Conception, de Chase Novak

Conception Chase Novak

« A la fois terrifiant et sombrement drôle, CONCEPTION est une pure partie de plaisir » : Ce sont les mots de Stephen King sur la quatrième de couverture et je suis bien en phase avec lui. Conception est une espèce de thriller horrifique plutôt décalé qui vire au fantastique assez rapidement avec une bonne dose d’ironie inside. D’aucuns n’y trouveront pas leur compte à cause du côté irrationnel et de l’ambiance épouvante, de mon côté je l’ai dévoré !

Alex et Leslie Twisden forment un couple à la situation très confortable. Elle travaille dans une grande maison d’édition, lui est avocat, trop sûr de lui, antipathique. Il faut dire qu’il a de quoi se la péter : il est héritier d’une immense demeure familiale dans laquelle règnent les tableaux et photos de ses illustres ancêtres. Avec un nom pareil, il se sent la responsabilité de conserver sa lignée : après tout Leslie et lui sont plus beaux et plus intelligents que la moyenne, ont une vie qu’envierait la moitié de la planète : ils doivent tout naturellement et absolument se reproduire. Sauf que mère nature l’a vraisemblablement décidé autrement et c’est dans une dernière tentative désespérée et grâce au bouche à oreille qu’ils se rendent en Europe rencontrer un médecin miracle. C’est là-bas dans la froide et sombre Slovénie que commence la petite musique dissonante de l’histoire : le cabinet médical est plutôt repoussant, le médecin très bizarre … mais le désespoir de ne pas pouvoir enfanter est plus fort. Une injection chacun, retour à l’hôtel : ils se sentent pousser des ailes. Reprenant leur vie New Yorkaise Leslie est enceinte et donnera naissance à de beaux jumeaux : une fille et un garçon. Mais les Twisden ne sont plus les mêmes, ils se cachent, ils enferment leurs enfants dans leur chambre la nuit … Et en grandissant les jumeaux comprennent qu’il se passe quelque chose d’effrayant, ils ont peur …

Je n’en dis pas plus, seulement si vous êtes amateur du genre, foncez ! Voilà un roman sombre et effrayant, drôle et ironique, parfois trash, parfois tendre et touchant, au suspense habilement mené qui, sous ses airs de page-turner horrifique, manie des préoccupations bien réelles (maternité, filiation, perte d’identité, maladie, dérives sociétales, ..) et qui dresse des portraits tantôt touchants tantôt très agaçants. L’ensemble est un peu cliché mais ça fait partie du jeu et on se laisse facilement prendre dans les mailles de l’intrigue. On ne pinaillera pas sur la qualité littéraire, le style est plutôt modeste mais voilà un vrai divertissement à la noirceur réjouissante qui est -aussi- une petite leçon de vie.

Elles ont aimé aussi : Antigone – KahlanSéverine (chez qui j’apprends qu’il y a déjà une suite publiée aux USA, cool !)

EXTRAIT :
« Alice et Adam se languissent de leur foyer, avec l’impuissance innocente des enfants. Comme tous les jeunes mammifères, ils sont génétiquement programmés pour faire confiance à leurs parents et croire que ceux qui leur ont donné la vie sont leur refuge dans un monde sans pitié. Dans leur cerveau, dans leur liquide céphalo-rachidien, dans leur mécanique la plus élémentaire, la plus primitive, il est écrit qu’ils doivent croire que leur mère et leur père sont là pour les protéger, et ils s’accrochent à cet instinct quelque que soit l’irréfutabilité de la preuve du contraire – et même ainsi, même après qu’ils ont renoncé à cette illusion et qu’ils se sont enfuis pour sauver leur peau, le doute suit comme une ombre le moindre de leurs mouvements, parce qu’ils réagissent à une réalité qui est par essence inconcevable, à une vérité qu’ils perçoivent continuellement comme un mensonge fabriqué de toutes pièces par leurs propres échecs ou par les dysfonctionnements de leurs esprits fiévreux. » (p. 328)

Quatrième de couv ‘ :
« Alex et Leslie Twisden mènent une vie radieuse : jobs en or, luxueux hôtel particulier en plein Manhattan et mariage passionnel. Ce qui leur manque en revanche, c’est un enfant, et après l’échec d’innombrables traitements, leur désir de progéniture vire à l’obsession.
Dans une dernière tentative désespérée, le couple se rend en Slovénie afin d’essayer une procédure médicale très particulière. Et là, c’est le miracle…
Dix ans plus tard, couvés et dorlotés mais vivant dans une maison habitée par les secrets, les jumeaux Alice et Adam se retrouvent chaque soir enfermés dans leur chambre, tandis que des bruits de plus en plus perturbants proviennent de celle de leurs parents. Un jour, ils décident de chercher à comprendre la vraie nature de ceux qui les élèvent. Leur découverte aura de quoi les épouvanter… »
Conception, de Chase Novak (Breed, 2012)
traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Vincent Guilluy
éditions Préludes, janvier 2015, 473 pages

This Post Has Been Viewed 612 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Etats-Unis, Fantastique - SF - Fantasy, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Conception, de Chase Novak

  1. A priori, ce n’est pas un genre qui me tente, mais tu as su éveiller ma curiosité avec ce résumé alléchant !
    Dernier article de Livresse des Mots : « Les promeneurs sous la lune » Zidrou & Egurza

  2. noukette dit :

    Parfait ! Noté pour mes lectures de vacances alors ! 😉
    Dernier article de noukette : Love in vain : Robert Johnson 1911-1938 – Mezzo / Dupont

  3. Marion dit :

    Si Stephen King est conquis, alors il va falloir que je m’y intéresse !
    Dernier article de Marion : Il fera beau demain – François Duprat

  4. read-aholic dit :

    j’ai adoré ce roman complètement décalé!

  5. éléa dit :

    Très joli billet, en plus j’adore ce type de roman et Stephen King valide … je vais me jeter dessus à la première occasion 😉
    Dernier article de éléa : Secte et meurtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.