Avant-goût de la rentrée littéraire (2015)

videz
Vous sentez ce petit air de rentrée ? L’automne qui va débarquer avec ses 589 sorties de romans ? De mon côté j’ai hâte parce que l’été me court sur le haricot. Je n’aime pas la chaleur, je n’aime pas l’été lorsque je ne pars pas en vacances alors vivement la rentrée ! Comme chaque année je suis du Challenge 1% Rentrée Littéraire organisé par Herisson08 (un grand merci à toi encore une fois !), il s’agit de lire 6 romans sortis entre mi août et mi octobre en un an. Evidemment je n’ai jamais assez de livres à lire (rires) alors je suis allée faire un petit tour sur les sites de librairies en ligne pour voir un peu ce qui s’annonce et j’en ai sélectionnés quelques-uns, of course. Pas trop le courage de surfer sur chaque site des maisons d’éditions alors il se peut que je croise d’autres titres que j’ajouterais au fur et à mesure dans cet article…
Si vous passez par là, je serais curieuse de lire vos sélections alors n’hésitez pas à les laisser en commentaire. Y’en a t-il un que vous souhaitez lire par dessus-tout ? Dites-moi tout histoire que je ne passe pas à côté de LA pépite 2015.

cestlarentree

 

De mon côté j’ai repéré :

9782330053604Ah ! ça ira, de Denis Lachaud (prévu le 19 août chez Actes Sud)
Sur le bord du trottoir, dans la fraîcheur de l’aube, il attend. Dans un instant cet homme va agir sans le moindre état d’âme, et se placer en état de guerre.Deux décennies plus tard, Antoine sort de prison. Sa fille Rosa n’a pas trente ans, c’est elle qui, pour une large mesure, l’a maintenu en vie pendant tout ce temps.
Nous sommes en 2037, Paris est une ville où il est impossible de se loger, la faillite sociale est infernale, la rébellion gronde, les inégalités sont innommables mais le temps de la révolte ne passe plus par la violence. Lointaines pour la génération de Rosa, ces idées de libération armée sont en quelque sorte périmées : les actions terroristes, les endoctrinements idéologiques n’ont plus de sens, plus de poids, et la démocratie telle que l’a connue l’histoire du XXe siècle a fait long feu. Une autre époque de l’engagement s’est ouverte, celle du passage à l’acte citoyen.
Ah ! Ça ira… est un livre construit sur le réel mais habité de rêves comme devrait l’être tout projet d’avenir, toute utopie sincère. À cela Denis Lachaud a ajouté une pointe d’humour, un peu de fantaisie nécessaire pour considérer l’État et le monde qu’il nous promet…

 

Certains ont eu la chance de le recevoir en service presse, je pleure des larmes de douleur 🙁 :

