Ravie de te voir conquise !
    Dernier article de Noukette : Anuki 4. Duel dans la plaine – Stéphane Sénégas / Frédéric Maupomé

    • Melo dit :

      Première lecture, première bonne surprise ! Il me reste Les Demeurées et 3 titres jeunesse dans ma bibliothèque 😉

  4. Ping : Pas assez pour faire une femme => 1 exemplaire en jeu | Carnet de lectures (et autres futilités)

  5. Ca a l’air vraiment intéressant, surtout cette période que je ne connais pas vraiment!
    Dernier article de La tête dans les livres : Ma Vie, Mon Ex et autres calamités de Marie Vareille

  6. zazy dit :

    Un auteur que j’apprécie et je note celui-ci
    Dernier article de zazy : Noël Balen et Vanessa Barrot – Petits meurtres à l’étouffée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.