Brooklyn

brooklyn Colm ToibinCela faisait une éternité qu’il était dans ma bibliothèque… J’avais été poussée au crime par des critiques élogieuses sur jenesaisplusquelforum et naïvement j’ai cru que c’était un roman noir : la couv’, le titre, même un peu le synopsis m’ont fait penser à une histoire gluante et angoissante dans un Brooklyn de misère. Et je n’y était pas du tout, mais alors vraiment pas !
Brooklyn raconte l’histoire d’Eilis, jeune femme irlandaise vivant avec sa mère et sa soeur dans l’Irlande des années 50 où le travail manque. Eilis vivote d’un emploi de vendeuse dans une épicerie et Rose, la soeur, qui a déjà une bonne situation, a des projets bien plus ambitieux pour sa cadette et s’arrange pour la faire partir à New-York, Brooklyn, dans l’espoir d’un travail de bureau et d’une vie plus confortable.
Voilà donc la jeune femme propulsée dans l’inconnu. Le voyage jusqu’à New-York est une épopée à lui tout seul : la traversée en bateau dure plusieurs jours. Traversée mémorable puisque le bateau essuie l’une des plus grosses tempêtes jamais déclarée… A l’époque on ne voyageait pas entre deux pays aussi facilement que maintenant et Eilis se sentira déchirée en l’Irlande et New-York.
Brooklyn est en fait un portrait – peut-être un peu trop factuel sans assez d’émotions – de l’époque des années 50 entre New-York et l’Irlande. Eilis sera accueillie dans une pension de jeunes filles irlandaises. Elle aidera à la paroisse, deviendra vendeuse dans un grand magasin, où les personnes de couleur noire commencent à faire leur apparition, suivra des cours du soir pour devenir comptable ou rencontrera un homme italien dans un bal irlandais. Les codes de société, le racisme ordinaire, le New-York cosmopolite, portrait d’une époque, parcours d’une jeune femme expatriée qui aura à faire un choix, voilà une lecture bien agréable même si parfois un peu plan-plan dans la description des fifties de New-York.
Je recommande aux nostalgiques, à ceux qui veulent se déconnecter justement du 2015 hyper connecté, ou tout simplement à ceux qui ont soif de se plonger dans les 50’s.

Extraits :

« Au fil de la semaine, les clientes de couleur, se firent de plus en plus nombreuses, et Eilis notait chaque fois le changement d’atmosphère qui s’opérait dans le magasin à leur entrée. Il s’instaurait soudain un silence, une tension – plus personne ne bougeait, semblait-il, tant que ces femmes étaient en mouvement, de peur de se retrouver face à elles…
(…) Il n’arrivait jamais qu’une femme de couleur entre seule dans le magasin. La plupart d’entre elles ne croisaient pas le regard d’Eilis et ne lui adressaient pas directement la parole.
Quand, exceptionnellement, elles s’adressaient à elle, c’étaient avec un ton de politesse si excessive qu’Eilis perdait contenance et devenait maladroite. »

« Eilis protesta :
– En Irlande, sur la plage, personne n’aurait l’idée de vous regarder. Ce serait considéré comme malpoli.
– En Italie, ce serait malpoli de ne pas regarder. »

Brooklyn, de Colm Tóibín (2009)
Traduit de l’anglais (Irlande) par Anna Gibson
éditions Robert Laffont (2011), 10/18 pour le format poche (331 pages)

 

****************************

colmtoibinColm Tóibín est un romancier et un journaliste né en 1955 à Enniscorthy en Irlande.

(source photo auteur)

 

 

 

 

This Post Has Been Viewed 248 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Irlande, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Brooklyn

  1. Laure dit :

    Elle tombe sacrément bien ta chronique, moi qui voudrait bien découvrir un autre livre de Colm Toibin après Le testament de Marie, et j’avais justement pensé à celui-là, mais tu n’es pas très enthousiaste quand même …
    Dernier article de Laure : Le testament de Marie – Colm Toibin

    • Melo dit :

      Je reproche juste le côté un peu trop factuel de la narration qui est un peu indigeste à la longue mais cela reste un roman intéressant.

  2. titoulematou dit :

    http://lireetrelire.blogspot.fr/2013/08/brooklyn-colm-tobin.html
    lu il y a un bail.. mais bien aimé!
    le dernier paru me tente pas trop
    Dernier article de titoulematou : L’appel du coucou (Robert Galbraith)

  3. zazy dit :

    Tu ne me donnes pas trop envie de découvrir ce livre
    Dernier article de zazy : Pablo Ramos – Encore cinq minutes Maria

  4. titoulematou dit :

    Peut etre un jour …. mais de toutes façons jen’ai pas trop le temps de lire avec la rentrée .. les journées sontépuisantes en début d’année !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.