Les échoués, Pascal Manoukian

Attirée vers ce titre par toutes ces éloges entendues à son sujet je tourne la dernière page le coeur plein et chaviré en même temps. J’ai envie de dire merci à l’auteur d’avoir donné la parole à ceux qui se taisent, se cachent, espèrent et font preuve d’un courage immense. Ces gens-là dont on entend parler sans cesse aux JT mais qu’on ne croise pas si souvent quand on habite une petite banlieue proprette  française aux maisons et bâtiments forts et bien alignés.
Les échoués c’est l’histoire de Virgil, Chanchal, Assan, Iman, Daria ou encore Emil fuyants la Moldavie, le Bangladesh, la Somalie et bien d’autres pays. Ils arrivent en France par bateau, camion, à la nage, à pied. Ils affrontent la mer déchaînée, les passeurs malhonnêtes, le désert brûlant, la faim et la soif tenaillantes, les coups, les morts et le chacun pour soi.
Les échoués troquent 3 gorgées d’eau contre 2 carrés de chocolat, sont cloués dans des cales sous des camions, les femmes se font violer, les hommes se font humilier.
On n’imagine pas la teneur d’un tel périple. On lit, le coeur au bord des lèvres, l’arrivée en France, les regroupements sur des parkings pour trouver un travail et nourrir sa famille, l’exploitation dont ils sont les victimes. Tout ça en périphérie de nos vies rangées et douces, tellement plus douces, malgré nos petits bobos.
On se dit que ce n’est tout de même pas possible. Et puis en fait, si. Pascal Manoukian est reporter de guerre et maîtrise son sujet à la perfection en distillant dans le roman la réalité de la vie des clandestins aujourd’hui car même si l’histoire se déroule dans les années 90 rien n’a changé.
On bénit les Camille et les Julien. On aimerait pouvoir nous aussi. Faire quelque chose. On change de regard, ou du moins on l’aiguise. On aimerait ne plus entendre certains politique parler d’immigration de façon tellement inhumaine.
Cela fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé de classer un petit bouquin en grand coup de coeur ! Lisez -le.

« Depuis son arrivée en France, personne ne l’appelait plus jamais par son prénom et il n’aurait jamais imaginé qu’avec le temps il puisse lui-même l’oublier. C’est ça aussi, l’exil, quelques lettres choisies avec amour pour vous accompagner tout au long d’une vie et qui brusquement s’effacent jusqu’à ne plus exister pour personne.
(…)
Puis brutalement, plus rien. Le silence. Un sevrage brutal, le laissant à l’âge de dix-huit ans loin de chez lui, étranger et anonyme, sans millésime ni origine, telle une bouteille à l’étiquette arrachée. Alors, régulièrement, avec la peur de disparaître des regards, il se répète à haute voix :
– Je m’appelle Chanchal, j’ai dix-neuf ans, je suis arrivé du Bangladesh il y a dix-huit mois, neuf jours et sept heures. Je vends des roses à Villeneuve-le-Roi et je suis vivant. Chan… chal… Chan… chal.
Il détache chacune des syllabes, comme sa mère le faisait pour lui apprendre son prénom quand il était enfant.
Avant de sauter le pas, Chanchal avait tout envisagé du voyage : la crasse, la peur, la violence des passeurs, les vols, la faim, la cupidité, les risques de noyade, les poux, la gale. Pas cette solitude-là. Certains jours, il ne prononçait pas une parole. Il tendait ses fleurs à des couples qui, sans un regard, parfois d’un geste agacé, l’expédiaient lui et ses roses à une autre table. Le coeur serré, il les observait se murmurer des mots doux, leurs doigts entrelacés » (p36)

« Les gosses chahutaient entre les flaques de boue. Les hommes parlaient fort autour de braseros dans un mélange de turc, de serbe, de roumain, de moldave, de russe, d’ukrainien et d’une dizaine d’autres langues dont Virgil ne comprenait pas le moindre mot.
La lumière jaune des flammes déformait les arbres et la tôle, torturait les corps et les visages. Aucun Français n’a idée que des endroits comme ça existent au pied de chez lui (…) » (p66)

« Aujourd’hui encore, il ne trouve aucun mot dans aucune langue, aucun dictionnaire, pour décrire ce que furent ces dix-huit jours de traversée, ces deux-cent quatre-vingt-seize kilomètres qui séparent l’Afrique sans espoir de l’Europe de toutes les attentes. Rien, pas un verbe, pas un adjectif, pas un adverbe qui ne soit à la hauteur de ce qu’ils ont vécu. Ni dans le vocabulaire durement appris avant d’embarquer, ni dans celui étudié depuis.
Il cherche encore, lorsqu’il en a l’occasion, pousse la porte d’une bibliothèque municipale, s’installe devant la Bible, l’Odyssée, Virgile, les grands poèmes de Victor Hugo, d’Ernest Hemingway, les tableaux de Joseph Vernet ou Le Radeau de Géricault, mais ne trouve rien pour l’aider à expurger cet énorme caillot qui certaines nuits l’étouffent et le réveille, tremblant et mouillé de sueur, persuadé d’avoir rompu la promesse faite à sa fille de veiller sur elle et de la garder en vie.
Et pourtant, il avait mené Iman à bon port, saine et sauve jusqu’à Lampedusa. » (p107)

« Tout était fini, propre, fonctionnel, signalé, éclairé. Il en était de même pour les gares, les voies ferrées, les monuments historiques, les aéroports, les zones industrielles, les centres commerciaux. Les Français ne se rendaient pas compte du bonheur de vivre dans un pays achevé. Ils n’avaient qu’à l’entretenir, à le fignoler. Les générations précédentes avaient pris soin de le mettre tout entier hors d’air et hors d’eau.
Assan et Virgil venaient du chaos, de villes en perpétuel chantier. On y construisait sans normes, sans ordre, sans plan, n’importe où et n’importe comment, quand on y construisait encore. A peine avait-on achevé un kilomètre de route que, avant d’avoir pu le border d’arbres et de trottoirs, des milliers de familles le prenaient d’assaut, l’investissaient de baraques en tôle, perçaient les canalisations pour détourner l’eau, se branchaient sur les lignes électriques, creusaient le bitume en allumant des feux et la route disparaissait déjà sous les porteurs, les attelages en tout genre et les immondices.
Même les plus intègres et les plus motivés des hommes politiques, à supposer qu’il en existât, auraient pu passer leur vie à bâtir sans jamais voir le résultat. Un constat déprimant, capable comme la rouille de venir à bout des plus solides convictions. » (p201)

 » Alors si le chauffeur tenait sa parole, si le prêteur ne les embrouillait pas, si Daria trouvait un passeur, si personne ne l’égorgeait pour lui voler son argent, si les douaniers roumains se laissaient corrompre, si les Hongrois les Autrichiens, les Allemands et les Français ne se montraient pas trop pointilleux, si les enfants supportaient d’être enfermés sans alerter les chiens, si personne n’attaquait le camion sur un parking, si les routes restaient praticables, ils seraient peut-être tous réunis dans deux semaines. » (p234)

This Post Has Been Viewed 70 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Contemporain, France, Historique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Les échoués, Pascal Manoukian

  1. LaFée dit :

    Ton billet est très beau, comme ce roman ❤️

  2. noukette dit :

    Quelle merveille ce roman… <3

  3. Mes échappées livresques dit :

    coup de coeur pour moi également! 😉

  4. Jerome dit :

    Un roman coup de poing inoubliable, je suis bien d’accord avec toi !

  5. zazy dit :

    Très beau billet qui confirme que j’ai bien fait de le noter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.