Les derniers lus

J’avais vraiment envie de découvrir le dernier John Green, même si je n’ai pas forcément adoré Nos étoiles contraires (j’ai plutôt aimé le film que j’ai vu d’un autre oeil depuis que la maladie m’a touchée) et c’est le thème de Tortues à l’infini qui m’a séduite. Je savais vaguement que l’auteur abordait la souffrance adolescente, sans rien de plus.
Finalement, ce fut une lecture rapide et correcte mais il m’a manqué l’étincelle, le truc qui me ferait dire « wouah ce livre est indispensable !  » . Certes les TOC et les pensées absurdes d’Aza dont elle n’arrive pas à se détacher font d’elle un personnage touchant, sa nouvelle relation avec Davis est jolie et pas si simple, mais il me semble que ce livre manque tout de même de profondeur. Je retiens tout de même de bonnes citations et quelques phrases sonnant juste, notamment par la psy d’Aza. C’est là la meilleure arme de ce dernier John Green mais ça ne suffit pas à en faire un roman exceptionnel.

Quatrième de couv’ : Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et vous aimerez Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu.
Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités…

Voilà, j’ai lu tous les Cat Clarke comme la gamine de 15 ans que je suis !
J’aime bien Cat Clarke : des thèmes psychologiques, contemporains, un style clair et simple. Ici il est question d’amitiés dans un pensionnat féminin, de deuil, de culpabilité…
J’ai pris plaisir à rencontrer ces 5 filles, toutes différentes et proches en même temps.
L’histoire familiale d’Harper m’a pas mal émue et c’est peut-être là le message de l’auteure : La vie fabrique nos cicatrices, il faut juste apprendre à les apprivoiser puisqu’elles ne disparaîtront jamais.

Quatrième de couv’ : L’amitié, c’est comme une allumette…… il suffit d’une étincelle pour se brûler les doigts.
J’ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau.
Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer.
Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…
Entrez dans l’univers de Cat Clarke, la reine du thriller émotionnel !

 

 

This Post Has Been Viewed 32 Times

Vous aimerez peut-être :
Ce contenu a été publié dans Angleterre, Enfants / Ados, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les derniers lus

  1. zazy dit :

    Je pense que je ferai l’impasse sur le Green, d’autant que la nature n’est plus guère green !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.