9782749139920Amelia, de Kimberly Mc Creight (prévu le 27 août chez Le Cherche midi)
Connaissez-vous vraiment vos enfants ?
À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d’un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l’écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n’ont pas de secrets l’une pour l’autre. C’est en tout cas ce que croit Kate, jusqu’à ce matin d’octobre où elle reçoit un appel de l’école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu’elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d’ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l’établissement.
Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours ? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d’accepter l’inacceptable… Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question : « Amelia n’a pas sauté. »
Obsédée par cette révélation, Kate s’immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu’elle ne la connaissait pas si bien qu’elle le pensait. À travers les SMS, les mails d’Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l’a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l’attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu’elle avait pu imaginer.
Une vision singulière du malaise de l’adolescence. Des personnages inoubliables. Un sens du suspense unique. Une critique dithyrambique. Ce premier roman de Kimberly McCreight est un chef-d’oeuvre. Nicole Kidman en a acquis les droits d’adaptation cinématographique pour un film produit par HBO.
Couv Les pêchersLes pêchers, de Claire Castillon (prévu le 3 septembre aux éditions de l’Olivier)
Tamara est prisonnière. De son mari, Claude, qui veut faire d’elle une épouse idéale. De son amour perdu, à qui elle ne peut s’empêcher de rêver. La liberté lui fait peur, la captivité lui pèse. Elle ne peut ni rester ni partir. Il lui faudra pourtant choisir entre cette conjugalité qui l’étouffe et le besoin éperdu de vivre sa vie. Aimée, elle, semble parfaitement adaptée au monde tel qu’il va. Mais son personnage de material girl cache une vraie fragilité. Ex-femme de Claude, elle juge les hommes avec tendresse et sévérité. Qu’attend-elle de l’amour ? Tout, sauf l’angoisse d’être trop (ou pas assez) aimée. Et puis il y a sa fille, Esther, dont elle s’occupe avec le mélange d’affection et d’égoïsme qui la caractérise. Esther… Une adolescente d’aujourd’hui. Espionne, poète, raisonneuse, innocente, amoureuse. Son regard implacable radiographie les adultes, si touchants dans leur refus d’être lucides. Et si c’était elle, la véritable héroïne de cette histoire ? Elle en serait, sans le moindre doute, la parfaite victime expiatoire. Rageuse, mélancolique, toujours surprenante, la plume de Claire Castillon fait mouche dans ce nouvel épisode de la guerre des sexes qu’elle ne cesse d’explorer, de livre en livre.
lesnuitsdelaitueplat1-l-572119Les nuits de laitue, de Vanessa Barbara (prévu le 20 août, éditions Zulma)
Otto et Ada partagent depuis un demi-siècle une maison jaune perchée sur une colline et une égale passion pour le chou-fleur à la milanaise, le ping-pong et les documentaires animaliers. Sans compter qu’Ada participe intensément à la vie du voisinage, microcosme baroque et réjouissant.
Il y a d’abord Nico, préparateur en pharmacie obsédé par les effets secondaires indésirables ; Aníbal, facteur fantasque qui confond systématiquement les destinataires pour favoriser le lien social ; Iolanda et ses chihuahuas hystériques ; Mariana, anthropologue amateur qui cite Marcel Mauss à tout-va ; M. Taniguchi, centenaire japonais persuadé que la Seconde Guerre mondiale n’est pas finie.
Quant à Otto, lecteur passionné de romans noirs, il combat ses insomnies à grandes gorgées de tisane tout en soupçonnant qu’on lui cache quelque chose…
Tissé de trouvailles cocasses et volontiers délirantes, ce roman plein de finesse et d’énergie nous emporte allègrement, avec sa petite bande de joyeux doux dingues, tout en se jouant des codes du roman policier.
9782260021339La petite femelle, de Philippe Jaenada (prévu le 20 août aux éditions Julliard)
Au mois de novembre 1953 débute le procès retentissant de Pauline Dubuisson, accusée d’avoir tué de sang-froid son amant. Mais qui est donc cette beauté ravageuse dont la France entière réclame la tête ? Une arriviste froide et calculatrice ? Un monstre de duplicité qui a couché avec les Allemands, a été tondue, avant d’assassiner par jalousie un garçon de bonne famille ? Ou n’est-elle, au contraire, qu’une jeune fille libre qui revendique avant l’heure son émancipation et questionne la place des femmes au sein de la société ? Personne n’a jamais voulu écouter ce qu’elle avait à dire, elle que les soubresauts de l’Histoire ont pourtant broyée sans pitié.
Telle une enquête policière, La Petite Femelle retrace la quête obsessionnelle que Philippe Jaenada a menée pour rendre justice à Pauline Dubuisson en éclairant sa personnalité d’un nouveau jour. À son sujet, il a tout lu, tout écouté, soulevé toutes les pierres. Il nous livre ici un roman minutieux et passionnant, auquel, avec un sens de l’équilibre digne des meilleurs funambules, il parvient à greffer son humour irrésistible, son inimitable autodérision et ses cascades de digressions. Un récit palpitant, qui défie toutes les règles romanesques.
mary.inddMary, d’Emily Barnett ( prévu en août aux éditions Rivages)
De l’enfance sauvage aux atermoiements amoureux d’une femme dans le New York d’après-guerre, Mary sonde les thèmes de l’adultère, de la maternité et de la filiation. Un premier roman à la forme soignée et maîtrisée qui emprunte à la Rebecca de Daphné du Maurier et aux romans de Laura Kasischke.

