Fièvre (Megan Abbott)

fièvre megan abbottC’est avec son septième roman que je découvre Megan Abbott. Elle est l’auteur de Vilaines filles, son roman le plus connu, je crois, déjà qualifié sur sa quatrième de couverture de « roman ravageur sur l’adolescence ». Dans Fièvre aussi les personnages principaux sont des adolescentes (notez le féminin surtout), élèves d’un lycée d’une petite ville américaine nommée Dryden, à l’atmosphère inquiétante, avec son lac dont on ne sait trop s’il est empoisonné ou envouté.
Deenie, Lise, Gabby et Skye sont amies, enfin, pas vraiment au même niveau. Lise, fille rondouillarde devenue sculptée et magnétique est amie avec Deenie depuis l’enfance ; Gabby, qui côtoie Deenie depuis le collège se rapproche de Lise par la force des choses et c’est avec Gabby que l’inquiétante Skye, la dernière arrivée -qui fume des pétards et lit le kama-sutra- s’est rapprochée du groupe. (Vous suivez ? non ? C’est normal.). C’est au fur et à mesure que les relations se révèlent, avec leur lot de jalousie et de non-dits. L’intrigue se noue autour d’une mystérieuse épidémie qui touche les jeunes filles du lycée. Lise est la première affectée. Les symptômes sont étranges, sensation d’étouffements, convulsions, yeux révulsés, dignes de L’Exorciste… Et c’est là la force de l’histoire, le mystère et l’étrange s’épaississant au fil des pages. Quelle est la cause de ce fléau ? Le lac ? Le vaccin contre le papillomavirus ? (obligatoire pour les jeunes filles aux Etats-Unis contrairement à la France), Les premières relations sexuelles ? La sorcellerie ? Voire les extra-terrestres ? Le lecteur ne peut s’empêcher de se questionner en échafaudant des scénarios tous plus extravagants les uns que les autres. Les parents s’affolent, la presse et la santé publique s’emparent de l’affaire. Si j’ai aimé cet aspect véritablement intrigant, l’ensemble n’a pas réussi à m’emporter totalement, sans doute à cause du style, très « oral ». Je butais sur les mots et les nombreux dialogues, la fluidité n’étant, pour moi, pas au rendez-vous. Et puis je m’attendais (bêtement) à quelque chose de plus « mature », je crois, moins « adolescent » même si j’ai aimé le côté sombre et complexe que révèle l’auteur à propos des ados. C’est donc une lecture en demie teinte pour moi mais si vous avez envie d’avoir envie vous pouvez aller lire Cajou et La Fée qui ont adoré et qui ont écrit de supers billets !

Fièvre, de Megan Abbott (The Fever, 2014)
JC Lattès (octobre 2015)
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Dominique CHEVALLIER, 416 pages
3 étoiles
Quatrième de couv’ : Deenie Nash est une adolescente typique. Avec ses meilleures amies, Lise, Gabby et Skye, elles ne parlent que d’une chose : qui l’a déjà fait ? est-ce que ça fait mal ? Elles échangent ragots et potins par textos interposés. Un matin, en classe, Lise est soudain prise d’une violente crise de convulsions et emmenée à l’hôpital. Dans les couloirs du lycée, on ne parle que de ça. Deux jours après, c’est Gabby qui subit le même type de crise. La panique s’étend à la famille, au lycée et à toute la communauté. Qu’est-il arrivé à Lise et à Gabby ? Est-ce un virus ? Ou, comme le pense la mère de Lise, désemparée, la faute des garçons et l’attrait du sexe ? Les théories du complot les plus fumeuses circulent dans le lycée, d’autant plus que d’autres jeunes filles sont saisies d’étranges symptômes, qui laissent les autorités médicales perplexes et provoquent chez les parents une tempête de protestations. Deenie s’inquiète. Va-t-elle être elle aussi saisie par cette fièvre ?

abbott

 

Megan Abbott est l’auteur de six précédents romans et a obtenu le prestigieux Prix Edgar Allan Poe (2008) qui récompense les meilleures oeuvres policières. Elle est Docteur en Littérature de l’Université de New York, et bénéficie actuellement de la résidence d’écrivain John et Renée Grisham de l’Université du Mississippi. Tous ses romans sont publiés en France chez Lattès/Le Masque. (source : JC Lattès)

This Post Has Been Viewed 978 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, Enfants / Ados, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Fièvre (Megan Abbott)

  1. Vilaines filles est dans ma PAL grâce à Plume de Cajou ^^
    Dommage pour la semi-déception …

  2. L’histoire semble intéressante mais je pense aussi buter sur un style trop « oral ». Mais bon, pourquoi pas à l’occasion ? 🙂

  3. zazy dit :

    Pas trop envie de lire ce livre, tu confirmes mon peu d’enthousiasme

  4. Cassandre dit :

    Dommage ! Ceci dit je vais me procurer son dernier au format poche je pense, Vilaines filles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.