La fille d’avant, JP Delaney

« Les relations humaines, comme nos existences, ont tendance à s’embarrasser du superflu. »

C’est grâce à la plateforme Netgalley que je l’ai lu. Il était en téléchargement libre le 4 et le 5 février. Présenté comme un thriller exceptionnel, traduit dans 37 pays et bientôt porté à l’écran par Ron Howard (réalisateur d’ « Un homme d’exception » et de « Da Vinci Code ») je n’ai pas hésité longtemps.

Quatrième de couv’..
« Après un drame éprouvant, Jane cherche à tourner la page. Lorsqu’elle découvre le One Folgate Street, elle est conquise par cette maison ultra moderne, chef d’oeuvre de l’architecture minimaliste, parfaite. Mais pour y vivre, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Parmi celles-ci : répondre régulièrement à des questionnaires déconcertants et intrusifs. Peu à peu, Jane acquiert une inquiétante certitude : la maison est pensée pour transformer celui qui y vit. Or elle apprend bientôt qu’Emma, la locataire qui l’a précédée et qui lui ressemble étrangement, y a trouvé une fin tragique.
Alors qu’elle tente de démêler le vrai du faux, Jane s’engage sur la même pente, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes… et vit dans la même terreur que la fille d’avant.
JP Delaney est le pseudonyme d’un écrivain qui a publié plusieurs romans à succès sous d’autres noms. La Fille d’avant est sa première incursion dans le thriller psychologique. »

Les chapitres alternent la voix d’Emma et de Jane à quelques années de décalage. Elles se ressemblent un peu physiquement et ont toutes deux décidé d’emménager au One Folgate Street, une maison d’architecte bien particulière. Le propriétaire est un homme d’une trentaine d’années, perfectionniste et adepte du minimalisme extrême. Sa maison ne ressemble à aucune autre, elle est immaculée et totalement dépouillée de superflu. Elle paraît sécurisante, ce qui est la principale motivation d’Emma qui souhaite y emménager suite à une agression.
Pour habiter au One Folgate Street il faut d’abord remplir un important questionnaire complètement jeté… Et surtout se soumettre aux règles drastiques du propriétaire. Rien ne doit jamais traîner dans la maison, pas même un livre. L’endroit doit rester aussi propre et immaculé qu’un bloc opératoire, il faut se soumettre à des questionnaires intrusifs réguliers et accepter la haute technologie qui régit la maison. Tout ceci dans le but de faire de vous une personne meilleure, plus opérationnelle et dépouillée du superflu qui chronophage l’existence.
Alors je vous le dis tout de suite : à la place d’Emma et de Jane j’aurais immédiatement pris mes jambes à mon cou. Mais les deux nénettes, même si elles trouvent ça un peu étrange, se plient très vite à l’exercice sans se poser de questions.
Jane apprend rapidement qu’Emma a trouvé la mort au One Folgate Street dans des circonstances étranges… Elle va finalement essayer de démêler le vrai du faux. L’étau se resserre autour de la jeune femme. L’angoisse l’étreint. Edward, le séduisant propriétaire et amant aussi barré que perfectionniste est-il un meurtrier ?

Même si j’ai trouvé plus que léger le fait qu’Emma et Jane emménagent dans cette maison très rapidement et sans se questionner, je dois bien avouer que j’ai quand même passé un bon moment et que ce livre est un assez bon page-turner psychologique. Du suspense, un ténébreux et froid propriétaire, un soupçon de sexe, une maison comme un personnage à part entière, une enquête sur la mort d’une jeune femme, et des personnages quand même assez barrés, tous les ingrédients sont là pour faire monter la tension. Pas LE livre de l’année comme on nous le vend mais un thriller plutôt addictif. Curieuse maintenant de voir le film qui va en découler.
La fille d’avant sort le 8 mars aux éditions Mazarine.

La fille d’avant, JP Delaney (The girl Before, janvier 2017)
Editions Fayard/Mazarine, mars 2017, 432 pages
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch

This Post Has Been Viewed 69 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Etats-Unis, Polars - Romans noirs - Thrillers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La fille d’avant, JP Delaney

  1. noukette dit :

    Attendons de voir si le raz de marée se poursuit alors 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.