 

 

 

 

 

9782882503848-4af1cQuand le diable sortit de la salle de bains, de Sophie Divry (prévu le 20 août chez Noir sur Blanc)
Dans un petit studio mal chauffé de Lyon, Sophie, une jeune chômeuse, est empêtrée dans l’écriture de son roman. Elle survit entre petites combines et grosses faims. Certaines personnes vont charitablement l’aider, tandis que son ami Hector, obsédé sexuel, et Lorchus, son démon personnel, vont lui rendre la vie plus compliquée encore. Difficile de ne pas céder à la folie quand s’enchaînent les péripéties les plus folles.
Après la mélancolie de La condition pavillonaire, Sophie Divry revient avec un roman improvisé, interruptif, rigolo, digressif, foutraque, intelligent, émouvant, qui, sur fond de gravité, en dit long sur notre époque.

 

 

 

9782709648523-001-XD’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan (prévu le 26 août chez JC Lattès)
« Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi. »

 

 

 

 

 

 

9782330053116Otages intimes, de Jeanne Benameur (prévu en août chez Actes Sud)
Photographe de guerre, Étienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l’ampleur de ce qu’il lui reste à réapprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril.
De retour au village de l’enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre depuis lequel il pourrait reprendre langue avec le monde.
Au contact d’une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l’Italien, l’ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, “la petite qui vient de loin”, devenue avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de mettre en mots ce qu’elles ont vécu.
Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l’urgence de la question cruciale : quelle est la part d’otage en chacun de nous ?
De la fureur au silence, Jeanne Benameur habite la solitude de l’otage après la libération. Otages intimestrace les chemins de la liberté vraie, celle qu’on ne trouve qu’en atteignant l’intime de soi.

 

là où tombe la pluie catherine chanterLà où tombe la pluie, de Catherine Chanter (chez Les Escales le 20 août)
Quelques années auparavant, Ruth et son mari Mark quittent Londres pour fuir leurs souvenirs et reconstruire leur vie. Ils emménagent à La Source, la maison de leur rêve. Tandis que le monde fait face à une sécheresse hors du commun, leur propriété est mystérieusement épargnée. Le couple s’attire la jalousie de ses voisins agriculteurs, la curiosité du gouvernement mais aussi le fanatisme d’une secte, La Rose de Jéricho, dirigée par une femme étrange, Amelia.
Ses membres s’insinuent dans la vie de Ruth et Mark, de leur fille, Angie, et de leur petit-fils, Lucien. L’emprise d’Amelia sur Ruth grandit de jour en jour, au grand désarroi de son mari. Les relations s’enveniment entre les habitants de La Source, la tension monte et atteint son point culminant avec un crime odieux. Le meurtrier se cache parmi ses plus proches confidents, Ruth en est sûre.
Seule dans cette enclave, elle se décide à affronter ses plus grandes peurs pour comprendre ce qu’il s’est vraiment passé cette nuit-là à La Source.

 

 

Et du côté jeunesse :

51v9cW-FKoL._SX339_BO1,204,203,200_Vite, trop vite, de Phoebe Gloeckner (prévu le 27 août chez La Belle Colère)
« Je ne me souviens pas de ma naissance mais je sais que j’étais un bébé très laid. Comme ça ne s’est pas beaucoup amélioré depuis, j’imagine que c’était un coup de chance qu’il soit attiré par ma jeunesse. »
Ainsi commence l’émouvant journal de Minnie Goetze, une adolescente de quinze ans tiraillée par ses angoisses existentielles, son égocentrisme et ses pulsions autodestructrices, qui court après la reconnaissance et se précipite tête baissée dans la sexualité.
Minnie déteste l’école, rêve de devenir artiste, spéléologue ou barmaid. Alors qu’elle est trop timide et complexée pour adresser la parole aux garçons de son âge, elle couche avec le copain trentenaire de sa mère alcoolique et essaie de trouver son chemin, sans guide, sans défense et sans la moindre trace de peur.
Cette histoire à l’honnêteté crue et bouleversante se déroule dans le San Francisco licencieux des années 1970, mais la quête d’émancipation et d’épanouissement de Minnie est aussi universelle. La satire du monde qui s’y déploie est féroce et sans complaisance, parce que même si Minnie décrit la société des adultes comme un club aux règles tordues, c’est un club dont elle entend bien faire partie.
Artiste contemporaine, illustratrice médicale de formation, auteur de bandes dessinées, Phoebe Gloeckner dissèque avec une puissance hors norme les émotions de son héroïne en combinant toutes sortes d’éléments (prose, dessins, bande dessinée) qui se chevauchent, se répondent et créent un récit incandescent et inoubliable.
l'infini un Amy Harmon collection RL’infini + Un, de Amy Harmon (prévu le 17 septembre chez la Collection R)Bonnie Rae Shelby est une star à la renommée internationale. Alors que tout lui réussit, elle a décidé de mettre fin à ses jours. Elle croise la route de Finn Clyde, qui lui a tout d’un raté en apparence, mais est doté d’une intelligence fine, d’un cynisme à tout épreuve et d’une bonne dose d’opportunisme.

 

 

 

 

Voilà voilà…. J’attends vos suggestions et vous donne rendez-vous chez Herisson !

logo2015

This Post Has Been Viewed 473 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Littérature classée par genre, Littérature classée par pays, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Avant-goût de la rentrée littéraire (2015)

  1. KazuPanda dit :

    Ah, je ne suis pas la seule à ne pas aimer la chaleur, ça fait plaisir ^.^
    En tout cas, j’aime beaucoup le concept de ce challenge et je vais donc y participer également 🙂

  2. Laure Micmelo dit :

    Trois en commun ! Je suis très intéressée par ton avis sur Vite, trop vite et Amélia
    Bon weekend 😉
    Dernier article de Laure Micmelo : Rentrée littéraire été 2015 – Romans étrangers sélection

  3. Petite G dit :

    Je note, je note…mais je n’aurai pas assez d’une vie pour ma liste à lire 🙂

  4. Déjà pas mal de belles idées, certains que j’ai noté moi aussi… mais j’ai comme l’impression que je serais nulle cette année, je vais vivre la rentrée par procuration, tout en m’endormant sur mes livres le soir ^^

  5. noukette dit :

    Tant de tentations…!
    Dernier article de noukette : Pardonnable, impardonnable – Valérie Tong Cuong

  6. yuko dit :

    J’en garde aussi un très très bon souvenir… Comme quoi, il est possible de faire de belles choses en peu de pages 🙂
    Dernier article de yuko : Reckless de Cornelia Funke

  7. Folavrilivres dit :

    Beaucoup, beaucoup trop de tentations pour cette rentrée littéraire… 😉

  8. Stephie dit :

    Une très belle sélection 🙂

  9. Moka dit :

    Je pense me faire rare sur les chroniques de la rentrée littéraire sauf si je parviens à emprunter certains titres…

  10. titoulematou dit :

    je suis tentée par le livre de Claire Castillon , par le livre de Mme De vigan et par Amelia.. j’ai déjà le Bénameur sur ma pal ( je me le suis offert pour mon anniversaire lundi !)
    Dernier article de titoulematou : L’appel du coucou (Robert Galbraith)

  11. zazy dit :

    Encore pas fait ms choix
    Dernier article de zazy : Pablo Ramos – Encore cinq minutes Maria

  12. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir changé du métier de libraire généraliste à libraire jeunesse, mais la rentrée 2015 ne me tente pas franchement. J’ai besoin d’un peu plus de légèreté… Je note quand même Amelia et le Vigan, l’un pour l’histoire, l’autre pour l’auteur. De mon côté, j’ai plutôt ciblé les nouveautés jeunesse et là y en a un paquet qui me tente ! Surtout « Nous les enfants sauvages » chez école des loisirs. Mon article ci-dessous si tu veux 🙂
    Dernier article de Charabistouilles : Les nouveautés jeunesse les plus attendues

  13. Ping : Vos billets les plus tentateurs du mois de Juillet et d’Août | L'or rouge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.